Quantcast
Publicité

Sport-Boules Lyonnaise et Raffa : Dans la zone, avec Alexandre Chirat

Posté par sbpromotion le 18/4/2021 11:30:00 (3962 lectures) Articles du même auteur

Vous avez peut-être croisé la route d'Alexandre Chirat ces derniers temps sur Sport en France. L'international français, champion d'Europe en titre du progressif, y est l'invité du magazine "le geste parfait". A cette occasion, nous vous proposons d'entrer "Dans la zone" avec un des meilleurs spécialistes des tirs sportifs de Sport Boules...



Alexandre Chirat, le geste parfait croqué par Michel Naly lors de la Coupe du Monde
de tirs à Saint-Vulbas en 2019

Tu es à l'honneur sur Sport en France à l'occasion d'un reportage sur "le geste parfait". Comment s'est passé le tournage de l'émission ? Pas trop stressé ?
Le tournage s'est bien passé. Il a duré trois heures environ. Fabien le producteur était super sympa. J'ai passé un très bon moment ! Non, pas trop de stress, car c'était plus tranquille. Puis Fabien nous a mis à l'aise de suite.

Avec les diffusions disponibles sur le Web, on peut te retrouver en vidéo dès 2013, avec tes titres en simple de champion de France et de champion du Monde U23. C'était alors nouveau. Comment avais-tu abordé ce fait : être filmé alors que tu jouais. Cela apportait-il de la "pression" supplémentaire ?
Je l'ai plutôt bien vécu car les caméras étaient discrètes. Et puis, on est tellement concentré sur son jeu que l'on n'y fait pas attention. Après, cela mettait un peu de pression, car on savait que notre famille pouvait nous voir derrière leurs écrans !

     Voir : Alexandre Chirat, du Web à la TV sur Sport Boules DIFFUSION

Progressivement, la chaîne de télévision l'Equipe est venue au Sport Boules. On se souvient notamment de finales dans le championnat de France des Clubs ou encore d'une finale en 2018 au Meeting GDP Vendôme. Le fait que tu sois filmé désormais par une chaîne comme la 21, avec un impressionnant dispositif, y avait-il un stress supplémentaire ?
Oui, par contre avec l'Equipe 21, c'était autre chose. Il y avait des caméras partout, le micro et sa batterie assez lourde à la ceinture. On n'avait pas l'habitude de tout cela. Et puis l'Equipe 21 est une grosse chaîne sportive. Du coup, beaucoup de personnes pouvaient voir la partie, les performances ... Cela mettait une pression supplémentaire.

Les diffusions Web du passé ont-elles aidé à mieux maîtriser ces moments ?
Pour ma part, elles m'ont aidé à plusieurs points de vue. D'abord avoir l'habitude d'être filmé, donc d'être vu par plein de personnes. Ensuite de pouvoir revoir des parties, des matchs de clubs, ... Enfin de repérer les défauts, voir et analyser ce qui s'est bien ou mal passé.

Sur Boulistenaute, on s'intéresse au concept de "flow", "dans la Zone". Cet état où le sportif est dans sa bulle, tout réussit, c'est l'état de Grâce. On peut avoir l'impression que tu l'as touché, lors de ta finale de l'Euro Alassio 2018. Le tir quasiment parfait pour aller décrocher l'or, à 49 touches sur 50 lancers. Tu peux nous le raconter ?
A Alassio, pour ce championnat d'Europe 2018, j'ai quasiment fait le tir parfait lors de ma finale. Pourtant, rien ne s'est passé comme prévu. Avec mon ami Frédéric Marsens, nous avions perdu la finale du relais à midi. Et dans la foulée, on était venu me chercher pour le contrôle anti-dopage. Cela avait duré jusqu'à 14h15 je crois. 

Après, il a fallu trouver un restaurant car je n'avais pas mangé. Avec un peu de chance, nous avions trouvé une crêperie qui avait bien voulu nous servir. Après cela, je n'ai finalement pas eu beaucoup de repos mais je suis resté fixé sur mon objectif.

Alexandre Chirat en action lors de l'Euro Alassio 2018 (photo Dante Bonino) 

Je me suis mis à l'écart avec Frédéric et Polo (Jean-Paul Delorme) pour mon échauffement. Tout en regardant du coin de l'œil la doublette française en finale. A partir de là, je me suis mis dans ma bulle, encouragé par mes coéquipiers et supporters. J'ai tout donné pour ne rien regretter et reproduire les tirs progressifs que j'avais fait avant, sans me poser de questions.

     Voir : la finale du tir progressif de l'Euro Alassio 2018 à partir de ce lien
 
Alexandre Chirat avec la médaille d'or pour la France à l'Euro Alassio 2018 

La France avait alors quatre médailles, deux en argent et deux en bronze, mais pas d'or. C'était la dernière épreuve. As-tu senti un poids supplémentaire sur tes épaules et si oui, comment l'as-tu géré ?
Oui et non. Car je savais qu'il ne restait plus que moi à passer. 

Après, je suis resté concentré sur moi, mon épreuve, comment je devais l'aborder et aller chercher mon premier titre européen en tir progressif.

As-tu connu d'autres moments de ce type au cours de ta carrière et si oui, peux-tu nous les raconter ?
Oui, il y en a eu plusieurs.

Le championnat d'Europe 2016 à Nice avec Guillaume Abelfo, en finale, le jour de mon anniversaire, le 18 décembre. C'était devant ma famille, mes amis et en France !
(Le relais français s'était imposé dans une finale à quatre avec une performance de 56/60. Alexandre Chirat avait réalisé un tir parfait à 28/28. La France avait dominé les débats devant la Slovénie, 51/60, la Croatie, 50/60 et l'Italie, 44/61).

     Voir : la finale du tir rapide en double de l'Euro Nice 2016 à partir de ce lien

Et aussi, la finale de la Coupe d'Europe 2018 avec Saint-Vulbas. A la pause de midi, il nous reste quatre points à faire pour gagner. Il y a deux tirs progressifs avant le tour traditionnel. Les coéquipiers nous ont mis une pression sans le vouloir, car ils se sentaient plutôt sereins avec Frédéric Marsens et moi pour ces deux épreuves (rires) ! Du coup, nous sommes restés concentrés pour aller chercher ces deux courses. Ce fut un moment magnifique !
(Alexandre avait gagné le premier tir progressif, 49 touches à 39 et Frédéric le second , 47 touches à 42).

A l'inverse, une expérience où il t'était impossible d'y rentrer, ou alors tu en es sorti et impossible d'y revenir ? Du genre ton pire souvenir ?
Il y a eu des épreuves que j'ai mal digéré, comme le relais avec Jérémy Micoud lors du Mondial 2013 en Argentine avec Jérémy Micoud. 
(Les Français s'étaient inclinés d'une touche, 53 à 54, après être passés à 28 frappes et 3 boules d’avance à mi-course (2'30) face au relais croate. Avant cela, les tricolores avaient réalisé les meilleures performances à chaque tour de la compétition).

Ou encore ma demi-finale en tir progressif à l'Euro Koper 2014.
(A cette époque, les deux meilleures performances des quatre demi-finalistes étaient qualifiées pour la finale. Alexandre Chirat n'avait pas réussi à franchir la barre des 44 frappes, placée par les représentants italien et slovène lors du premier passage. Le représentant slovène avait notamment levé le pied en quart de finale afin de pouvoir tirer en premier).

Mon pire souvenir, cela restera la Coupe d'Europe en 2019 contre la BRB Ivrea : on s'était fait voler cette finale par les arbitres et les joueurs italiens. 
(Saint-Vulbas s'était retrouvé dans la même situation qu'en 2018. Lors du premier tir progressif, Alexandre et Emmanuele Ferrero avaient fait match nul à 48 touches. La dernière touche italienne était en dehors du temps réglementaire : l'arbitre l'avait invalidé avant de se rétracter, semble t'il sous la pression des joueurs et dirigeants italiens. Ivrea était ensuite revenu dans le match pour finir à 11 à 11 et s'imposer à l'épreuve d'appui. La Fédération Internationale de Boules décidera quelques mois plus tard de ne pas inscrire le titre de champion d’Europe des clubs de la BRB au palmarès de la FIB, l’édition 2019 n'ayant pas de vainqueur. Et d'interdire le club italien de participer à la CE 2020).


Quels sont pour toi les clefs de la concentration ? Pourquoi et comment entre-t-on "dans la zone" et comment fait-on pour ne pas en sortir ?
Pour moi, il y a un moment pour rigoler et un moment pour être sérieux. Après, chacun a son rituel. Pour ma part, quand j'approche de l'épreuve, je me mets dans ma bulle pour rester concentré du début à la fin.

Fais-tu un travail spécifique sur le mental ?
Non, je ne travaille pas mon mental particulièrement. J'ai ma famille et mes amis qui me soutiennent dans les bons comme dans les mauvais moments. Ma femme m'aide beaucoup, car elle me fait voir toujours le positif, même quand je suis négatif :).

La Pétanque ? La Raffa Volo ? La Lawn Bowls ? Tu joues, tu regardes, tu connais ?
La Raffa et la Lawn Bowls, je ne regarde pas, je ne connais pas plus que cela. La Pétanque, je regarde et je joue l'été entre amis pour m'amuser.

Boulistenaute ? 
Je suis déjà allé sur le site. Mais je ne me suis jamais trop arrêté dessus.

Une question que tu aurais aimé que je te pose ? Et quelle réponse tu y aurais apportée ?
Je n'ai pas de question particulière mais juste un détail que les gens me demandent souvent : tu travailles ? Si oui, tu dois avoir un emploi aménagé ?

Ma réponse : oui, je travaille et à plein temps. Je me lève à trois heures tous les jours. Je suis chauffeur / livreur et préparateur de commande dans les fruits et légumes.
 
____________________________ 
 
 
 NOUVEAU 
Pour les boulistenautes fans de grosses boules 
 Le GROUPE FACEBOOK 
Les compétitions de Sport Boules Lyonnaise sont à l'arrêt, mais le temps est à l'action !  
 

Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -


Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation
          218 utilisateur(s) en ligne plus...

DANS LA BOUTIQUE
PODCASTS

SUIVEZ-NOUS
Pétanque mobile Facebook pétanque Dailymotion Vidéo pétanque Twitter pétanque YouTube Vidéo Pétanque Instagram pétanque Pinterest Pétanque Flux rss pétanque

Snapchat pétanque     Tiktok pétanque

Créer votre site Internet petanque
FORUM BLOGPETANQUE.COM
Entraide, trucs et astuces !