Quantcast
Publicité

Les champions : Le Dantec, retour en France

Posté par BOULEGAN le 12/8/2020 13:00:00 (13991 lectures) Articles du même auteur

Le double champion du monde, qui vit et joue en Belgique, a le projet de revenir jouer pour un club français. Il nous a expliqué pourquoi.



Le Dantec, retour en France

 

 

 

Tu habites depuis longtemps à Namur, en Belgique, et tu joues actuellement, avec Jean-François Hémon, pour le club Sainte-Anne qui peut encore participer à la Coupe d'Europe...

Oui, puisqu'on peut encore gagner le championnat d'hiver, ce qui nous qualifierait, en effet pour la Coupe d'Europe. Il y a le Pachy Waterloo, qui est champion depuis cinq ans, mais on espère pouvoir les titiller et, pourquoi pas, les coiffer au poteau.


Pourtant, tu envisages de changer beaucoup de choses dans ta vie personnelle et sportive...

Ma vie est déjà en train de changer. Je ne sais pas si ça se sait, mais ce ne sera un secret pour personne d'ici peu : nous nous séparons, Nancy et moi (David Le Dantec est marié avec Nancy Barzin, championne du monde en 2000, NDLR). Ce n'est pas quelque chose que j'avais prévu, ni anticipé, et du coup ça m'amène à revoir un certain nombre de priorités professionnelles et familiales. Je suis quelqu'un qui aime bien se projeter, se donner des challenges. Maintenant que quelques mois ont passé, que je commence à encaisser le coup, c'est ce que je veux faire.

J'ai pris du temps pour moi en juillet, je suis parti trois semaines en France et je me suis aperçu que je pouvais faire beaucoup de choses en télétravail. Mes enfants sont grands et vont bientôt être tous les deux dans la vie professionnelle. Pour moi, il est clair que les priorités qui m'ont fait depuis toujours passer mes devoirs familiaux avant la pétanque vont un peu changer. J'ai l'ambition de revenir sur les terrains en France en 2021, et à terme de revenir y habiter.

 


Tu vis en Belgique aussi pour ton travail, quel est-il actuellement ?

J'ai fait toute ma carrière dans les télécommunications, jusqu'en janvier 2017. Et puis j'ai opéré un petit changement, en intégrant une société qui fait du logiciel pour la télévision et les medias, des solutions de type Netflix. Nous développons des applications pour téléphones et tablettes, travaillons pour les opérateurs qui offrent des services TV, mais aussi pour les grands groupes media en France, comme Canal+ ou TF1. J'ai eu l'opportunité d'intégrer cette société comme dirigeant, en charge de toute la direction technique et opérationnelle. Nous avons un bureau ici, à Waterloo, un à Paris et un au Maroc.

Comme je te le disais, la crise du COVID a changé des choses. Nous sommes 120 dans la société, et durant la crise, nous étions tous en télétravail. Du coup, on se rend compte que le monde professionnel de demain sera complètement différent.


Revenons à tes projets sportifs. Tu veux donc revenir signer en France l'an prochain ?

C'est ça. J'ai quarante-huit ans, beaucoup plus de liberté, et la pétanque, même si je l'ai pratiquée par intermittence, a toujours tenu une place importante dans ma vie. Alors j'ai envie de me fixer un nouveau challenge sportif sur quelques années, voir si je suis encore capable d'évoluer à haut niveau, dans une équipe compétitive.

Le jeu a beaucoup évolué ces dernières années, notamment depuis l'arrivée de la nouvelle règle du jet du bouchon. On joue plus près et on tire beaucoup plus. Depuis quelques années, en Belgique, je rejoue tireur. Ça tombe bien, puisque maintenant, à haut niveau, il faut disposer d'un pointeur très offensif.

 


Cela signifie que tu serais prêt à mener cette vie un peu folle qui est celle de tous les joueurs de haut niveau, les milliers de kilomètres, les chambres d'hôtel, les nuits un peu courtes parfois ?

Oui... Avec certaines limites quand même. Ça se limiterait aux compétitions qui méritent d'être jouées, parce qu'elles sont belles, parce que le challenge sportif est là, parce que le niveau est haut.

Après, il y en a un tas d'autres où je ne me vois pas forcément aller. Il n'est pas question pour moi de faire six cents kilomètres le vendredi et six cents autres le dimanche, tous les week-ends. Ce que je recherche davantage pour l'année prochaine, c'est un projet sportif auquel je puisse m'identifier. Ça veut dire les championnats, et cinq, six, sept très beaux concours. Je vois que les nationaux se regroupent, veulent discuter avec la Fédération, il y a peut-être un virage qui s'opère. Je trouve ça intéressant.


Tu voudrais rejouer à haut niveau, cela passe par la constitution d'une ou de plusieurs équipes compétitives. Cela signifie donc intégrer un grand club, puisque c'est en leur sein que se regroupe, depuis plusieurs années, l'élite française ?

Je suis ouvert à beaucoup de choses, d'autant que mon téléphone n'a pas encore sonné (rires). Bien sûr, j'ai beaucoup de copains avec qui j'ai joué, qui seraient peut-être contents qu'on rejoue ensemble. Maintenant, si je leur ai peut-être apporté quelque chose il y a quelques années, la question est de savoir si je serai encore capable de leur apporter la même chose. Aujourd'hui, je n'aurai peut-être pas cette prétention, et du coup, comme j'ai eu la chance de jouer avec pratiquement tous les plus grands, j'aurais peut-être aussi envie de partager cette expérience avec de jeunes talents.

Pour le club, comme je te l'ai dit, ce qui sera déterminant c'est son projet sportif. J'ai notamment vécu de très belles choses en Coupe de France, et c'est un aspect qui peut peser dans la balance.

 

Photo Colette Verdier


Ce que j'ai vu aussi ces dernières années, c'est un Le Dantec meneur d'hommes, et de femmes, à la Ronde de Metz, et coach des équipes de Suède dans les compétitions internationales. Ça peut aussi nourrir des projets futurs, ou pas du tout ?

C'est quelque chose que j'ai mis de côté lorsque j'ai accepté ce nouveau challenge professionnel. On m'a proposé plusieurs postes de coach à l'étranger, que j'ai refusés par manque de temps, mais le coaching est quelque chose que j'aime beaucoup et je pense que j'y reviendrai un jour. Mais tu sais, même si j'ai vécu longtemps en Belgique, je suis français. Et si je redevenais coach, je pense que ce serait bien que ce soit pour la France.

Attention, je te dis ça parce que c'est venu dans la conversation, mais je ne suis pas un arriviste. Je ne veux absolument pas prendre la place de gens qui sont installés à ce poste, et pour lesquels j'ai beaucoup de respect. Je voulais juste dire que si un jour il y avait de l'envie des deux côtés, que les conditions étaient réunies, c'est une aventure qui me plairait bien.

 


Qu'est-ce qui te plaît dans le coaching ?

J'aime bien le côté mental, parce que c'est ça qui est important en compétition. On l'a vu pendant le confinement. Sur les réseaux, tout le monde faisait dix sur dix dans son jardin. C'était impressionnant, mais ce qui est difficile, c'est de refaire ça en compétition.

Je suis assez interpellé par ce qu'on voit en Asie. On s'aperçoit que non seulement ils ont un énorme réservoir de jeunes, mais ils ont des joueurs qui font du très gros tir dans les grandes compétitions, très au-dessus, à mon avis, des standards européens.

Et en parlant de standards, justement, on voit que certains de ces pays ont réussi à dégager un certain nombre de dénominateurs communs dans la gestuelle. Je trouve qu'en ça, ils ont pris de l'avance. On sent qu'ils ont fait un gros travail en amont, et qu'ils l'ont fait aussi au niveau mental.

 


Tu penses que c'est un continent qui peut aller beaucoup plus haut ?

Bien sûr, et il va falloir réagir. Là, on a quatre joueurs exceptionnels, mais on voit que quand on ne les aligne pas, comme on l'a fait aux championnats d'Europe, c'est compliqué. Déjà, le regard des nations étrangères change, elles se disent qu'elles ont une chance, que ça peut être jouable de battre la France.

Il faut aussi que les joueurs soient prêts à encaisser les conséquences de la médiatisation actuelle. On voit la couverture que fait la chaîne l'Équipe, les WebTV qui se multiplient, les directs sur les réseaux sociaux. Les joueurs sont en live en permanence, le moindre échec est guetté et commenté en direct. Ils vont devoir apprendre à le gérer.


En 1991, un jeune Breton apparaissait sur le circuit national en enfilant un maillot de champion de France tête-à-tête, et commençait une brillante carrière. Trente ans plus tard, cette passion qui t'animait à l'époque est toujours là ?

Elle a toujours été là. Même quand je jouais peu, je suivais toujours l'actualité de la pétanque, les résultats. La pétanque, c'est quelque chose dans lequel je suis tombé tout petit, et je crois que cette passion, je vais la garder toujours.


Entretien réalisé par Pierre Fieux


Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -


Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation
regis84
Posté le: 14/8/2020 17:50  Mis à jour: 15/8/2020 10:59
Co-Webmaster
Inscrit le: 12/2/2003
De: Avignon - 84 Vaucluse - PACA
Envois: 4600
 Re: Le Dantec, retour en France
1er retour en 2003:

David Le Dantec...Le retour

Régis
Gonzal21
Posté le: 14/8/2020 0:20  Mis à jour: 14/8/2020 0:24
Boulistenaute aspirant !
Inscrit le: 9/5/2006
De: Dijon - 21 Côte d'Or - Bourgogne
Envois: 1231
 Le Dantec, retour en France
Belle interview , david Ledantec a mes yeux le partenaire idéal .... tjrs a tire l'quipe vers le haut et une vision de jeu au top je suis dispo l'année prochaine, il y a du bon vin en Cote d'or
------------

un chameau peut travailler 10 jours sans boire et moi je peut boire 10 jours sans travailler

PORTRAIT N° 344 Arnaud GONZALEZ 'Gonzal21".
http://www.boulistenaute.com/actualite-portraits-interviews-portrait-344-gonzalez-arnaud-gonzal21-8441
ludo74
Posté le: 13/8/2020 20:48  Mis à jour: 13/8/2020 20:48
Boulistenaute accro !
Inscrit le: 7/12/2008
De: Villefranche sur Saône
Envois: 4577
 Re: Le Dantec, retour en France
La Classe. Voilà c'est tout.
------------

- Mon Portrait - http://www.boulistenaute.com/actualite-portrait-637-besnier-ludovic-ludo74-13591

Je ne perds jamais. Soit je gagne soit j'apprends.
          149 utilisateur(s) en ligne plus...

DANS LA BOUTIQUE
PODCASTS

SUIVEZ-NOUS
Pétanque mobile Facebook pétanque Dailymotion Vidéo pétanque Twitter pétanque YouTube Vidéo Pétanque Instagram pétanque Pinterest Pétanque Flux rss pétanque

Snapchat pétanque     Tiktok pétanque

Créer votre site Internet petanque
FORUM BLOGPETANQUE.COM
Entraide, trucs et astuces !