Anecdotes 6 du livre « Pétanque passion » de Gérard NAUDO et Jean MITJAVILLE

Date 29/3/2007 20:00:00 | Sujet : Livres et multimédias pétanque

Anecdotes par Gérard NAUDO
 
Pour Boulistenaute.com Gérard a eu la gentillesse de nous ouvrir son livre pour nous faire partager ses plus belles anecdotes. Qu’elles soient croustillantes, drôles ou émouvantes, agrémentées de commentaires sur les joueurs qui ont écrit ces partitions et que l’on surnommait « musiciens », « concertistes », « amuseurs » ou « virtuoses ».

Aujourd’hui : VI – Les petits secrets… quelques tuyaux & combines un peu rosses…


VI

Les petits secrets… quelques tuyaux &  combines un peu rosses…

    - Il est des révélations ou commentaires qu’il ne faut jamais faire, paraît-il ?
    - Oui, évitez des commentaires mettant en lumière vos faiblesses passagères ou permanentes. Du genre :
    Ce n’est pas à ma main !
    Là j’en mettrai as une !
    Il est impossible d’y aller !
    Je l’ai juste lâchée. Qu’est ce que ça roule !
    Ne « m’envoie pas si loin ». Je n’y arrive plus !
    Ne « passez jamais » à ce genre d’aveux. Dîtes-vous bien qu’une partie se joue en 13 (ou en 11)  points, et que, avec un peu de chance, vos défauts resteront inaperçus…
    - Quelle est la question qu’il ne faut jamais poser ?
    - C’est paradoxalement la question que l’on entend le plus fréquemment au cours d’une partie… « Combien, de boules vous reste-t-il ? » Elle est, à mon avis, de celles qui déclassent un joueur & dévaluent une équipe. Car, à tous moments, il faut savoir non seulement le nombre de boules de l’adversaire, mais encore & surtout dans quelles mains elles sont. De la réponse à cette question dépend très souvent la tactique à adopter. Sachant qu’il vaut mieux faire tirer un pointeur & pointer un tireur…
    Au sujet de cette fameuse question à ne pas poser, je me souviens d’une anecdote qui date de quelques années…Au cours d’une partie de début de concours, un des joueurs de la formation qui nous était opposé se tourna vers mon frère Jean & lui demanda : « Vous avez combien de boules ? ». Jean lui répondit sans sourciller : « Deux ! »…Après un moment d’hésitation, celui qui avait posé « La question qui ne se pose pas » de revenir à la charge : « Comment deux, il ne vous en reste qu’une… »
   Et Jean de répondre sur le ton de la galéjade : « Oui, une ! Mais dans les mains de mon frère, elle en vaut…deux ! »
    - Y a t-il des éléments extérieurs, voire des éléments naturels, qui engendrent des « petits secrets » ?
    - Il en existe ! Exemple : l’ombre & le soleil. Il est très fréquent de jouer sur un  « jeu » partagé entre l’ombre & le soleil. En soirée, cette même situation se retrouve lorsque l’éclairage électrique propose des zones très bien éclairées & d’autres plus sombres…L’équipe la plus faible, ou considérée comme telle, a tout intérêt à « faire le rond » au soleil & envoyer le but dans l’ombre…
    Les différences de luminosité ou d’éclairage rendent plus difficiles les appréciations visuelles & peuvent entraîner des erreurs au point comme au tir.
    Cela dit, il n’est pas impossible que vous soyez pris à votre propre piège. Mais lorsque, en principe, vous êtes moins fort, vous avez tout intérêt à rechercher « l’inhabituel » qui peut provoquer des maladresses inattendues…
    Au sujet de l’ombre & du soleil, me revient en mémoire une anecdote que l’on attribue beaucoup aux toujours aussi merveilleux amuseurs que sont « Néné » MACARI & Raoul BONFORT.
    La scène se passe sur la grand place d’un petit village gardois, un dimanche tellement écrasé de soleil que même les cigales cherchaient l’ombre & que l’extra de « Chez l’Antoine », un crack venu de la ville, avait du mal à tenir le coup derrière le zinc presque centenaire où les demis de bière défilaient en rangs serrés…
     « Néné » et Raoul, comme d’habitude, avaient mobilisé une imposante galerie, parmi laquelle on notait un couple à l’accent pointu qui arborait pour monsieur col cassé jusqu’à la glotte, et pour madame capeline de vieille mode avec cerises en voie de prochaine maturité…vous voyez le genre !
    Et voilà que Phoebus, prenant la gente dame par derrière, envoyait avec une précision diabolique l’ombre de la tête & du chapeau de la dame en plein milieu de la donnée de Raoul BONFORT. Ce dernier, avec beaucoup de tact, s’avança près de la dame, et lui dit poliment : « Si madame reste où elle est, et si elle n’arrête pas de gesticuler, il pourrait m’arriver de lui envoyer une boule sur la tête ! ».
    La dame, effrayée, se retourna vers son mari, blême quant à lui, et avec des tremblements dans la voie de s’écrier : « Chéri, quittons ce lieux ! Nous sommes là en grand danger. Ces messieurs sont des maladroits ! ».
  Et MACARI & BONFORT d’en rire aux éclats…
- Dans un autre registre, il doit bien exister des secrets, petits ou grands, plus ou moins « rosses » ?
- Bien évidemment qu’il en existe. Tout le monde sait que le but doit être lancé entre 6 & 10 mètres. Et parfois après un lancer limite, il arrive q’une équipe dise à l’autre : « on le trouve bon ». c’est à dire entre 6 & 10 mètres.
    Méfiez-vous ! Surtout si vous êtes en fin de partie, et sur un score du genre 11 à 11 ou 12 à 12. Méfiez-vous de la réponse : « S’il est bon, joue ! »
    Car sous-entendu, « S’il n’est pas bon, ne joue pas, et rejette-le ! »
    Si vous « jouez le coup » et embouchonnez, ou si vous faîtes un joli point, l’adversaire pourra mesurer ou faire venir l’arbitre pour contrôler la validité du but…S’il est au-delà de 10 mètres ou en-deçà de 6 mètres, vous devrez donc le rejeter.
Vous perdrez du même coup l’avantage d’un joli point, et, beaucoup plus grave, vous risquez de vous énerver, et pet-être même de perdre la partie. Car, à la pétanque, comme ailleurs, la maîtrise de soi est une qualité fondamentale.
    Ce dernier « petit secret », comme tu l’as dit, est un peu rosse, mais la pétanque comme le rugby, a ses « petits voyous », et puis aussi ses fameux gentlemen.
    Il en faut de tous pour faire un monde ! N’est-ce pas…
- Et à propos de la mesure, qu’est ce que tu « nous proposes » ?
- Je dis tout d’abord, la mesure, attention, danger ! Soyez « prudents ». Ne laissez jamais mesurer vos adversaires plusieurs fois un point. S’il est juste, l’arbitre est là pour le faire. Utilisez ses compétences.
     Méfiez-vous des cordelettes. Certaines ont des tendances bizarres qui font qu’elles s’étirent d’un côté, et rétrécissent de l’autre. Vous voyez ce que je veux dire !
    Sachez que selon l’article 31, chaque équipe est responsable de la surveillance de l’autre.
    Cela dit, ne soyez ni trop suspicieux, ni trop laxiste. Prudent, sans plus. Mais sans moins !
    - Dans ce domaine, les anecdotes doivent foisonner ?
    - Il n’en manque pas, je vais t’en donner deux…La première est arrivée à mon ami MACARI. Il avait acheté une paire de souliers en Italie à un prix défiant toute concurrence
 Mais voilà qu’à son arrivée à Nîmes, il s’aperçoit qu’on lui avait vendu du 43 pour son pied gauche – c’est sa pointure, et il n’avait essayé que celui-là – mais dans la boîte, il y avait un 45 pour le pied droit.
    Comment avait-on pu lui faire un coup pareil, à lui !
    Il décida de se venger sur certains de ses adversaires pétanqueurs.
    Voici comment…
    Vous avez probablement remarqué que lorsque les points à mesurer sont assez éloignés du bouchon, il arrive que les joueurs mesurent avec leurs souliers. Tant et si bien que lorsque le point à mesurer comptait un nombre impair de semelles, « Néné » MACARI commençait toujours par le 43 lorsqu’il mesurait la boule de l’adversaire, et par le 45 lorsqu’il mesurait la sienne. Il avait ainsi un avantage de 2 ou 3 centimètres qui souvent lui permettait d’avoir le point.
    Lorsque l’affaire fut éventé, inutile de préciser que ça fit pas mal de bruit !
    La deuxième des anecdotes m’est arrivé à mes débuts. Mon équipe aimait jouer à 10 mètres, alors que nos adversaires du jour préféraient, eux, le jeu court. J’envoyais régulièrement le bouchon à la distance maximum, ou pas très loin de la limite…Je m’entraînais à cet exercice, et je « me trompais rarement ».
    Et ce jour-là, à deux ou trois reprises, toujours le même gars, futé le bougre & sérieux comme un pape, de dire : « Il n’est pas bon ! ». Il sortait un mètre de sa poche & mesurait sous notre regard. Le mien surtout. Et effectivement, il était à plus de 10 mètres ! Quant à moi, j’avais un doute, mais…
    Jusqu’au moment où en mesurant un coup litigieux, selon notre « dégourdi », je m’aperçus que son mètre pliant ne comptait que neuf segments. Autrement dit, tous les buts que j’avais rejetés plus courts étaient bons, et le gars m’avait eu. J’avoue que je n’étais guère ravi & je lui fis savoir…
    - Et en conclusion que peut-on dire ?
    - Tout d’abord les petits conseils « rosses » que je vous ai donnés, je l’ai fait dans l’intention de vous prémunir contre ceux qui sont capables de « faire n’importe quoi pour gagner ». Pour que vous ne tombiez pas dans certains pièges…Pour que dans certaines occasions vous soyez vigilants & avertis des « dangers ».
    Cela dit, être gagneur, avoir un fort mental, supporter la pression n’empêche pas du tout d’être respectueux de la morale sportive, basée sur la maîtrise de soi & le fair-play. En un mot comme en cent, on peut être fort & solide pétanqueur tout en restant gentleman…
Côté réglement, que je dise avant tout que l'esprit m'a toujours paru plus important que la loi. Il y a la règle & l'esprit...
Gardons-nous donc de réglementer sans ouverture d'esprit, on risquerait de dénaturer la pétanque. Après l'interdiction de « sonder la donnée », certains ne parlaient-ils pas de supprimer « la rafle » qui donne à la pétanque son côté typique & bien des fois surprenant !
   Attention, si l'on n'y prenait garde, petit à petit, la pétanque deviendrait un jeu trop « rigide » & solennel !
   La rigueur, bien sûr est indispensable, jen suis le premier convaincu, mais l'esprit pétanque doit être conservé.
N'enfermons pas le jeu que nous aimons dans un « carcan de règles » qui étoufferait sa joie de vivre, son côté distrayant & tellement populaire...

« Pétanque Passion » de Jean MITJAVILLE et Gérard NAUDO

                                                         FIN

Toutes les anecdotes dans la rubrique :
Livres-Littérature 





Cet article provient de Pétanque
http://www.boulistenaute.com

L'adresse de cet article est :
http://www.boulistenaute.com/modules/news/article.php?storyid=7196