Le geai californien, ennemi de la pétanque

Date 31/10/2006 10:30:00 | Sujet : La pétanque aux USA

LE GEAI CALIFORNIEN, ENNEMI DE LA PÉTANQUE

  Cela peut sembler étrange à ceux qui me lisent depuis l’Europe, mais Silicon Valley au mois d’octobre se prête particulièrement à un jeu de pétanque. Le climat est méditerrannéen, les espaces verts légion, et le weekend, les autochtones profitent du soleil automnal pour se balader, même si une bonne partie d’entre eux préfèrent l’air climatisé des malls (des centres commerciaux, grandes surfaces aux États Unis, jacpetanque).


Le geai californien, oiseau beau et con. (photo Beeble Um Bum. Licence Creative Commons)Hier après-midi donc, nous enfourchons nos vélos et pédalons vers le campus de Stanford voisin, alma mater des Cardinals et d’innombrables écureils qui aiment à traverser la route au dernier moment, histoire de vous foutre les jetons sur votre deux-roues.
Après un brunch agréable au café du
Cantor Arts Center, où l’on peut admirer une collection de bronzes de Rodin et impressionner sa compagnie avec un exposé pédant sur La Porte de l’Enfer, nous avons continué vers le jardin de cactus, un coin bien caché et méconnu où des bénévoles ont il y a quelques années commencé à restaurer un jardin de plantes grasses et autres cacti collectionnés par Monsieur et Madame Stanford à la fin du siècle dernier, dont certains particulièrement rares. Côté faune, on peut y voir avec un peu de chance — outre les rongeurs sus-mentionnés — des lézards, des perdrix de Californie et des colibris d’Allen, qui malgré leur petite taille peuvent être particulièrement bruyants.
Les allées et le terrain environnant sont idéaux pour la pétanque improvisée. Seulement voilà, c’était sans compter sur un geai californien (un Western scrub-jay, ou aphelocoma californica, si vous êtes ornithologue) qui a plusieurs reprises est venu perturber le jeu, apparemment persuadé que le cochonnet a des vertus alimentaires aussi remarquables que sa parfaite sphéricité.
Ami pétanquistes, la méfiance vis-à-vis de ces oiseaux imbéciles s’impose donc. Une carabine à plomb me semble désormais un accessoire idéal. Lorsque le geai se pointe, tirez.

Source :  Des Grenouilles dans la Vallée - un Français exilé en Silicon Valley commente actualité, culture, technologies et vie quotidienne.

Légende photo : Le geai californien, oiseau beau et con (photo : 
Beeble Um Bum. Licence Creative Commons.)




Cet article provient de Pétanque
http://www.boulistenaute.com

L'adresse de cet article est :
http://www.boulistenaute.com/modules/news/article.php?storyid=6756