Alaoui, le géant de l'Atlas

Date 24/6/2020 13:00:00 | Sujet : Les champions

Au firmament de la pétanque marocaine brille une étoile, qui guide depuis près de quarante ans tous les talents du pays vers le podium des championnats du monde.


Alaoui, le géant de l'Atlas

 

Photo Nourredine Kotby


Au centre du drapeau du Maroc, il y a une étoile. Au firmament de la pétanque marocaine, il y en a une aussi, qui brille depuis près de quarante ans et guide tous les talents du pays vers le podium des championnats du monde.

Hafid Alaoui commence sa carrière internationale au début des années 1980, et va connaître, en 1983, sa première finale, au sein de la Coupe des Nations. Un essai qu'il transforme dès l'année suivante, en apportant au Maroc son premier titre mondial en compagnie de Essafri et Kouider.

 

Photo Pétanque Magazine

 

La planète pétanque découvre la précision du pointeur, en même temps que sa soif de vaincre et ses qualités de meneur d'hommes. Durant les années qui suivent, le champion marocain ne va pratiquement plus quitter le sommet de la pétanque mondiale : finaliste en 1986 avec Essafri et Moufid, champion du monde à nouveau en 1987 avec Essafri et Hammouchen, finaliste en 1988 avec Essafri et Moufid, et à nouveau en 1989 avec Moufid et Aouda. Le Maroc est sur le toit du monde et, s'il le doit aussi aux formidables tireurs que sont Ahmed Essafri et Amel Moufid, sait que l'apport d' Alaoui, de sa science du jeu et de sa formidable combativité, est prépondérant.

 

Photo Pétanque Magazine

 

On va le voir encore au cours des années 90, où Alaoui remporte une médaille de bronze en 1995 avec les deux autres étoiles marocaines, et montre en 1998 le chemin à deux jeunes talents, Saissi et Seghir, avec qui il n'échouera qu'en finale face à Quintais, Fazzino et Choupay. Il fera de même en 2002, s'ouvrant une nouvelle fois la voie vers la finale des championnats du monde avec Ajbi et Elachmi, et ne s'inclinant que face à la Dream Team de Lacroix, Suchaud et Quintais.

 

 

Photo Jac Verheul

 

Cette formidable expérience internationale, cette aura et ce goût de montrer la route aux jeunes joueurs amènent tout naturellement Hafid Alaoui, ces dernières années, au poste de coach de l'équipe nationale. Et la magie opère à nouveau : avec Ajouad, El Mankari, Bouchgour et le jeune Boulassal, il ramène du Canada la médaille d'argent, à la suite des championnats du monde de 2018. Comme on l'a vu encore en 2019 lors des Masters de pétanque (demi-finaliste) et du Trophée l'Équipe, où il dispute la finale en triplette et en tête-à-tête, le Maroc est de retour. Et son étoile brille encore.

 

Photo Nourredine Kotby

 

 

Lire aussi

Bezandry, la pétanque comme une fête 

Stohr, le modèle à suivre

Jeremy Darodes, au nom du père

Debayle, le Petit Prince et le renard

Fazzino, entretien avec le maître

Le Dantec, intermittent à grand spectacle 

Fara N'Diaye, saga Africa 

Danielle Gros, la dame d'Entrecasteaux

Angy Savin, entre hier et demain 

François Gouges, une fierté catalane

Cocciolo, la pente ascendante

Briand, le gaucher magique

Andriantseheno, le métronome de Madagascar

 





Cet article provient de Pétanque
http://www.boulistenaute.com

L'adresse de cet article est :
http://www.boulistenaute.com/modules/news/article.php?storyid=20996