Briand, le gaucher magique

Date 24/5/2020 13:00:00 | Sujet : Les champions

Immense joueur des années quatre-vingt dix, le gaucher gardois a joué aux côtés, et au niveau, des plus grands.


Briand, le gaucher magique

 

Photo Jac Verheul


Immense joueur des années quatre-vingt dix, le gaucher gardois a démontré tout au long de ses années de gloire qu'il était capable d'évoluer aux côtés de tous les monstres sacrés de notre sport.

Il se fait connaître à la fin des années quatre-vingt aux côtés de Desjardins, un autre excellent joueur du Gard. Les deux hommes raflent tous les concours de la région, et vont un temps évoluer aux côtés de Roger Capeau.

Mais c'est tout seul que Michel Briand va partir à la conquête des cîmes de la pétanque. En 1993, il domine Michel Loy en finale du championnat de France tête-à-tête, et endosse à Nevers sa première tunique bleu-blanc-rouge.

 

 

Photo Pétanque Magazine

 

La France entière découvre ce gaucher posé et discret, et son éblouissante technique. Ces qualités lui valent d'emblée une sélection pour le championnat du monde, où il parvient en finale en compagnie de Loy et Le Dantec, face à Quintais, Simoès et Passo. C'est le début d'une belle carrière internationale, qui va durer sept ans.

 

Photo Pétanque Magazine

 

En 1994, Briand décroche la médaille de bronze aux côtés de Foyot et Fazzino, et récidive en 1996 avec Foyot, toujours, et Passo. En 1997, avec Radnic et Miléi, ce sera la finale face aux Tunisiens, après deux matchs gagnants en quart et en demi-finale face à Foyot, puis à Quintais. Et en 1998, enfin, le titre mondial arraché au Maroc d'Alaoui, Saïssi et Seghir en compagnie de Choupay, Fazzino et Quintais.

 

 

Durant toutes ces années, Michel Briand s'affirme comme un joueur d'exception, capable de se montrer décisif sur une seule boule, comme à Montpellier en 1995, où il arrache son billet pour la finale à 10-12 sur un carreau de grande classe, ou en 1999, toujours à la Comédie Pétanque, où il frappe un bouchon à neuf mètres qui s'immobilise à plus de douze mètres contre la ligne, et le frappe à nouveau pour ne pas perdre. Il va bien sûr figurer dans tous les grands concours, à l'image du Mondial de Millau qu'il remporte en 1998 avec Michel Maurin, après avoir décroché en 1996 un deuxième titre national en tête-à-tête.

 

 

 

Mais viennent ensuite les années de vaches maigres. Après une traversée du désert de plus de quinze ans, c'est au sein de la catégorie vétérans qu'on retrouve Michel Briand, qui multiplie les succès avec le plus de soixante ans. Au point que la Fédération française lui accorde à nouveau sa confiance pour disputer en Bulgarie, l'an dernier, le championnat d'Europe vétérans aux côtes de Marco Foyot, Christian Fazzino et Fernand Rivière. Mais des problèmes de santé vont empêcher Briand, qui sera remplacé par Christian Lagarde, d'honorer cette sélection et de monter sur le podium avec eux. Un rendez-vous raté qu'il a peut-être regretté, mais qui ne change rien au sillon profond, et brillant bien sûr, que le Gardois a tracé dans la pétanque de la fin du XXème siècle.

 

 

 

Lire aussi

Andriantseheno, le métronome de Madagascar (22 mai)

________________ 

Les trois vies de Jean-Michel Ferrand (20 mai)

Loulon, grand cru de Bordeaux

Lakhal, un Niçois arc-en-ciel

Castellan, l'as de carreau

Florence Schopp, la force tranquille

Henri Lacroix, arrêt de jeu

Jo Farré, une légende montpelliéraine

Lozano, coeur de champion

Robert Leca, le roc varois

Maryan Barthelemy, mémoires d'un jeune champion

Marco-Marigot, doublette du siècle

Damien Hureau, un souvenir arc-en-ciel 

Baldo et Garcia, les gitans merveilleux

Gilles Gayraud, droit au but

Rouvière, le taureau de Camargue 

Le Boursicaud, la rage de vaincre

________________

Michel Loy, la France au coeur (11 avril)

Simoès, tout près du but

Philipson, un week-end bleu blanc rouge

Marco Foyot, jours de gloire

Robert Lebeau, le maître à jouer

Jean-Luc Robert, seul en haut du podium

René Luchesi, le seigneur de Châteaurenard

Dylan, l'année du sacre

Daniel Voisin, itinéraire d'un gagneur 

Weibel, sur le toit du monde 

Bartoli, le Prince noir de Borély 

Didier Choupay, le bombardier du Bourget 

Zvonko Radnic, un match face à Miléi  

René Coulomb, une légende varoise 

Romain Fournié, trente et une parties sans perdre (27 mars) 





Cet article provient de Pétanque
http://www.boulistenaute.com

L'adresse de cet article est :
http://www.boulistenaute.com/modules/news/article.php?storyid=20963