Les trois vies de Jean-Michel Ferrand

Date 20/5/2020 13:00:00 | Sujet : Les champions

Longtemps absent des terrains, le grand joueur toulousain a connu un déroulement de carrière hors norme...

 


Les trois vies de Jean-Michel Ferrand

 


Originaire de Narbonne, il grandit à Toulouse, où il va bientôt imposer son exceptionnelle force de frappe. Dans les années 70, on va croiser sa silhouette dans la plupart des nationaux du Sud-Ouest. Mais c'est au cours des années 1980 que sa carrière, malgré une activité commerciale qui lui laisse peu de temps, va décoller. Son association avec Daniel Déjean, le champion de France tête-à-tête 67, porte rapidement ses fruits. Le Renard argenté emmène Ferrand à Marseille, où il a disputé en 1969 la finale du Mondial avec le môme Marceau. Les deux hommes, en compagnie de Bonhouret, vont parvenir en quart de finale et s'incliner contre Kokoyan, Lucchesi et Rouvière.

 

Crédit Photo Guy Dupeyron

 

Mais l'équipe va bientôt se compléter avec l'arrivée de Jean-Claude « Coco » Lagarde. Elle va alors devenir l'une des meilleures de l'Hexagone et permettre à Jean-Michel Ferrand de démontrer, au poste de milieu ou même de pointeur, toute l'étendue de son talent. La formation toulousaine rôde alors autour du titre de champion de France : demi-finaliste en 1983 face à Capello, finaliste en 1984 contre Fazzino, demi-finaliste encore en 1985 face à Choupay, elle échoue à chaque fois contre les futurs vainqueurs. Mais la finale de 1984 a ouvert aux Toulousains la porte du championnat du monde. A Rotterdam, ceux-ci vont saisir l'occasion de monter sur le podium, s'adjugeant la troisième place aux dépens de Monaco.

 

Photo Joop Bartijn

 

Le titre national en triplettes, toutefois, ne sera jamais pour Déjean. Mais, alors que celui-ci a été remplacé par Philippe Rouquié, il va finir par s'offrir à Ferrand et Lagarde quelques années plus tard. A Avignon, en 1991, l'équipe de la Haute-Garonne va devenir championne de France.

 

 Crédit Photo Guy Dupeyron

 

Mais la pétanque demande trop de sacrifices à Jean-Michel Ferrand. Il va désormais moins jouer et se consacrer à sa carrière commerciale, d'autant que quelques années plus tard, elle va prendre un tour nouveau. Avec Coco Lagarde, il va acheter une brasserie toulousaine et y consacrer dix années de sa vie. L'affaire marche bien, et les deux champions vont déserter complètement les jeux de boules.

Ce n'est qu'au début des années 2010, après avoir vendu la Taverne bavaroise, que Ferrand reprend ses boules. Aux côtés de Philippe Rouquié, d'abord, puis d'un jeune tireur, Stéphane Berlier, il retrouve peu à peu la compétition, et les championnats de France. Après deux galops d'essai à Roanne en 2012 et à Béziers en 2013, c'est à Brive, en 2014, que les trois hommes vont endosser le maillot tricolore, après avoir disposé en finale des grandissimes favoris, Lacroix, Loy et Le Boursicaud.

 

 

Pour Ferrand, ce bâton de maréchal inattendu marque le départ d'une nouvelle vie bouliste. Une vie qui va se dérouler, essentiellement, au sein de la catégorie vétéran où il va évoluer aux côtés d'autres grands noms toulousains, comme Pariset ou Gourse. Avant de retrouver, ces derniers mois, son vieux complice Coco Lagarde : lui aussi a repris le chemin des terrains, où il a recommencé en bas de l'échelle, en catégorie promotion, mais en s'adjugeant d'emblée le titre national de la catégorie en 2018.

 

 

 

Ferrand et Lagarde se sont retrouvés au sein d'une association interrompue provisoirement par le coronavirus, mais qui devrait évoluer comme l'aiment les deux amis : loin des caméras et des strass de la pétanque moderne, et avec toujours au cœur, l'amour du jeu. A l'ancienne, bien sûr.

 

(Merci à Guy Dupeyron pour son aide précieuse. Ne manquez pas d'aller voir son site sur la pétanque du Sud-Ouest : http://papys-petanque.over-blog.com/)

 

 

Lire aussi

Loulon, grand cru de Bordeaux

Lakhal, un Niçois arc-en-ciel

Castellan, l'as de carreau

Florence Schopp, la force tranquille

Henri Lacroix, arrêt de jeu

Jo Farré, une légende montpelliéraine

Lozano, coeur de champion

Robert Leca, le roc varois

Maryan Barthelemy, mémoires d'un jeune champion

Marco-Marigot, doublette du siècle

Damien Hureau, un souvenir arc-en-ciel 

Baldo et Garcia, les gitans merveilleux

Gilles Gayraud, droit au but

Rouvière, le taureau de Camargue 

Le Boursicaud, la rage de vaincre

________________

Michel Loy, la France au coeur

Simoès, tout près du but

Philipson, un week-end bleu blanc rouge

Marco Foyot, jours de gloire

Robert Lebeau, le maître à jouer

Jean-Luc Robert, seul en haut du podium

René Luchesi, le seigneur de Châteaurenard

Dylan, l'année du sacre

Daniel Voisin, itinéraire d'un gagneur 

Weibel, sur le toit du monde 

Bartoli, le Prince noir de Borély 

Didier Choupay, le bombardier du Bourget 

Zvonko Radnic, un match face à Miléi  

René Coulomb, une légende varoise 

Romain Fournié, trente et une parties sans perdre

 

 





Cet article provient de Pétanque
http://www.boulistenaute.com

L'adresse de cet article est :
http://www.boulistenaute.com/modules/news/article.php?storyid=20958