Marco-Marigot, doublette du siècle

Date 25/4/2020 13:00:00 | Sujet : Les champions

Duo magique des années 70 et 80, les princes du jeu d'attaque ont laissé une trace indélébile dans l'histoire de la pétanque.


Marco-Marigot, la doublette du siècle

 

C'était il y a longtemps. Il y a près de quarante ans, à une époque où on disposait de trois minutes pour jouer, où l'on pouvait longuement préparer sa donnée avant de revenir au rond. En ce temps où les pointeurs étaient passés maîtres dans l'art de déstabiliser le tireur adverse, la mène de jeu était beaucoup plus cloisonnée, construite et basée sur le point. Très rares étaient les équipes qui se lançaient systématiquement à l'attaque, et parmi ces téméraires, encore plus rares étaient ceux qui parvenaient à gagner ainsi.

 

 

Rien d'étonnant, donc, à ce que les grands artilleurs d'antan aient attiré les foules et soient entrés, vivants, dans la légende. Au premier rang d'entre eux, on trouvait, constamment cernés d'une épaisse galerie, Roger Marco et Roger Marigot. Les deux joueurs de Béziers ont été les précurseurs de ce jeu hyper-offensif qu'on verrait plus tard déployé par Philippe Quintais et Laurent Morillon, où aujourd'hui par Mickaël Bonetto et Jeremy Fernandez. Marigot tirait systématiquement sur la première boule pointée, où qu'elle soit, cadrait souvent trois fois, avant que Marco ne déploie ses formidables talents de finisseur de mènes.

 

 

C'était l'époque des très grands concours en doublettes de l'Hérault, Marseillan, Pézénas, où l'on retrouvait durant l'été toute l'élite de l'époque. Uniquement concurrencée par des équipes de la dimension de Farré-Maraval ou Capeau-Lucchesi, la paire bitterroise y faisait une véritable razzia, à l'image de cette semaine de juillet, au début des années 1970, où Marco et Marigot, alignés chaque jour dans un concours différent, n'avaient pas perdu une seule partie.

 

 

Cette domination et cette maîtrise devaient fatalement les conduire jusqu'aux plus grands podiums. Après une demi-finale perdue contre Lubrano et Ruiz en 1974, ils endossent enfin le maillot tricolore en 1976, grâce à une victoire face aux Parisiens Stohr et Montero. En 1976, ils parviennent en finale du championnat de France triplettes en compagnie d'un autre bitterrois, Maurice Giniès, et gagnent ainsi leur billet pour le championnat du monde de Southampton. Ils vont s'y classer troisièmes, échouant en demi-finale contre les Italiens tenants du titre, Napolitano, Ferro et Serrando. Mais la Fédération saura se souvenir de leur parcours, et les sélectionnera une dizaine d'années plus tard en compagnie de Georges Simoès pour le championnat du monde 1990. Cette belle équipe de France échouera sur la dernière marche, s'inclinant en finale contre le Maroc d'Alaoui, Laouija et Moufid.

 

Photo Pétanque Magazine

 

C'est l'époque où Marco Foyot vient de s'installer dans le Sud. Les trois hommes vont jouer ensemble quelques temps, et collectionner quelques succès. Mais bientôt, Roger Marco commence à se retirer des jeux, alors que Roger Marigot continue à briller au sein de la Team Nicollin. Un effectif montpéllierain qu'il va accompagner dans la conquête d'une Coupe de France et de trois Coupe d'Europe des clubs au début des années 2000.

 

 

Mais cette brillante fin de carrière n'occulte pas les années flamboyantes passées aux côtés de Marco. Le jeu fabuleux déployé par les deux hommes demeure, intact, dans la mémoire de tous les aficionados, au point que lorsque les organisateurs du Mondial de Millau décident, en 1999, d'élire la doublette du siècle, la majorité des votes se porte aussitôt sur Marco et Marigot. Comme un témoignage de la trace étincelante qu'ils ont laissé, à jamais, dans l'histoire de la pétanque.

 

Photo Pétanque Magazine

  

Lire aussi

Damien Hureau, un souvenir arc-en-ciel 

Baldo et Garcia, les gitans merveilleux

Gilles Gayraud, droit au but

Rouvière, le taureau de Camargue 

Le Boursicaud, la rage de vaincre

________________

Michel Loy, la France au coeur

Simoès, tout près du but

Philipson, un week-end bleu blanc rouge

Marco Foyot, jours de gloire

Robert Lebeau, le maître à jouer

Jean-Luc Robert, seul en haut du podium

René Luchesi, le seigneur de Châteaurenard

Dylan, l'année du sacre

Daniel Voisin, itinéraire d'un gagneur 

Weibel, sur le toit du monde 

Bartoli, le Prince noir de Borély 

Didier Choupay, le bombardier du Bourget 

Zvonko Radnic, un match face à Miléi  

René Coulomb, une légende varoise 

Romain Fournié, trente et une parties sans perdre

 






Cet article provient de Pétanque
http://www.boulistenaute.com

L'adresse de cet article est :
http://www.boulistenaute.com/modules/news/article.php?storyid=20924