« Souvenir Mario Foyot » : une autre histoire de copains…

Date 17/6/2015 14:20:00 | Sujet : Aquitaine

C’est désormais la mode dans le 7e art : les histoires de copains qui fleurissent ça-et-là, sorties de l’imagination d’un Marc Esposito (« Le cœur des hommes ») ou d’un Philippe Guillard (« Le fils à Jo » ou « On voulait tout casser »). Phénomène de mimétisme sans doute ?… Mais  force est maintenant de reconnaître que cette vogue gagne le monde des boules dans sa grande transhumance d’été à l’image du 5è « Souvenir Mario Foyot » (du 10 au 14 juillet à Capbreton), également baptisé « La Landaise à Pétanque ».  Ne s’y dégage-t-il pas aussi une entêtante fragrance de potes ? 


    L’initiateur Marco, « l'(autre) fils de… », se plaît ainsi à mettre l’accent  sur l’origine de l’aventure : « une amitié remontant à l’enfance, avec Fredo Fitte, et son frère, Ronald, des retrouvailles en 2010 en compagnie de mon fils, Benjamin, les quatre garçons - (dans le vent de la novation) - s’interrogeant face à l’Océan : « et pourquoi pas un souvenir Mario Foyot, ici-même ? »


   « Mon père appréciait tellement cet endroit », soupire toujours Marco de la grandeur de ses 62 printemps...  Ainsi va donc naître ce rendez-vous, incontournable et convivial, du calendrier hexagonal (National masculin en triplettes puis National féminin en doublettes), une arrivée à grandes pompes en forme de vibrant  hommage au paternel, décédé en 2007, à jamais personnage de légende n’ayant eu de cesse de son vivant d’organiser en ces lieux d'évasion des concours de plage avec ses amis de la Côte.


   N’y a-t-il pas du « Fils... à Mario » ou du « Cœur des hommes » revisités là-dedans ?


   Notoriété rapidement établie, la compétition prendra en cette année 2015 ses aises - « elle grandit » note affectueusement Marco - avec une extension à cinq jours de compétitions qui commenceront par une mise en bouche, le vendredi après-midi, à l’Estacade arène de prestige protégée par le Casino, avec l’entrée en scène des artistes, pour le Tournoi VIP donnant lieu, cette fois,  à une prégnante interrogation. Gérard sera-t-il là ? Quittera-t-il ses steppes ou son Plat Pays ?
   D’aucuns seraient enclins à le penser car, depuis la sortie cinématographique des « Invincibles », en 2013, où notre triple champion du monde d'organisateur jouait les conseillers techniques avec le nouvel ami de Poutine et incarnait le rôle d’un consultant – qu’il est sur la « Marseillaise » - les débonnaires Sieurs Depardieu et Foyot ont tissé des liens ténus de proximité.
    Hélas, par monts et par vaux toujours appelé, le gourmet castelroussin n’est pas libre. « Une autre fois peut-être viendra-t-il » songe Marco. « Un jour de Belharra ? Cette plus belle vague du monde qui, dès lors, prendrait la forme d'un tsunami » s'amuse le sextuple vainqueur de « La Marseillaise ».


   Que l'on se console, l'intrépide Gérard sera cependant dignement remplacé par un autre « ténor du barreau » : André Boniface, orfèvre du verbe et de l'ovale résidant à deux pas (Hossegor), qui pour l'heure brûle d’envie d’associer sa notoriété de rugbyman (48 sélections) reconnue dans le monde entier à l’instar de son entrée au Hall of Fame britannique.
   Ascète et franc du collier – il avait joué un match avec les lèvres obstruées de sparadrap pour éviter de dire ses quatre vérités à l’arbitre -  Boni est franchement fier de cette sollicitation. « J’aime bien cette ambiance de la pétanque, glisse-t-il, et je les regarde souvent à la télé avec Foyot au micro, qui donne de la dimension au spectacle ». L’ancien champion de France (1963 avec Mont-de-Marsan), chantre du rugby-champagne, frétille donc déjà à l’idée de retrouver quelques joueurs de ses amis, tels les Jean-Pierre Bastiat, Olivier Roumat, Marc Sallefranque et Richard Dourthe annoncés…


   Le Landais a ainsi fait vœu de laisser aller son enthousiasme dans cette mêlée improvisée sur le sable de l’Estacade, ce lieu véritablement mythique et magique bercé par le souffle des ressacs. D'ailleurs, du temps de sa gloire, Dédé n'aimait-il pas  prophétiser en ces termes ? : « Un ballon, ça ne se jette pas, ça ne se passe pas, et, de même, ça ne se donne pas... On l'offre ».
   Il fera de même l'offrande avec les sphères...
   Foin de nostalgie, mais que reste-t-il cependant du premier « Souvenir » 2011 ayant alors rassemblé 260 doublettes ? L'essentiel diront les fidèles : une suave et indélébile concorde, l'odeur des essences de pins et un fumet de barbecue irrigué par les ceps de côtes-de-gascogne ou l'anis de la maison mère marseillaise, troublantes senteurs de vacances virevoltant dans un marathon « oeno - boulistique » qui devrait être,  cette année encore, celui de tous les records (197 triplettes en 2014).
   Les champions de France en titre... et en maillots (Ferran-Rouquié-Berlier), Eric Sirot et Thierry Grandet (triple et double champions du monde), Kevin Malbec (ex champion du monde juniors) sont en effet attendus parmi une trentaine de lauréats nationaux pour les préliminaires, sur le site ombragé du Gaillou où il fait bon déplier sa chaise de toile et de piquer un petit roupillon.
   Les champions d'Europe des clubs monégasques seront aussi à pied d'œuvre au même titre que deux bandas, histoire de conjuguer relief sportif dans sa grande incertitude et Alegria régionale.


   En fait, il ne manquera que les vachettes...

 

Article réalisé par ALAIN GEX

 

Les boulistenautes en parlent dans ce ::FORUM

 

 
Signalez votre présence dans le ::CALENDRIER Boulistenaute


 





Cet article provient de Pétanque
http://www.boulistenaute.com

L'adresse de cet article est :
http://www.boulistenaute.com/modules/news/article.php?storyid=18099