National de Capbreton : une histoire naturelle en somme…

Date 15/7/2014 18:50:00 | Sujet : Aquitaine

L’embarras du choix ! Voilà bien le sentiment partagé par les amoureux de la pétanque, suiveurs ou vacanciers, rassemblés à Capbreton pour une grande première : un National dans le cadre de la désormais classique Landaise à Pétanque.

L’embarras du choix ! Voilà bien le sentiment partagé par les amoureux de la pétanque, suiveurs ou vacanciers, rassemblés à Capbreton pour une grande première : un National dans le cadre de la désormais classique Landaise à Pétanque. Faut-il en effet mettre en exergue la qualité du jeu produit par les 196 équipes en lice ou se laisser bercer par le charme d’une manifestation aux senteurs sauvages et océaniques comme toujours présidée par une palpable concorde ?

Lyrique, Alain Cantarutti n’hésite pas une seconde à faire son choix. « L’amitié et le naturel sont les mots caractéristiques de ce rassemblement festif », insiste ainsi le président de la FFPJP dans la présentation de cette 4ème édition née du souvenir de Mario Foyot, « cet homme (qui) possédait en lui ce supplément d’âme qui en fait un personnage intemporel ».

Retenu à Colomiers par les nationaux mixtes, l’Auscitain a honoré à distance ce « phare », entre Gaillou et Estacade. Un phare « aux reflets argentés » nommé Marco, le fils du disparu, vers lequel il vous conseille de voguer. « Il n’y a pas de danger, dit-il… sauf d’en tomber amoureux car il est champion du monde de la plus grande vague, de la « belharra » de l’amitié, il la surfe avec talent ».

Sans Christian Fazzino, le « joueur du siècle » bien qu’annoncé, il convient pourtant de reconnaître que, cette fois, la qualité des débats a prévalu à l’esprit convivial toujours aussi prégnant, à l’image d’un haletant quart voyant le but se noyer à dix-huit reprises, au terme duquel Christian David l’a emporté sur le fil pour sombrer ensuite, diminué par le préalable marathon (13-12)..

Oui, ce National a épaté par sa densité et cela ne donne que plus de valeur à la victoire finale (13-8) de la triplette périgourdine Jean-Christophe Godard, Alain Garcia et Nicolas Bouty, écartant en finale le triple champion du monde Eric Sirot, associé à « Popeye » William Laurot et Samson Debard. Au four et au moulin d’un rendez-vous « musclé » sur quatre jours - un concours de doublettes féminines revenant à Anaïs Lapoutge et Marjorie Galy victorieuses (13-2) d’Agnès Deslile et Violette Pavia figurait aussi au programme - Marco Foyot (et les cousins Topoto et Moineau Feltain) est hélas tombé à la quatrième partie. Qu’importe cependant, le « phare » a communiqué l’ivresse en chansons. Avec lui en effet, tout le monde a repris en chœur les paroles de son tube : « Marco, Marco… c’est le roi du carreau ».

« Une histoire naturelle en somme », comme le pense Alain Cantarutti.


Alain Gex

 

 


 

 

 


 

 


 Tombola en faveur de l'association ILONA

1€ le ticket


1er lot: 1 jeu de boules 550

2ème lot: 6 verres à Bière 721

3ème lot: 6 verres à wisky 785

4ème lot: 1 plateau + 1 T-shirt 651

5ème lot: 1 bob Ricard 470

6ème lot: 1 bob Ricard 632

7ème lot: 1 briquet ILONA 480

8ème lot: 1 Cochonnet ILONA 620

9ème lot: 1 Cochonnet ILONA 451

10ème lot: 1 Cochonnet ILONA 622

                                 C'est le jeune Bastien qui a gagné le jeu de boules.

 


 

 





Cet article provient de Pétanque
http://www.boulistenaute.com

L'adresse de cet article est :
http://www.boulistenaute.com/modules/news/article.php?storyid=17480