Un « Souvenir Mario Foyot » chevaleresque

Date 15/7/2013 12:50:00 | Sujet : Aquitaine

   « Mario et Marco » : ce sont deux noms « qui vont très bien ensemble » comme diraient amoureusement les Beatles de notre jeunesse quand ils évoquaient leur troublante « Michèle ». Et si l’aîné, ancien actif président du « Cochonnet meldois » (de Meaux, chez Jean-François Coppé) s’en est allé en 2007, sa mémoire est toujours vive à Capbreton - où il est du reste enterré - par la volonté de son insatiable rejeton, le « Grand Marco », créateur de La Landaise à Pétanque, dont la 3e édition s’est déroulée ce week-end entre Gaillou et Estacade.


 

 
Photo mamasse

 

   Marco a ainsi honoré une nouvelle fois, comme en 2012, son géniteur de la plus louable des manières en s’imposant (13-9) en finale, face au duo Chagneau-Vigne, du « Souvenir Mario Foyot », clou des festivités boulistiques, avec la complicité du « Joueur du Siècle », son ami de toujours, le gracile moustachu Christian Fazzino.

   Est-ce ce judicieux bis repetita qui nous flatte ? Mais on a vraiment eu étrangement l’impression que le temps s’est arrêté et que son cours se soit délicieusement alangui le long de la jetée où se sont fièrement élevé le bruit des carreaux.

   Avec Marco, chacun a ainsi l’assurance de se donner un bon coup de jeunesse à vil prix.

   Voyez-le d’ailleurs l’ancien espoir du 400m. N’a-t-il pas encore de l’allure du haut de son mètre 90 ? Ne se joue-t-il pas  encore majestueusement de ses 60 balais grisonnants nous procurant parallèlement une cure de jouvence à une époque où pourtant le pays se ride. Merci à toi Marco et « Respect » à l’instar de cette avant-première « Le Respect change la vie » qui a réuni une trentaine de gamins aux côtés des deux vainqueurs transformés en professeur !

   « Marco a encore gagné », remarqueront les esprits chagrins. Serait-ce une tare ? Serait-ce injustifié ? N’a-t-on pas noté que curieusement, Marco aurait bien laissé la vedette aux cousins Jean-Willy et Jean Feltain, ses protégés du club de Castelnau-le-Lez et ses vaincus de demi-finale (13-11). Ne l’a-t-on pas vu  personnellement et paternellement présenter ses adversaires à l’assistance avant de les encourager par des tapes amicales sur la nuque ? Mais les mômes se sont simplement contentés de titiller le maître…

   Force est donc restée à l’expérience et c’est bien ainsi pour clore un rendez-vous international et ensoleillé qui a mobilisé 259 triplettes (Souvenir Foyot), 64 autres (VIP), 55 doublettes (National féminin) et 180 individuels (tête-à-tête) avec des représentants canadiens, suisses, italiens, monégasques et néo-zélandais.

   C’est de cette manière que Marco et les Foyot de trois générations – on a vu le petit-fils Benjamin au four et au moulin - tient à « recevoir ses amis », sans bémol et avec tambour et trompettes, dans une ambiance chevaleresque… à son image.

Alain Gex





Cet article provient de Pétanque
http://www.boulistenaute.com

L'adresse de cet article est :
http://www.boulistenaute.com/modules/news/article.php?storyid=16717