Gilles Souef, parole d'évent-Gilles

Date 9/9/2014 7:30:00 | Sujet : Livres et multimédias pétanque

"Pétanque, apprentissage et technique",

c'est un livre bien atypique, qui nous est parvenu la semaine derrière, au goût prononcé pour le calembour et l'humour grivois, décrivant le vécu pétanquiste de son auteur et tendant à en faire partager les enseignements qu'il a pu en tirer... et « bien tiré », serait on tenté d'ajouter.


Découvrir l'Univers du Livre de pétanque sur la boutique des champions :

www.boulistenaute.com/boutique

 

Parole d'évent-Gilles

 

D'une quarantaine d'année, Gilles Souef, notre boulistenaute « sougil », vendéen de souche grand admirateur d'un Lili qu'il nous tarde de connaitre («Monsieur Lili , Louis Barreau, 77 ans, toujours fidèle au poste, admirable de gentillesse, d'humour et d'intelligence »), amené sur un terrain de boules à 17 ans par sa maman qui voulait le voir rompre avec une timidité casanière, de retour à la compétition avec un bonheur jubilatoire après 13 ans d'une abstinence un peu mystérieuse, se retrouve, non sans avoir glané quelques résultats au moins départementaux, amoureux du jeu au point d'en écrire ce livre et de l'auto-publier : casquette !.. Heu, non : chapeau !

 

Autant le dire d'entrée, la pensée de l'auteur est parfois un peu sinueuse et l'organisation de son ouvrage aussi. 1/ « L'apprentissage » et 2/« améliorer sa technique » abordent le jeu dans sa partie concrète tandis que 3/ « la tactique » et 4/ « le mental » évoquent une perception plus intime de la compétition. Après un détour par 5/ « Le Matériel » l'auteur s'évade vers des 6/ « Considérations hautement philosophiques sur la pétanque », puis relit de façon presque amusée 7/ « le Règlement » (le vrai étant cité en annexe), avant de finir sur une note divertissante avec 8/ « Rions un peu ».


En dehors d'un étonnant passage consacré à la balistique (inspiré du site de simulations scientifiques de Gilbert Gastebois) cette Pétanque par le petit bout de la lorgnette serait du livre sa principale qualité, si sa volonté affichée de s'ériger en principe didactique ne le déconnectait finalement un petit peu de la réalité.


 

 

Pour prendre un exemple, le chapitre « apprentissage » décrit les différents résultats que peut obtenir un pointeur . Et en premier : « embouchonner, un coup très fort puisque en tirant[,] le but risque de suivre la boule et donc vous pouvez conserver le point ». C'est vrai, bien sûr, mais, à pétanque, il existe également cette situation où, sur une mène de gagne, 5 boules à 2 pour vous, embouchonner serait plutôt maladroit, grossissant le but à l'adversaire et augmentant considérablement ses chances d'annuler cette mène mal embarquée pour lui. C'est du reste, une des beautés de ce jeu, que le résultat d'un coup soit lié au contexte qui le conditionne. Alors, dans ce contexte, c'est toujours « un coup très fort », cette petite catastrophe boulistique ?..


Et c'est bien là, à ce livre, le défaut de ses qualités : présenté comme un ressenti, un exposé théorique pourra toujours susciter une réflexion, énoncé comme vérité absolue, il sera battu en brèche par le premier contre-exemple venu.

 

 

Michel Loy - Portrait - Entretien

Journalistiquement parlant, aussi, le livre s'arrête à des interrogations personnelles, sans aller, un tant soit peu, aux renseignements. Par exemple, sur la qualité de l'envoi de Michel Loy (qualifié ici de systématique), ne pas constater l'évolution du jeu de ce grand champion, au fil des années, ni lui poser tout simplement la question - « pourquoi jouez-vous toujours comme ça ? » - c'est bien dommage : il aurait répondu, il est très abordable ce garçon ! Et nous, ça nous aurait intéressé.

 

De même, la caricature, un tantinet provocatrice, faite de « la Marseillaise » (« le plus beau concours de camping de France ») nous renvoie une image d'immenses et authentiques champions (Pisapia, Kokoyan...) comme de vulgaires joueurs de plage.

:

Albert Pisapia mesure le point en finale de la Marseillaise 1985 (photo jacpetanque)

Sans être un inconditionnel du parc Borély, ni un aficionado du Vieux Port, force est de constater que c'est un peu comme crier « Allez l'O.M. !», ce n'est que l'expression d'un point de vue partisan. (Comment ? Ça, c'est un mauvais exemple ?)


Encore plus amusante, l'immense erreur de qualifier Millau de plus beau concours de France. Voyons, voyons, un peu de discernement que diable : Millau, c'est le plus beau concours … du Monde ! Tout simplement.


Alors bon, me direz vous, à quoi bon se coltiner ce fatras de vérités subjectives, absolument personnelles et définitivement revendiquées comme telles ?


Et bien, parce qu'au final, ce livre témoigne d'une telle volonté, d'une telle énergie, qu'on en sort ragaillardi d'une formidable joie de vivre, qui érige l'amour du jeu (et des femmes !) en parole d'évent-Gilles, propre à soulever des montagnes ou à faire s'ouvrir les flots...vendéens, par exemple !


 

 

 

Auto édité

« tous pas droits interdits »

169 pages, 20€ dont 2€ au profit de l'association Ilona

Disponible sur sur le blog de l'auteur : petanque-apprentissage-et-technique


Découvrir l'Univers du Livre de pétanque sur la boutique des champions :

http://www.boulistenaute.com/boutique





Cet article provient de Pétanque
http://www.boulistenaute.com

L'adresse de cet article est :
http://www.boulistenaute.com/modules/news/article.php?storyid=15177