L'oeil américain d'Alec Stone Sweet : la Marseillaise est le concours le plus fatiguant

Date 5/7/2009 11:50:00 | Sujet : Mondial la Marseillaise à pétanque

L'oeil américain d'Alec Stone Sweet

La Marseillaise est le concours le plus fatiguant

Curieusement, le Mondial est un concours extrêmement fatiguant, alors qu'on ne dispute que très peu de parties chaque jour. A Millau, on fait beaucoup plus de parties, et je ne suis pas plus fatigué qu'ici. J'ai également joué quatre championnats du monde, et j'étais beaucoup plus frais à la fin de chacun d'eux qu' au bout de deux jours à la Marseillaise. La longue attente dans les files pour donner les résultats et les distances parcourues à pied jouent un rôle dans cette fatigue, mais le plus important, je pense, est le rôle du soleil, qui est très fort sur certaines aires de jeu : il y a beaucoup de réverbération sur le gravier blanc, le goudron renvoie beaucoup de chaleur et chaque partie, surtout à partir du mardi, est une bataille. Mais quand même, cette fatigue particulière, sur laquelle tous les joueurs qui ont disputé le Mondial sont d'accord, et qui explique les nombreuses défaillances que l'on constate au cours du concours, reste un mystère. Un des nombreux mystères de ce concours unique.

 

 

Professeur d'économie à l'université de Yale, Alec Stone Sweet est un des meilleurs joueurs américains. Sélectionné à plusieurs reprises au sein de l'équipe des Etats-Unis, il a atteint, en 2007 et 2008, les huitièmes de finale du Mondial. Il était toujours en course ce matin.


 

> La Boule New Yorkaise 





Cet article provient de Pétanque
http://www.boulistenaute.com

L'adresse de cet article est :
http://www.boulistenaute.com/modules/news/article.php?storyid=12002