Rhône-Alpes : Chauval soulève l’amphore

Posté par BOULEGAN le 6/10/2019 22:30:00 (10568 lectures) Articles du même auteur

Après une finale perdue en 2015, le Nyonsais Vivian Chauval a remporté aujourd’hui l’International de l’Olivier.



16e International de l'Olivier - 13e National féminin - Nyons 5 & 6 octobre 
Chauval soulève l’amphore

Après une finale perdue en 2015, le Nyonsais Vivian Chauval a remporté aujourd’hui l’International de l’Olivier.
 
Vivian CHAUVAL, Mickaël ESPADE et Kévin GHRIFA 

Nul n’est prophète en son pays, dit-on. Le Nyonsais Vivian Chauval, en remportant aujourd’hui l’International de l’Olivier en compagnie des Tarnais Kévin Ghrifa et Mickaël Espade, vient de faire mentir cet adage. Un exploit remarquable pour un joueur qui avait déjà disputé une première finale ici en 2015.
 
 
 
L’affaire n’était, comme chaque année à Nyons, pas facile. Beaucoup de têtes de série du circuit national avaient fait le voyage vers ce Qualif’Masters de fin de saison, et beaucoup allaient être déçues.  Andriantseheno, Kerdjou, Molinas, Gire, N’Diaye, Rayne, Guglielmo, Monnier, Devezeaux, Malbec et Durk rendaient ainsi les armes dès la première journée. 
 
 
 
 
En huitièmes ce matin, c’était au tour de Mallet, Savin et Deslys de céder face à la belle équipe iséroise d’Ippolito, alors que Mas disposait de Zigler et que Benji Renaud chutait face à Chauval.
 
 
 
Puccinelli battait Bastet, Grangeon et Rosati, mais c’est vers le choc entre  Bonetto et Fred Michel que tous les yeux se tournaient bientôt. Bonetto, déjà à la peine hier contre Devezeaux, se retrouvait bientôt mené 11-4. Il fallait toute la classe des Salonnais, et une énorme mène de gagne vendangée par Beulama et Zimmerman pour voir les joueurs de Salon-de-Provence finir par gagner 13-12 leur billet pour les quarts de finale.
 
 
 
 
Dans ce tour suivant, alors que Puccinelli disposait facilement de Lambert et que Chauval faisait de même avec Castagne, Jean-Pierre Mas engrangeait une nouvelle victoire face à Bertoux, Delyon et Oulgouge. Dans le dernier quart, c’était au tour de Ippolito, Guironnet et Hamitouche de donner des sueurs froides à Bonetto, Fernandez et Riviera. Les trois Isérois, excellent à tous les postes, obligeaient leurs adversaires, menés 12-6, à tout donner pour l’emporter sur le fil. 
 
 
 
Chez les féminines, les sœurs Tanchon disposaient en demi-finale de Hautemayou, Carel et Vierjon, tandis que Aubret, Beaubernard et Bollot s’inclinaient face Peyrot, Schopp et Darodes à l’issue d’une belle lutte. En finale, Lauren Ravel, associée à Emilie et Amandine Tanchon (lauréates de Bourg Saint-Andéol la semaine dernière) tenaient longtemps la dragée haute à Schopp. C’est finalement sur deux belles frappes de Peyrot et de Darodes que les trois championnes finissaient par s’imposer.
 
 
 
En demi-finale de l’International, Chauval, lancé à grande vitesse, ne faisait qu’une bouchée de Mas, Vanel et Zyskowski, loin de leur niveau du matin. Mais c’est l’autre partie qui attirait tous les regards : qualifié par beaucoup de finale avant la lettre, le match entre Bonetto et Puccinelli tenait toutes ses promesses. Avec un Bonetto, un Fernandez et un Sarrio étincelants au tir, un Montoro et un Riviera qui rendaient une belle copie au point et un Puccinelli parfois à la peine mais tranchant sur les bonnes boules, la partie restait longtemps indécise. Elle finissait pourtant par pencher du côté de Bonetto, après une lutte brève (moins d’une heure de jeu) mais follement intense.
 
 
 

Le problème avec les finales avant la lettre, c’est que leurs vainqueurs ne remportent pas toujours la compétition. Archi-favorite avant la finale, l’équipe de Bonetto trouvait dès le début de celle-ci un adversaire à sa mesure. Avec quatre points inscrits lors de la première mène et une frappe au but de Chauval pour éviter l’énorme mène qui se dessinait ensuite pour Bonetto, les outsiders montraient les dents, et l’envie de Ghrifa de prendre sa revanche sur sa finale perdue au Puy-en-Velay contre les mêmes adversaires était palpable. Mais Riviera, mené 7-2, sonnait la charge et dessinait une superbe mène de cinq, concrétisée par quatre appoints superbes de ses partenaires. Tout était relancé, dans une partie hachée par plusieurs autres bouchons noyés, accidentellement cette fois. C’était bientôt Bonetto qui passait devant pour mener 10-8. Mais c’était sans compter sur un Ghrifa impressionnant de solidité, qui ne rompait jamais et qui parvenait, secondé par Espade et Chauval, à relancer la partie. Rien n’allait plus pour Fernandez, qui ne produisait pas son jeu habituel, et Riviera qui malgré de très belles entames, ne parvenait pas à faire plier Ghrifa. Dominé, Bonetto retardait l’échéance sur trois annulations de grande classe, mais finissait lui aussi par céder.

 
 
Les Sociétaires du club de l’Elysée, à la recherche d’un doublé uniquement réalisé jusque-là par Durk, Reygaza et Guille, avaient échoué dans leur quête. La messe était dite, et Vivian Chauval pouvait enfin, au cœur de sa ville, soulever l’amphore de Nyons.
 
 
 

RÉSULTATS

HOMMES | FEMMES

 
Épreuve de tir de précision pétanque à Nyons : Duel Mallet VS Renaud - 55 points -  PLAY (15 minutes)
 
Les plus belles photos signées Pierre FIEUX > L'ALBUM
 
Lire
 

On en parle dans ce FORUM 
 

Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -



Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation
  
          290 utilisateur(s) en ligne plus...

DANS LA BOUTIQUE

SUIVEZ-NOUS
Pétanque mobile Facebook pétanque Dailymotion Vidéo pétanque Google+ pétanque Twitter pétanque YouTube Vidéo Pétanque Instagram pétanque Pinterest Pétanque Flux rss pétanque

Créer votre site Internet petanque
FORUM BLOGPETANQUE.COM
Entraide, trucs et astuces !