Publicité

Livres et multimédias pétanque : Le livre rouge de la pétanque : Christian Châle, rêveur ou prophète?

Posté par BOULEGAN le 26/5/2010 13:40:00 (10752 lectures) Articles du même auteur

Le Livre rouge de la pétanque

Christian Châle : rêveur ou prophète ?

Triplette, doublette, tête-à-tête : à la pétanque, on joue comme on veut. Enfin, en principe. Dans les faits, on s'aperçoit que la compétition de haut niveau, depuis une trentaine d'années, se déroule très majoritairement en triplettes. Le label national n'est d'ailleurs délivré par la fédération, depuis 1988, qu'aux concours proposés suivant cette formule. Ce choix vient-il de la base? La triplette est-elle la formule la plus à même de satisfaire les compétiteurs de haut niveau et le public ? Pas sûr. Pas sûr du tout, en tous cas, pour Christian Châle, amoureux de toujours de la pétanque et de ses champions. Lui est persuadé que jouée en tête-à-tête par ses plus grands champions, elle gagnerait ses lettres de noblesse et ferait exploser son audimat. L'idée est audacieuse, mais l'homme est passionné et volontiers iconoclaste. Écoutons-le un instant.

Le site dédié : www.lelivrerougedelapetanque.com
(Achat - Extraits - Témoignages)

Lire la suite avec les réactions de Christian FAZZINO, Philippe QUINTAIS, Marco FOYOT, Laurent MORILLON, Maryan BARTHELEMY, Jean-Pierre MAS, Roger GATTI et...



La pétanque est malade, dit-il, et perd sa base. Après des années dorées, où elle était la deuxième discipline française en nombre de licenciés, elle a vu disparaître en vingt-cinq ans près d'un tiers de ses effectifs. L'ancien cadre de l'industrie pharmaceutique pose le diagnostic, propose des remèdes. Il fustige l'environnement, plaide pour l'émergence d'un vrai public, conteste les formules imposées par la fédération. La triplette est idéale pour le licencié de base, dit-il, car cette formule est conviviale, intègre tout le monde, pointeurs et tireurs, jeunes et vieux. Par contre, à haut niveau, il trouve qu'elle bride les meilleurs, les empêche d'exprimer toute l'étendue de leur talent, laisse trop de place au hasard. Nostalgique, il se remémore les grands affrontements d'antan, les Sarnito/Bourdin, les Bébert de Cagnes/Raoul des Milles, les Foyot/Lovino. Il rappelle aux plus jeunes une réalité aujourd'hui oubliée : toutes ces parties de légende, qui drainaient un public énorme, se sont déroulées en tête-à-tête... à six boules contre six. Le propos est incisif, les analyses précises, l'homme passionné et convaincant. Si beaucoup ne partageront pas ses conclusions, nul doute que le Livre rouge devrait faire naître des débats plus qu'intéressants.

Alors, rêveur ou prophète, Christian Châle ? Peut-être les deux, car bien malin qui pourrait dire de quoi l'avenir sera fait. Et dans bien des domaines, les réalités d'aujourd'hui ne sont-elles pas les utopies d'hier ?

 

 

    Ils ont lu le Livre rouge. Voici ce qu’ils en disent :

 

 

Christian Fazzino

Treize fois champion de France, dont sept fois en tête-à-tête

Il faut lire ce livre très intéressant, qui reflète la réalité et l’absence d’évolution de la pétanque. J’espère qu’il provoquera le débat et permettra notamment d’établir des connexions entre les organisateurs de grands concours et les joueurs de haut niveau pour trouver des solutions.

La proposition de donner plus de boules aux joueurs de tête-à-tête est très intéressante : cela donnerait plus de jeu. Dans la formule actuelle, c’est le meilleur pointeur qui gagne.

La pétanque doit être plus spectaculaire, donner de l’émotion. Elle doit évoluer dans ce sens.

 

Philippe Quintais

Douze fois champion du monde

Je suis un peu déçu : en voyant le titre, je m’attendais à quelque chose de plus révolutionnaire. Les vraies raisons de la baisse des licenciés ne sont pas abordées : je ne pense pas que celle-ci serait différente si on jouait à quatre ou six boules plutôt qu’à trois. Les problèmes liés à l’alcool ne sont pas assez évoqués.

Quant à l’habituelle opposition entre les anciens et les nouveaux champions, elle ne me semble pas très intéressante.

 

Marco Foyot

Six fois vainqueur du Mondial la Marseillaise

Les plus belles parties que j'ai faites étaient des tête-à-tête à six boules. C'étaient des défis, en marge des concours, joués contre Lovino, Palazon, Rouvière, Passo. C'est une formule qui permet de développer beaucoup de beau jeu. J'ai de grands souvenirs du Trophée des As de Toulouse, dans les années 70, qui réunissait les meilleurs joueurs français et permettait cela.

Sur l'allongement des distances de jeu, j'ai une autre opinion. Raoul Bonfort, qui pourtant tirait très bien à dix mètres, m'a dit un jour : "Ce sont ceux qui ont peur qui envoient loin". Il avait raison : le joueur qui se sent fort joue entre six et huit mètres, là où la pression est la plus forte, là où l'erreur coûte cher.

 

Laurent Morillon

Champion de France doublettes et tête-à-tête

Le tarot peut se jouer à trois ou à cinq, mais que le vrai jeu se joue à quatre. De la même façon, pour moi, la pétanque de compétition se joue en doublettes: on s'exprime plus, le jeu est plus animé, chacun peut monter l'étendue de son niveau et de son talent, car il dispose de plus de boules. En cela, je suis d'accord avec Christian Châle.

Par contre, je ne crois pas nécessaire d'augmenter les distances. Dix mètres, c'est déjà très suffisant: au-delà, le point prendrait le dessus, les parties seraient plus ennuyeuses. Je suis aussi d'accord avec sa critique de l'environnement et des mauvaises habitudes: la recherche des gains à tout prix et la quasi-obligation de partager sont détestables et provoquent souvent des situations difficiles à gérer.

 

Maryan Barthélémy

Organisateur des Masters de pétanque

Il y a beaucoup de choses vraies, notamment sur la composition des équipes. Les exigences de la médiatisation supposent qu’on dynamise, qu’on joue plus vite et c’est d’autant plus le cas qu’il y a moins de joueurs par équipe. Toutefois, on relève certaines contradictions : par exemple, l’auteur veut plus de spectacle et préconise en même temps de jouer plus loin.

Il sous-estime également la visibilité de notre sport : la pétanque n’a certes pas la couverture médiatique du football, mais beaucoup de disciplines seraient ravies d’avoir la sienne. Quant au tête-à-tête à six boules, je pense que l’on perdrait en richesse tactique : le jeu serait totalement orienté vers le tir.

Jean-Pierre Mas

Organisateur du Mondial de Millau

J'ai bien aimé ce livre : les rêves et la passion pour la pétanque de l'auteur sont très sympathiques, même si son analyse de la pétanque m'a paru un peu nostalgique et a tendance à embellir le passé. Sa défense du tête-à-tête comme élément de développement du public est intéressante : tous ceux qui ont connu le Trophée des As à Toulouse savent que la formule à quatre, cinq ou six boules est géniale.

Par contre sa proposition de séparer la masse de l'élite ne me semble pas bénéfique : par essence, la pétanque doit mélanger et réunir les gens. Idem sur le partage qui nuirait aux parties finales : c'est faux dans les grands concours.

Quant au fait qu'il montre du doigt certains éléments supposés nuisibles, je crois qu'il faut faire très attention à ce qu'on écrit et ne pas établir certaines ségrégations à l'intérieur de la population bouliste. Enfin, sur l'allongement des distances, pourquoi pas : on pourrait par exemple essayer de gagner un mètre.

Roger Gatti
Journaliste, spécialiste de la pétanque au journal La Marseillaise

Excellent livre, avec de la pertinence dans son texte. Christian Châle cible avec beaucoup d'aisance les vrais problèmes. Les idées novatrices ne manquent pas et la caricature du pétanqueur de base est parfaite. Le choix de privilégier le tête-à-tête pour le haut niveau (6 boules) donnerait effectivement une autre dimension à l'activité. Consacrer en grande partie la triplette aux joueurs promotion redorerait le blason de ces derniers. Un compromis entre le haut niveau et la pétanque-loisir serait en route en se basant sur les points essentiels, même si l'auteur a omis de citer les sociétés boulistes trop "enchaînées" à l'heure actuelle. Il faudrait donner plus de libertés à ces dernières.

Ce livre pourrait-il être le départ d'un "coup de fraîcheur à la pétanque" ? On peut en douter : les instances ont déjà pris un retard considérable et semblent loin de se séparer de cet esprit conservateur. Un bémol toutefois : l'absence de terrains de jeu devrait être un des soucis de la prochaine décennie. Revenir sur des terrains accidentés me paraît utopique. La perte de licences est considérable, pour arrêter l'hémorragie il faut réagir et agir. Christian Châle est peut être l'un des investigateurs de la pétanque du futur.

 

On en parle dans nos forums    Réactions après lecture du livre "Le livre rouge de la pétanque"

Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -

  
          349 utilisateur(s) en ligne plus...

DANS LA BOUTIQUE

SUIVEZ-NOUS
Pétanque mobile Facebook pétanque Dailymotion Vidéo pétanque Google+ pétanque Twitter pétanque YouTube Vidéo Pétanque Instagram pétanque Pinterest Pétanque Flux rss pétanque

Créer votre site Internet petanque
FORUM BLOGPETANQUE.COM
Entraide, trucs et astuces !