Quantcast
Publicité

Sport-Boules Lyonnaises : "Dans la zone" avec Virginia Venturini

Posté par sbpromotion le 4/5/2020 10:30:00 (2522 lectures) Articles du même auteur

Entretien avec Virgnia Venturini, internationale italienne, spécialiste du tir progressif, qui revient notamment sur les Euro féminin à Komiza en 2013 et Saluzzo en 2015...


Virginia Venturini croquée par Dante Bonino lors de l'Euro Saluzzo en 2017 (photo Dante Bonino) 
 
Il y a quinze jours, Barbara Barthet nous dévoilait son expérience de la finale du Mondial Féminin, Mâcon 2014 et évoquait également l'Euro Saluzzo 2015 et un extraordinaire tir en quart de finale contre l'italienne Virginia Venturini. La joueuse transalpine a fait également la Une sur Boulistenaute, à l'occasion du premier chapitre de "Bien joué, mais pourquoi ?". Sbpromotion vous propose de faire plus ample connaissance avec cette athlète, fidèle à sa ville : née et résidente à Buttrio, dans la province d'Udine, elle joue avec ...  la Bocciofila Buttrio. Une interview d'actualité, alors que l'internationale italienne et sa famille ont vécu avec l'infection par le COVID-19;

Nous prenons d'abord de vos nouvelles et celles de la famille. Comment ça va ?
 
Ma famille et moi allons bien. J'ai eu les premiers symptômes le 13 mars. Le 15 mars, j'ai fait le test. J'ai été testée positive pour Covid-19. Les médecins m'ont appelé et m'ont dit de rester "en isolement" pour éviter l'infection de ma famille. Malheureusement, j'ai quand même infecté mon père, ma mère et ma sœur Caterina. Nous avons eu différents symptômes : mon père a été positif, sans symptômes. Caterina, positive avec beaucoup de douleur dans la tête et une perte des odeurs. Ma mère, positive aussi : elle a été hospitalisée pendant douze jours à l'hôpital. Le virus lui a causé une pneumonie, une toux et des difficultés respiratoires. Lentement, avec l'aide d'oxygène, elle a récupéré. Maintenant, nous sommes tous à la maison ensemble et nous allons bien. Nos tests de contrôle sont négatifs. Nous sommes guéris !

Personnellement, j'ai eu de la fièvre pendant dix jours, au-dessus de 38. Je prenais 3 Tachipirina par jour pour la faire baisser. J'ai perdu mon appétit et ma voix. Je me sentais tellement faible. Malheureusement, c'est un virus inconnu : il vous rend très fragile physiquement et psychologiquement. Vous vous posez beaucoup de questions, avant tout parce que vous êtes seule. Malheureusement, il n'y a pas de réponse. Les médecins vous disent: "vous devez être patients". Vous avez peur, tellement peur. Vous ne savez pas si demain ce sera pareil, meilleur ou pire. Un jour, vous vous sentez mieux, le lendemain une forte fièvre revient. Vous passez des moments difficiles et il est facile de s'effondrer psychologiquement. J'ai éteint la télévision et j'ai essayé de penser positif. Cela a aidé grandement !
 
Virginia Venturini encouragée par sa soeur Caterina ((photo facebook Virginia Venturini) 

Comment sont l'ambiance et la situation en Italie ?
 
La situation en Italie n'est pas facile. Elle s'améliore un peu. Nous avons de la chance : nous vivons dans une province (Udine) qui n'a heureusement pas eu beaucoup d'infections. Dans les hôpitaux, il y a de la place pour les malades et c'est une chose belle et importante. Malheureusement, certaines régions d'Italie, comme Milan et la Lombardie, ont connu de très mauvais moments car les hôpitaux étaient pleins.

En Italie, comme dans tous les pays, les opinions diffèrent : certains sont fatigués d'être enfermés à la maison et aimeraient sortir; d'autres ont peur et réclament la fermeture ! Il n'est pas facile de prendre des décisions. C'est très difficile car la santé est en cause.

Sur Boulistenaute, nous avons parlé de votre quart de finale à l'Euro Saluzzo 2015 avec Barbara Barthet. Vous en souvenez-vous ?
 
Oui, à Saluzzo en 2015 : j'ai fait mon record personnel en  tir progressif avec 41 touches ! C'était "bellissimo", en Italie, devant un public italien !!!

>>> A voir ou à revoir : cinq minutes de duel entre Virginia Venturini et Barbara Barthet à partir de ce lien.
 
Virginia Venturini en tir rapide en double lors du Mondial féminin, Mâcon 2014 

De l'extérieur, ce fut un moment fantastique pour les spectateurs. Comment l'avez-vous vécu de l'intérieur, pouvez-vous nous en parler ?
 
"Un moment fantastique vue de l'extérieur" ??? Comme c'est gentil ! Je suis contente de cela ! 😊😊😊 . J'ai toujours considéré Barbara comme "l'athlète de haut niveau", un "modèle" à suivre et à encourager, pas un "adversaire" à battre. C'est un phénomène, je suis une joueuse engagée et qui essaie de s'améliorer ! J'ai toujours été consciente de mes limites, peut-être plus que de mes capacités. C'est aussi parfois une limite !

Nous nous intéressons à la notion de "flow", en français "dans la zone", lorsque l'athlète touche l'état de grâce. Quelles sont les clés de la concentration pour vous ? Pourquoi et comment entrer «dans la zone » et comment s'y tenir
 
La concentration ? C'est quelque chose qui vient de la tranquillité. Lorsque vous êtes en paix, tranquille et conscient : alors vous êtes également concentré !  

Faites-vous un travail spécifique sur l'esprit et acceptez-vous de nous donner quelques indices ?
 
Je ne fais rien avec mon esprit. J'ai toujours envié Caterina, ma sœur, de son mental. Elle est confiante, déterminée et positive. Je suis réfléchie, peu sûre et très critique. Ce qui me fait du bien, c'est d'avoir d'autres personnes à mes côtés : des personnes positives, énergiques et ironiques. J'ai besoin d'avoir des gens proches de moi qui me font penser à autre chose, qui me font jouer et ne pas trop me concentrer. 

Pour vaincre les défis, je dois d'abord gagner contre moi-même ! Dans le match contre Covid-19, j'avais ma sœur Caterina à côté de moi. Pour entrer sur le terrain à Saluzzo, j'avais Marco Basilio à côté de moi ! Deux personnes qui m'ont fait croire en moi ! Moi seule, j'ai toujours du faire beaucoup d'efforts !
 
Avec Marco Basilio et Caterina Venturini, deux personnes qui m'ont fait croire en moi (photo facebook Virginia Venturini) 

Jouez-vous à d'autres épreuves et quelle est celle que vous préférez ?
 
Mon épreuve préférée reste le tir progressif. Jusqu'à l'âge de 18 ans, j'ai fait de l'athlétisme. J'aime le tir progressif car je cours !!!  

Avez-vous vécu d'autres moments comme Saluzzo 2015, lorsque vous saviez que rien ne pouvait vous arriver pendant le match
 
Oui, j'ai eu un moment où j'étais physiquement très bien. J'avais réussi à lancer 48 boules. Quand on est en forme physiquement, le lancer de boules dans cette épreuve est plus facile. À l'entraînement, j'avais fait de bons scores, mais en course, le 41 de Saluzzo reste le meilleur moment.

Uun des mes autres meilleurs moments a été l'Euro à Komiza, en 2013. En demi-finale contre l'athlète turque Seda Geridomnez, nous sommes à égalité à 34 touches après les cinq minutes de course. Un éliminatoire doit être réalisé: j'ai gagné au terme de 2,30 minutes de course : 21 touches sur 23 tirs contre 20/24 pour mon adversaire, pour entrer en finale ! C'était difficile et c'était beau.
 
Virginia Venturini, médaillée d'argent en tir progressif lors de l'Euro féminin, Komiza 2013 (photo facebook Virginia Venturini) 

La pétanque et le raffa volo ? Vous jouez un peu
 
Non, je joue uniquement en "volo" (Sport Boules (boule lyonnaise) en italien).

Quelle question auriez-vous aimé que je vous pose et quelle réponse auriez-vous apportée ?
 
Une question que j'aurais aimé ? Es-tu heureuse ? Oui, je suis contente ! Lorsque vous gagnez contre quelqu'un, vous l'êtes toujours. Si vous guérissez, vous êtes encore plus !

Nous espérons vous voir bientôt en France ou au cours d'une retransmission ! Nous vous laissons le dernier mot ?
 
En France ? J'espère y revenir bientôt .. peut-être en tant que touriste en vacances ! Je voudrais tant la visiter !

Un dernier mot ? Je n'ai jamais été sur la plus haute marche du podium. Que ressentez-vous ? Je ne sais pas ... C'est mieux comme cela, c'est peut-être trop haut et j'ai peur de souffrir de vertige ! 😂😉 . En tant qu'athlète, je remercie qui a TOUJOURS été là, même lorsque les marches ont été gravies par d'autres. Même quand je n'ai pas fait 41 mais 31 ou 21. J'ai obtenu un diplôme en littérature et non en mathématiques ! Ce sont ces gens dont je me souviendrai toute ma vie. Là je me souviendrai en tant qu'athlète et surtout en tant que femme !!!

Le sport est engagement, sacrifice et constance. Mais c'est aussi du jeu et du plaisir. Merci à ceux qui continuent de me faire "jouer" !
 
____________________________ 
 
La boule Lyonnaise est à l'arrêt, mais
toujours vivante
avec Boulistenaute.com !   
 


 
 NOUVEAU 
Pour les boulistenautes fans de grosses boules 
 Le GROUPE FACEBOOK 
Les compétitions de Sport Boules Lyonnaise sont à l'arrêt, mais le temps est à l'action !  
 
  
 

Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -


Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation
          133 utilisateur(s) en ligne plus...

DANS LA BOUTIQUE
PODCASTS

SUIVEZ-NOUS
Pétanque mobile Facebook pétanque Dailymotion Vidéo pétanque Twitter pétanque YouTube Vidéo Pétanque Instagram pétanque Pinterest Pétanque Flux rss pétanque

Snapchat pétanque     Tiktok pétanque

Créer votre site Internet petanque
FORUM BLOGPETANQUE.COM
Entraide, trucs et astuces !