Publicité

Pratique du sport bouliste : Les raisons de la défaite

Posté par Anonyme le 16/9/2014 7:00:00 (7228 lectures) Articles du même auteur

Vouloir aborder cette question dans sa globalité est un objectif bien délicat. Mon but est ici d’examiner les conditions et les comportements qui peuvent y conduire. Dans toutes les formes de compétition il y a un vainqueur et un perdant. Il est donc nécessaire d’apprendre à accepter les défaites, puis d’en analyser les causes pour éviter de retomber dans les mêmes écueils.

 



 

Il est intéressant d'y réfléchir dans le cadre de la pétanque de compétition. L’une des spécificités de notre sport est que tant que l’on accumule les victoires dans un concours tout est pour le mieux. Cependant, dés que l’on perd à un certain stade de la compétition, on a un sentiment d’échec. C’est une impression que je ressens personnellement avec beaucoup d’acuité. Il faut ainsi apprendre à relativiser les choses et garder précieusement en mémoire les éléments positifs.

Commençons par relever les facteurs qui peuvent expliquer la défaite.


On peut en citer quelques uns :
- La différence de niveau entre les deux formations
- La crainte de l'adversaire
- Le manque de solidarité entre joueurs
- La mésentente entre coéquipiers
- L’insuffisance de rendement
- Les choix tactiques
- Le manque de réussite

Abordons ensemble quelques-unes de ces raisons.

1°: La différence de niveau

A ce sujet, beaucoup de pratiquants ne tolèrent pas qu’on leur dise :
« Eh bien oui, ce gars là, il est meilleur que toi » ou
« Cette équipe est plus solide que la tienne »
Or, il en est de même dans toutes les activités humaines. La hiérarchie existe. Commencer par la reconnaitre n'est pas un aveu de faiblesse. Au contraire cette lucidité permet d'aborder ces rencontres dans de bonnes conditions.
Ce faisant, on ne peut refaire le joueur de boules.
Vous entendrez  souvent des réflexions du type:
« Mais on a bien six boules comme eux !!! »
« Pourquoi les craindrait-on ? »
« Nous aussi, on est capable d'en frapper six » et patati et patalère...

A cela je leur rétorque :
« C’est vrai on a bien deux bras et une paire d’yeux ».
« Ce faisant, nous n'avons peut-être pas les mêmes qualités techniques, la même régularité, le même degré d’expérience du jeu et le même capital confiance que les victoires et les titres accumulés leur ont procuré ».
Quand j'entends ces affirmations péremptoires, j'ai envie de les moquer.
Ce manque de réalisme et d'objectivité sur leurs possibilités est l’une des caractéristiques des joueurs de boules.
(Relire à ce sujet, la publication : «  Objectivité et illusion »)


N'est-ce pas une façon de masquer sa peur que de ne pas prendre en compte la réalité des forces en présence ?

Un peu de lucidité ne fait pas de mal !

Cela peut éviter d’encaisser une « Fanny » en quatre mènes. C'est un peu comme si je prétendais affronter l'excellent Roger Federer, du seul fait que la nature m’a doté d’un bras et que je possède une raquette de tennis et quelques balles.

2°) La crainte de l'adversaire

Il me semble que si l'on reconnait la valeur de l’adversaire,  on se donne alors au moins la chance de le combattre avec efficacité.
Attention, cela ne veut pas dire qu’il vous faut placer l’adversaire sur un piédestal. Vous n'auriez dans ce cas, aucune chance de le battre. Combien de compétiteurs ai-je pu voir regarder jouer leurs adversaires et perdre toute concentration au moment de jouer leurs propres boules.
D'autres, pour combattre leur anxiété, ne cessent de parler avec leurs opposants. Ils ne prennent pas conscience que cette attitude est fortement préjudiciable à la cohésion de l'équipe. Si elle perdure, elle aura un fort retentissement sur la prestation des autres coéquipiers.
Un ancien avait pour habitude de me dire:
«  Attention petit, le pire de tes ennemis est parfois dans ton camp »
Qu'il avait raison !
J'ai sans doute eu comme vous, l'occasion de vivre cette expérience à plusieurs reprises. Ce comportement génère de l'agacement et des tensions désagréables qui mènent tout droit à la défaite.
Ce qui me semble profondément frustrant dans la défaite, c'est d'avoir parfois eu le sentiment de rendre les armes sans combattre, comme si elle était inéluctable.
Et pour couronner le tout, d’entendre l’un des mes partenaires me dire :
« De toutes façons, ils étaient plus forts que nous »
Et moi de penser que : « Si on lui avait mis des cymbales entre les cuisses, il aurait fait un orchestre à lui tout seul ! »

3°) La solidarité entre les joueurs

Il en est ainsi du manque de soutien entre les coéquipiers.
Il arrive souvent que dans une triplette, l'un des protagonistes ne soit pas au mieux de sa forme et ne parvienne à s'exprimer à sa valeur. Des réflexions désagréables, des réactions d'agacement ne feront qu’aggraver sa difficulté à jouer. La bonne attitude est de l'encourager et de trouver les paroles qui pourront le stimuler tout en finesse sans lui rajouter de pression supplémentaire. Je veux nettement insister sur ce point. En effet, chez une majorité de pratiquants, on peut lire sur leur visage l'expression de leur contrariété. Si on ne peut se contrôler, alors il vaut mieux s'exprimer. Le non-dit est sans doute la pire des attitudes. A chacun de trouver sa façon de réagir, sans cela, il vous sera difficile de devenir un grand joueur.


En vous écrivant ces quelques lignes, je pense à l'un de mes compagnons de jeu, qui, dès qu'il ne se sent pas bien, se tourne vers les adversaires pour leur exprimer ses déconvenues.
« T'as bien vu, j'étais droit comme un I et elle a rebondi! »
« Ma boule n'a pas fusé, sinon c'était un carreau »
« Eh t’as-vu l'autre, il tire comme moi et il les ramasse toutes »
« Je suis maudit »
« Bon sang, comment se fait-il que je suis court, je l'ai pourtant jetée, au même endroit que toi ! »
« Je l'ai montée à la perfection et t'as-vu où elle est allée ! »
« Je n'ai jamais de chance »…

Cette attitude ne fait que renforcer les adversaires, qui s'amusent de la situation. Ils se régalent de ces joueurs anxieux et en « rajoutent volontiers une couche » pour mieux les manipuler. Ils réussissent ainsi à les déstabiliser complètement et à les faire sombrer.

3°) La mésentente entre coéquipiers

Elle est fréquente et peut avoir plusieurs origines.
- Elle peut provenir des désaccords concernant la tactique de jeu.
- Elle peut aussi trouver son origine dans le comportement d'un joueur, qui pensant impressionner l'adversaire, veut surjouer et se prend systématiquement les pieds dans le tapis en échouant tout ce qu'il tente.
- Elle peut résulter d'un joueur, qui, ne parvenant pas à gérer son stress, saoule ses coéquipiers de paroles. Il casse ainsi la dynamique du jeu et donne le tournis à tout le monde.
Pour autant, il ne faut pas jouer dans la précipitation, mais tout excès dans un sens ou dans l'autre peut-être nuisible. Chaque joueur a un rythme de jeu que l'on doit respecter.

Voilà de quoi aiguiser votre réflexion au sujet de la défaite, pour optimiser vos chances de victoires dans les prochaines rencontres. L’analyse des défaites permet de progresser tout au long de sa pratique.

 

 


J'espère que vous aurez du plaisir à lire ce nouvel article.

RETROUVEZ LA PATTE ET LA GOUAILLE DE L’AUTEUR DANS L’OUVRAGE :
« PETANQUE, QUAND TU NOUS TIENS ! »

Merci à tous pour votre fidélité.

Frédéric Nachin

 

 

 

En vente ici 


 

 

Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -


Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation
Anonyme
Posté le: 16/9/2014 23:02  Mis à jour: 16/9/2014 23:02
 Re: Les raisons de la défaite
Je te remercie pour ton analyse. Ce que tu dis es vrai, mais comme je l'ai précisé plus haut:" J'ai dit, je vais en donner quelques raisons ". Il figure dans l'ouvrage que tu connais peut-être une étude très précise sur le fonctionnement d'une équipe performante, qui parle de tout cela.Amicalement, Frédéric.
PassoRonny
Posté le: 16/9/2014 19:49  Mis à jour: 16/9/2014 19:49
Boulistenaute accro !
Inscrit le: 11/3/2007
De: Nîmes - 30 Gard - Languedoc-Roussillon
Envois: 3348
 Re: Les raisons de la défaite
Bel article! Manque un point --> La confiance en soi et ses partenaires
Anonyme
Posté le: 16/9/2014 13:36  Mis à jour: 16/9/2014 13:36
 Re: Les raisons de la défaite
Bonjour à tous mes followers.Je veux rappeler ici que tous les articles publiés sur Boulistenaute sont des créations originales indépendantes de l'ouvrage:
" PÉTANQUE,quand tu nous tiens!", dont la communauté commence à connaitre l'existence.
Avec mes amitiés sportives.
Frédéric NACHIN.
Anonyme
Posté le: 16/9/2014 13:31  Mis à jour: 16/9/2014 13:31
 Re: Les raisons de la défaite
Je te remercie pour ce commentaire perspicace et je souhaite que le thème que j'ai développé aujourd'hui permette à tous les pratiquants de se positionner autrement. Mes amitiés sportives.
gomorrhe
Posté le: 16/9/2014 11:51  Mis à jour: 16/9/2014 11:51
Boulistenaute accro !
Inscrit le: 17/7/2008
De:
Envois: 6379
 Re: Les raisons de la défaite
Excellent article, combien de fois ai-je vu des "partenaires" s'enguirlander au lieu d'essayer de trouver les bons mots...

L'osmose est primordial, on le voit sur les grosses parties qui se montent le temps de quelques championnats et qui "explosent" rapidement car pas compatibles !

J'ai adoré la comparaison tennis/Federer, combien de fois ai-je entendu "on est capable de les battre, on a 6 boules", et combien de fois ai-je demandé à la personne à quelle fréquence il battait les champions en question ? Une fois sur 1000 ? Jamais ?
          234 utilisateur(s) en ligne plus...

DANS LA BOUTIQUE
PODCASTS

SUIVEZ-NOUS
Pétanque mobile Facebook pétanque Dailymotion Vidéo pétanque Twitter pétanque YouTube Vidéo Pétanque Instagram pétanque Pinterest Pétanque Flux rss pétanque

Snapchat pétanque     Tiktok pétanque Twitch pétanque Apple Podcasts Pétanque Spotify Pétanque Deezer Pétanque
Pétanque sur Apple Store Application Mobile
Pétanque sur Google PLAY Application Mobile

Créer votre site Internet petanque
FORUM BLOGPETANQUE.COM
Entraide, trucs et astuces !