Publicité

Pratique du sport pétanque : L'Art de pointer

Posté par Papou21 le 16/4/2014 7:00:00 (43778 lectures) Articles du même auteur

Quel plaisir que de vous parler du point.
Il est bien souvent occulté par le tir au coté plus spectaculaire: « Ça fait du bruit ».
Il est temps de le remettre à l’honneur, de parler de sa difficulté, de son poids dans le jeu et de son importance dans la gagne des parties.


 

Photo transmise par C FAZZINO, de sa collection personnelle

Il arrivait autrefois que l'on fournisse les statistiques des tireurs participant au championnat du monde, mais on n'entendait jamais parler de celles des pointeurs.
Or, si vous revoyez les parties de l'équipe de France au Championnat du Monde 2013 à Marseille, vous pourrez remarquer qu' Henry Lacroix « couche sur le but » et tire très peu souvent en tant que pointeur de tête. Certes il a quelquefois mal démarré et dans ce cas, ses valeureux tireurs Philippe Suchaud et Dylan Rocher ont frappé pour réduire la marque. Ils ont également parfois réussi à retourner la situation à leur avantage en réalisant un ou deux magnifiques carreaux dont ils ont le secret.


Mais notez bien que durant ces championnats, Philippe Suchaud a effectué un grand nombre de reprises déterminantes pour l'issue des mènes, obligeant ainsi le milieu adverse à tirer. Il est aussi parvenu à rajouter des points précieux sur un terrain particulièrement difficile à l'appoint. Henry Lacroix, conscient de l'extrême difficulté du terrain, lui disait d'ailleurs souvent: « Mets-en un sur deux et tu auras bien joué ».

En effet lorsque le milieu pointe, les boules placées par l'adversaire sont autant d'obstacles qui ne lui laissent que peu souvent le choix de la trajectoire pour rentrer dans le jeu. Il faut de plus prendre garde à ne pas déplacer le bouchon, ni à percuter une boule adverse. La situation peut s'avérer délicate à gérer et réclame un grand savoir-faire technique, pour ne pas donner le point aux adversaires en commettant une cagade.

Soyez convaincus du fait que si vous tirez sans cesse pour détruire les points de l'adversaire, faute de défendre un point convenable, il arrive un moment où la machine s'enraye et que le bateau prenne l'eau. On ne peut avancer dans les concours en triplette, sans la pression constante qu'exerce le pointeur de tête sur l’adversaire.
Il faut ajouter à cela l'importance capitale du point défensif. Il en est ainsi des boules que l'on pointe pour bloquer le jeu.

Mais qu'en est-il de la pratique du point de nos jours?
Un peu partout, beaucoup de joueurs s'exercent au tir et délaissent le point. Ce qui fait dire aux anciens: « Il n'y a plus que des tireurs, mais où sont les frappeurs? »
Ces pratiquants oublient que la qualité du point est le secret de la réussite. Le point est sans aucun doute le geste technique le plus difficile à maitriser tant les façons de pointer sont variées. Le point se pratique debout ou assis. On peut rouler la boule avec ou sans effet, la porter ou jouer en demi-portée: « le jeu passe-partout »
Il faut savoir lire le terrain, bosses, devers, obstacles.
Il faut savoir maitriser les effets.
Il faut savoir envoyer la boule en l'air en feuille morte ou la propulser avec un fort effet rétro suivant la nature du terrain où l'on joue.



Le point est un art de par la multiplicité des trajectoires qu'il offre au pratiquant. Combien de fois ai-je voulu conseiller un partenaire pour lui permettre d'assurer une reprise délicate ou seulement de rentrer dans le jeu afin de ne pas encaisser une grosse mène. J'ai obtenu souvent, comme seule réponse:
« Mais moi, je ne peux pas la jouer comme toi »
« laisses moi faire »

C'est là que mon partenaire n'écoutant pas mon conseil et voulant prouver son adresse, la lançait au ciel en prenant des risques inconsidérés. Il arrivait souvent que celui-ci retombe sur une boule ou sur le bouchon provoquant ainsi une catastrophe.

Je me souviens de la réflexion d'un grand joueur Parisien: « Pedro Martinez », que j'ai rencontré, il y a bien longtemps à l'endroit dit du « Chalet » à la Porte d'Auteuil.
Il se moquait volontiers de ces joueurs voulant à tout prix porter leurs boules pour épater la galerie  et leur disait : « Quand on ne peut plus les croquer, on les sucent »
Il exprimait ainsi le fait que si on n'est pas en mesure de les jouer avec la précision requise, alors il vaut mieux les rouler et assurer le coup.


Ce faisant, le manque d'intérêt pour le travail du point chez les jeunes joueurs vient en partie de l'évolution des aires de jeu. Cette évolution permet à des joueurs bien modestes d'arracher quelques boules et de s'imaginer un instant, frappeurs de boules. Il y a une vingtaine d'années, lorsque nous jouions dans des chemins caillouteux, sur la place goudronnée d'un village, ou dans le mastic sous les arbres, ces pratiquants n'auraient même pas osé s'aventurer au tir, par peur du ridicule.

Voilà, j'espère vous avoir convaincu de l'importance primordiale du point et de sa beauté. Je vous souhaite une agréable lecture.



J'espère que vous aurez du plaisir à découvrir ce nouvel article.

RETROUVEZ LA PATTE ET LA GOUAILLE DE L’AUTEUR DANS L’OUVRAGE :
« PETANQUE, QUAND TU NOUS TIENS ! »

Merci à tous pour votre fidélité.

Frédéric Nachin

 

En vente ici 


 

Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -

Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
(1) 2 3 »
Auteur Conversation
jc2b
Posté le: 13/8/2016 13:06  Mis à jour: 13/8/2016 13:06
Bébé boulistenaute
Inscrit le: 11/5/2013
De:
Envois: 1
 Re: L'Art de pointer
je viens de lire ces commentaires sur le pointage. c'est un poste très difficile si on le pratique sérieusement car de ses résultats on façonne la mène et conditionne inconciamemt le moral de son tireur,c'est le role d'un excellent pointeur.
en ce qui concerne les points et les reprises réalises par le milieu son role est plus délicat car son objetif est de placer sa boule en face de la boule adverce pour espérer un contre lors du tir de son adversaire.
EN CONCLUSION N OUBLIONS JAMAIS DE FELICITER NOS POINTEUTS.
lamony660g
Posté le: 23/11/2015 11:58  Mis à jour: 23/11/2015 11:58
Bébé boulistenaute
Inscrit le: 2/7/2004
De: courtes
Envois: 180
 Re: L'Art de pointer
bonjour..
j 'ai vu le jeune Azevedo...impressionnant en finale championnat du monde junior..
un futur grand à l'appoint....

cdlt
mamanelly
Posté le: 17/4/2014 12:08  Mis à jour: 17/4/2014 12:08
CLUB des Supporters Boulistenaute.com
Inscrit le: 28/11/2011
De: Vandoeuvre-lès-Nancy
Envois: 463
 Re: L'Art de pointer
C'est vrai que ce n'est pas facile de pointer correctement, surtout que le pointeur entend souvent :

1) T'es pas au jeu
2) Elle est devant mais tu es court
3) T'es long
4) T'as pas vu la donne
5) T'as raté la donne
6) T'as tourné la main
7) Dommage, t'es pas droit
8) Lève les
9) Roule les,
10) Devant, les boules, et, entendu récemment avec une intonation particulièrement moqueuse,
11) Essaie encore

Etc, etc

Le problème numéro un du pointeur, c'est à mon avis que l'on joue toujours ou presque sur un rectangle de moins de 3 mètres sur moins de 12 mètres (vérifié récemment) et sur un terrain presque plat, cela manque d’intérêt,
de plus impossible de prendre le bouchon pour aller sur un terrain compliqué puisque l'on est prisonnier du cadre

Bref! c'est du pousse boules.

En ce qui concerne les jeunes, presque exclusivement fils de joueurs, ils sont toujours tireurs,

Si on regarde bien les boules sur un terrain, il y a majoritairement des boules lisses, légères, souvent grosses et bien entendu sans stries, en clair la boule typique du pointeur.

D'ailleurs un nombre très élevé de modèles de boules même très chère n'existent pas avec des stries, et sont de plus limitées à 720 ou 730 grammes maximum.

Bref ! les terrains sont fait pour les tireurs et les boules aussi.

Plaisant comme un match de tennis avec des aces uniquement.

Si l'on a la chance de trouver 3 ou 5 joueurs de son niveau,(pas facile avec 90% de loisirs) il est préférable de rester dans son club quand celui-ci a des zones variées.
------------

L’homme est mauvais.
Et pourtant l'homme est bon, si si j'en ai mangé hier.
janik
Posté le: 17/4/2014 12:07  Mis à jour: 17/4/2014 12:07
Boulistenaute régulier !
Inscrit le: 27/6/2009
De:
Envois: 1846
 Re: L'Art de pointer
Bonjour
Pour bien appréhender le rapport entre formule de jeu (en l'occurrence T à T)et apprentissage, il faut déjà se mettre à la place de l'apprenant (l'enfant donc, ou le non initié de façon générale) et mesurer les enjeux de la dichotomie du choix de l'action à entreprendre (pourquoi tirer, pourquoi pointer, pourquoi et comment choisir).

D'un point de vue autant pédagogique, que pratique, pour ne pas dire sécuritaire, je serais favorable dans les catégories très jeunes de promouvoir le T à T à ... deux boules.
C'est en tous cas comme cela que j’entreprenais ma situation de référence.
Je la justifie par le fait que, après que chaque enfant ait pointé une boule, il leur plus aisé:
1. De faire un choix conforme à leurs capacités effectives
2. d'avoir une lecture immédiate de la justesse de leur choix.

Dans le tête à tête à X boules, ou le jeu en formation, le projet d'actions est en constante réadaptation (le plus souvent par défaut et en banalisant l'échec), et ne permet pas au final de mesurer la justesse de chaque action entreprise et encore moins, forcément, de leur trouver une cohérence entre elles.
------------

Croire, c'est commencer à se tromper
Papou21
Posté le: 17/4/2014 10:18  Mis à jour: 17/4/2014 10:18
Bébé boulistenaute
Inscrit le: 25/11/2012
De: 6 rue Paul Thenard
Envois: 92
 Re: L'Art de pointer
Bonjour à tous.
Je vais essayer de vous répondre dans un seul commentaire. Tout d'abord je veux vous remercier pour votre participation et le suivi de mes publications. Il faut savoir que tous ces commentaires me sont précieux. En effet, comme ceux que l'on m'a adressé pour le livre:" Pétanque, quand tu nous tiens!", ils me permettent de m'approprier mon travail.

A Totof92:Christian Fazzino était en partance pour une semaine de congé et il m'a envoyé gentiment ce qu' il avait sous la main.Voilà pour l'explication photo.

A Patgoch: Je partage l'analyse de mon ami à distance. je relèverai dans son commentaire un argument important. Au contraire de ce que beaucoup pensent, c'est bien le pointeur de tête qui met la pression sur l'équipe adverse.
De plus,le point c'est l'art de la lecture du terrain....je ne peux vous en dire....

A Capri: Merci d'insister sur l' extrême variété des techniques de lancer au point. C'est là que se distinguent les grands pointeurs.

A Polo81: Eh oui, tu as parfaitement raison. C'est pourquoi je parle de l'art de pointer.Pointer, ce n'est pas seulement aller reprendre un point n'importe où sur le jeu. C'est faire une reprise à un endroit pouvant poser un problème à l'adversaire.

A sochaux27: Ton père a bien raison. Comme le disent les joueurs méditerranéens:" Petit,apprends déjà à pointer avant de vouloir frapper les boules "

A Janik:Je suis pleinement en accord avec ton analyse. Le travail du point en position assise, permet de développer les qualités de coordination et d'équilibre.Celui qui travaille régulièrement la portée debout, sera surpris de la facilité avec laquelle, il tirera à la fin de son entrainement.Par rapport au tête à tête, je suis beaucoup plus dubitatif. Le jeu à 3 boules est assez pauvre et ne permet pas une grande variété de combinaison des coups joués.Le jeu à 4 boules aurait me semble-t-il un intérêt beaucoup plus grand.En effet jouer 3sur4 ou 2sur3, ce n'est pas du tout la même chose.....
(1) 2 3 »
  
          212 utilisateur(s) en ligne plus...

DANS LA BOUTIQUE

SUIVEZ-NOUS
Pétanque mobile Facebook pétanque Dailymotion Vidéo pétanque Google+ pétanque Twitter pétanque YouTube Vidéo Pétanque Instagram pétanque Pinterest Pétanque Flux rss pétanque

Créer votre site Internet petanque
FORUM BLOGPETANQUE.COM
Entraide, trucs et astuces !