Publicité

Pratique du sport bouliste : "Dans la zone" avec Barbara Barthet

Posté par sbpromotion le 13/4/2020 8:10:00 (6900 lectures) Articles du même auteur

Entretien avec Barbara Barthet double Championne du Monde du tir progressif, qui revient notamment sur les finales de Mâcon 2014 et Saluzzo 2015...


"Dans la zone" avec Barbara Barthet
 
 
 
 Si une athlète du sport bouliste connait bien cette notion de zone, c'est bien Barbara Barthet. Double championne du monde du tir progressif, elle multiplie également les tirs parfaits : elle a du égaler plus de dix fois les records du monde sur cette difficile épreuve, réalisant parfois le sans faute, le tir parfait. La Villibadoise est également une redoutable compétitrice dans les épreuves du tir de précision et en jeu traditionnel. Sbpromotion vous propose cette interview : la championne revient notamment sur les finales de Mâcon 2014 et Saluzzo 2015 évoquées lundi dernier. 

Tout d'abord, comment vas-tu en cette période de confinement ?
Cette période de confinement n’est évidente pour personne. En temps normal, j’ai beaucoup de mal à rester à la maison, ne serait-ce que quelques heures.  Heureusement, j’ai la chance de loger à la campagne. Cela me permet de pouvoir m’aérer tout en respectant les consignes liées au confinement.  

As-tu pris des dispositions particulières pour garder ta forme physique, ton adresse, ton mental ?
Sachant que la saison bouliste est terminée, il faut prendre cette période comme un moment de récupération. Cependant je garde un footing ou petit fractionné tous les matins au milieu des bois. Puis, avec mes collègues (coachs sportifs), nous donnons des cours en direct sur Facebook, ce qui permet également de garder une certaine forme. Pour l’adresse, j’avouerai que je ne suis même plus sûre de savoir comment tirer une boule !!!! On verra ça plus tard ;)   

Revenons sur cette finale du tir progressif, à Mâcon, en 2014. On rappelle le contexte : tu es championne du monde en titre et tu joues dans ta ville de naissance, devant ton public. Comment as-tu abordé cette compétition ?
Effectivement ce championnat allait se dérouler dans ma ville. C'était génial de savoir que tous tes proches pourraient venir voir et découvrir le sport boules. Mais ce fut à la fois une grosse pression d’évoluer devant tout ce monde. Comme si on n’avait pas le droit à l’erreur.

Vue de l'extérieur, la finale est extraordinaire. Comment l'as tu vécue de l'intérieur ?
Une finale France Chine, cela annonçait une belle finale, mais on ne sait jamais comment cela va se passer. Les  cinq minutes de course démarrent et je me sens plutôt bien, les sensations étaient présentes, on tirait sur le même rythme avec  Yang Wang. Sauf que quand je tirais je voyais un bras se lever sur le tapis de la joueuse chinoise, je pensais que c’était l’arbitre qui levait le drapeau rouge, signalant un échec. N'ayant fait qu'un seul trou, et un public plus qu’exceptionnel, je décide "d’accélérer" les dernières boules. Je tire ma dernière boule sans me soucier de savoir si j’allais l’attraper ou non, et saute de joie dans les bras de mes coéquipières: Gaëlle Millet, Sesilia Maleihako, Mélanie Lille, Mélanie Fabry et Floriane Amar. Le public était fou, c’était la fête dans les jeux, c’était extraordinaire !!!

Ce n’est que quelques tours de stade après que Gaëlle Millet m’explique que je n’ai gagné que d’une seule petite boule, qui s’est jouée à la dernière seconde !!! Je n’en revenais pas ! C’était forcément écrit pour que ça se passe comme ça. 
 
Barbara Barthet en tir progressif lors de la Coupe du Monde de tirs sportifs, Saint-Vulbas 2018 (photo Laurent Cottaz) 

Tu étais devant un public monstre, ton public, face à une adversaire que tu découvres lors des tours précédents et qui tire à 39, 40, 42 en tirant autant de boules que toi (46). Comment gères-tu la pression énorme de tout cela en pré-finale ?
Je me souviens seulement me répéter encore et encore que ce n’était que deux tapis, deux portes boules, et de faire comme si c’était un entraînement.

Revenons maintenant sur l'Euro Saluzzo 2015. Tu as changé de statut : tu es la favorite en tant que double championne du monde en titre. Et on voit des joueuses te demander des autographes ou encore vouloir être prise en photo avec toi. Comment as tu fait pour assumer cette notoriété tout en restant dans ta compétition ?
Disons qu’entre joueuses, nous nous entendons plutôt très bien. C'est assez convivial les championnats internationaux. Du coup, c’était avec plaisir que j’échangeais des photos ou tee-shirt avec certaines athlètes. Après lorsque ma course approche, j’aime bien rester dans ma bulle et me mettre plus à l’écart. 

On a l'impression que tu es au sommet de ton art, avec une compétition parfaitement maîtrisée : 39 en qualification, 43 en quart, 44 en demi et le record du monde égalée en finale. Avec le recul, est-ce aussi ton impression ?
A vrai dire, je ne me souvenais plus du tout de tout cela, mais ça avait l’air de bien se dérouler effectivement ;)  Après, le terme « maîtriser » je n’aime pas trop, car on ne sait jamais jamais ce qu’il peut arriver au cours d'une course ou d'une compétition.

Te souviens-tu de ton fabuleux duel avec Virginia Venturini en quart de finale ? Si oui, racontes nous ton "pendant" et ton "après" (as tu le sentiment après cette course de devoir l'affronter à nouveau en finale ?)
Non, je n’ai que des souvenirs assez vagues. Mais je me souviens qu’elle avait fait lever la foule chez elle et ça promettait une belle fin de championnat !

La finale de cette compétition et ce record du monde qui reste à une touche ?
Le premier et seul objectif sur ce type de championnat : c’est la médaille d’or ! Le record en finale, c’est effectivement un super bonus ! Je manque la dernière boule, la 46ème, dans l’euphorie. C’est dommage mais j’avais réussi à remporter le titre alors j’étais super heureuse :)

Quels sont pour toi les clefs de la concentration ? Pourquoi et comment entre-t'on "dans la zone" et comment fait-on pour ne pas en sortir ?
Ce que tu appelles la zone, c’est ce que j’appelle être dans ma bulle ;) Je n’ai pas de recette miracle pour cela. J’essaye de me concentrer sur mon objectif, de me rappeler de ce que je sais faire aux entraînements. En général, sur une course, lorsque le chrono démarre, je ne sais plus ce qu’il se passe à côté, je me concentre que sur ma course et j’ai mes coéquipières qui peuvent m’annoncer si j’ai du retard ou de l’avance.   

Fais tu un travail spécifique sur le mental et acceptes-tu de nous en délivrer quelques pistes ?
Non, je ne fais pas de travail spécifique. A l’approche d’une finale ou d’un championnat, je réfléchis beaucoup, j’imagine le meilleur, le pire, puis j’essaye de rester sur le meilleur ;) 

Quand on a goûté comme toi à tant de Grâce, où trouves-t'on l'envie pour se remettre en question et poursuivre de nouveaux objectifs ?
On a toujours besoin de se remettre en question, dans le sport ou non d’ailleurs ;) Mais mon esprit de compétition fait que j’en veux encore et encore. L’adrénaline des grands championnats procure des émotions vraiment uniques, dans la victoire comme la défaite, et je veux ressentir ça encore un peu :)  

On a posé beaucoup de questions. Alors on te laisse le mot de la fin en totale liberté.
Je tiens à remercier tout mon entourage qui fait pleinement parti de mon parcours sportif. Un sportif n’arrive jamais au haut niveau seul mais malheureusement il est souvent le seul mis à l’honneur. Et le sport boules ne serait pas là où il en est aujourd’hui sans toi Christophe alors MERCI beaucoup !! 

>>> A lire aussi : "Dans la zone, avec quatre drôles de dames" à partir de ce lien.
 
A voir : l'extraordinaire finale du tir progressif, Mondial féminin, Mâcon 2014 
 
 
              NOUVEAU             
Pour les boulistenautes fans de grosses boules 
             Le GROUPE FACEBOOK            
Les compétitions de Sport Boules Lyonnaise sont à l'arrêt, mais le temps est à l'action !  
 

Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -


Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation
regis84
Posté le: 13/4/2020 20:04  Mis à jour: 13/4/2020 20:04
Co-Webmaster
Inscrit le: 12/2/2003
De: Avignon - 84 Vaucluse - PACA
Envois: 4592
 Re: "Dans la zone" avec Barbara Barthet
Fan de Barbara, j'essaie de ne jamais manquer ses performances en direct ou en différé; Merci Christophe pour ce que tu fais pour le SportBoules.
Nathalie Simon sur France Bleue:
Egalement ceinture noire de judo, et douée au saut à la perche, elle aurait pu faire carrière sur les tatamis ou sur le tartan, mais ce sont les boules qui l’ont choisie. Sa spécialité, le tir progressif, qui demande une bonne condition physique. Mais il en faut plus pour déstabiliser cette athlète confirmée qui détient même un record dans sa discipline.

Régis
petanque
Posté le: 13/4/2020 12:41  Mis à jour: 13/4/2020 12:41
CLUB des Supporters Boulistenaute.com
Inscrit le: 26/9/2002
De: 18 Cher - Bourges - Région Centre Bourges
Envois: 34827
En ligne !
 Re: "Dans la zone" avec Barbara Barthet
------------

Pour la promotion du sport pétanque O°O

La boutique 100% Passion Pétanque, vente de boules de pétanque : [BOUTIQUE]
          256 utilisateur(s) en ligne plus...

DANS LA BOUTIQUE
PODCASTS

SUIVEZ-NOUS
Pétanque mobile Facebook pétanque Dailymotion Vidéo pétanque Google+ pétanque Twitter pétanque YouTube Vidéo Pétanque Instagram pétanque Pinterest Pétanque Flux rss pétanque

Créer votre site Internet petanque
FORUM BLOGPETANQUE.COM
Entraide, trucs et astuces !