Publicité

Pratique du sport bouliste : "Bien joué ! Mais pourquoi ?" : De la croyance à l'expérience

Posté par sbpromotion le 9/4/2020 20:50:00 (1573 lectures) Articles du même auteur

Bien joué ! Mais pourquoi ? D'une réflexion sur l'évaluation d'une partie de boules, sbpromotion vous propose un cheminement pour essayer de répondre à la question : "Bien joué !", cela veut dire quoi en fait ? Basé sur les réflexions d'un "Lyonneux", à adapter, peut-être, pour les "Pieds Tanqués", cet itinéraire ne propose pas de conclusion, pour rester ouvert à de nouvelles possibilités. Chapitre 3 : de la croyance à l'expérience...


 

"Bien joué ! Mais pourquoi ?" : De la croyance à l'expérience

L'expérience de la victoire pour le Slovène Jaka Kosirnik à l'issue de la finale simple de l'Euro -23, Saint-Vulbas 2018 (photo Laurent Cottaz) 

Perception et réalité


Dans le chapitre précédent, on a fait le constat qu'un fait est, c'est tout. C'est le regard de chacun qui apporte un sens à sa réalité : l'esprit du regardant confère aux choses un caractère subjectif, en fonction de l'interprétation qu'il donne au fait. L'esprit est d'ailleurs peu fiable : ce qui était un mauvais souvenir voilà vingt ans est peut-être devenu, avec le temps, une expérience douce ou, à défaut, moins amère. L'inverse peut également se produire : une fantastique impression de l'époque s'est possiblement transformée en quelque chose de plus banal, relativisée par le temps passé, de nouvelles expériences, des confrontations avec d'autres vécus. 


La réalité de l'instant présent dépend intimement de celui qui l'expérimente. On peut même supposer qu'elle lui est unique. La revue Science et Avenir suppose que les chats perçoivent le monde différemment de l'humain. Leur vision nocturne leur permettrait de voir distinctement la nuit, leur champ de vision serait plus élargi que celui de l'homme, mais les objets leur apparaîtraient nettes qu'à une dizaine de centimètres devant eux. Limités à la perception de deux couleurs, ils ne verraient le monde qu'en pastel. Difficile d'imaginer ces deux entités, chats et humains, tomber d'accord sur la définition d'une réalité commune.


De la croyance ...


Dans le chapitre précédent, Fabien Amar a mis en place une jouerie que certains spectateurs auront trouvé sur l'instant déroutante. Peut-être même après coup. Dans l'autre exemple,  Lionel Ditra et Yves Port-Lebou pensaient sûrement avoir raison dans l'analyse de leur partie, à condition qu'ils aient été tous deux de bonne foi. Ils sont en fait tous les deux dans le même bateau : l'un croit ceci, l'autre croit cela. Il n'y a aucune différence entre eux. 


C'est la croyance d'un homme contre la croyance d'un autre homme. Chacun peut croire ce qu'il souhaite. La croyance est un processus psychologique. Mais alors, comment évaluer qui a bien ou mal joué ? Lequel est dans le vrai si, dans leur lecture personnelle du match, chacun a raison ? Un regard extérieur sera également en difficulté pour évaluer leurs actions de jeu. On ne peut pas savoir ce qu'a souhaité faire le joueur car on n'est tout simplement pas à sa place : a t'il voulu reprendre le point ou plutôt placer une boule défensive ? Réussir son tir ou alors le rater volontairement, car attendu ailleurs, pour laisser filer le temps ou pour toute autre raison que lui seul connait ? De l'extérieur, on peut au mieux se risquer à interpréter sa décision.


... à l'expérience


La proposition de sortie est de se rattacher à l'expérience. Les deux joueurs vivent leur propre expérience au cours de ce match. Ce qui rentre dans le champ d'expérimentation du joueur est une réalité pour lui. Ce n'est qu'après qu'il en tire son propre avis : j'ai été bon ou pas bon, j'ai eu de la réussite ou j'ai manqué de chance. Tout comme son adversaire ou bien les spectateurs en font de même avec leurs propres expériences de cette partie. Si la croyance reste subjective, les expériences vécues par les uns et les autres sont bien réelles.


Pour tenter d'évaluer qui a bien joué et pourquoi, on va donc chercher à observer l'expérience vécue par chacun des joueurs. Sans prendre position ou opinion : juste observer l'expérience qu'ils vivent au cours de cette confrontation. C'est cette expérience vécue par le joueur que l'on va tenter d'évaluer. Mais comment être objectif en étant à l'extérieur et pas à la place du joueur ? C'est ce que nous verrons au chapitre suivant : Essayons d'être objectif.

 

 Lire

"Dans la zone" : avec quatre drôles de dames 

 
Article proposé par 
Christophe CAMPIGLIA

 

Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -


Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation
          276 utilisateur(s) en ligne plus...

DANS LA BOUTIQUE
PODCASTS

SUIVEZ-NOUS
Pétanque mobile Facebook pétanque Dailymotion Vidéo pétanque Google+ pétanque Twitter pétanque YouTube Vidéo Pétanque Instagram pétanque Pinterest Pétanque Flux rss pétanque

Créer votre site Internet petanque
FORUM BLOGPETANQUE.COM
Entraide, trucs et astuces !