Publicité

Pratique du sport bouliste : "Bien joué ! Mais pourquoi ?", Chapitre IX

Posté par sbpromotion le 23/5/2020 9:50:00 (967 lectures) Articles du même auteur

Bien joué ! Mais pourquoi ? D'une réflexion sur l'évaluation d'une partie de boules, sbpromotion vous propose un cheminement pour essayer de répondre à la question : "Bien joué !", cela veut dire quoi en fait ? Basé sur les réflexions d'un "Lyonneux", à adapter, peut-être, pour les "Pieds Tanqués", cet itinéraire ne propose pas de conclusion, pour rester ouvert à de nouvelles possibilités. Chapitre IX  : "Evaluation de l'expérience intérieure avec la finale du double de l'Euro masculin, Nice 2016".


"Bien joué ! Mais pourquoi ?", Chapitre IX
 

>>> A voir : cette finale en mode express (7 minutes) à partir de ce lien

Un second regard sur cette finale

Une partie de boules, c'est comme la vie. Il y a ce que la vie ou l'adversaire nous lance. C'est une expérience qui nous vient de l'extérieur. On ne peut qu'y répondre.  La première évaluation avait proposé une grille de lecture de la finale du double de l'Euro masculin, Nice 2016, basée sur cette "'expérience exterieure".

Dans la vie, comme dans une partie de boules, il y a également comment on vit les choses, c'est une expérience qui nous vient de l'intérieur. 100% de comment nous le vivons ne devrait dépendre que de nous même. Pour évaluer cette "expérience intérieure", la proposition est de s'appuyer sur les actions de jeu que le joueur met en oeuvre pour répondre à ce qui lui arrive au cours de la partie. Ces boules 'actions de jeu' ne dépendent que du joueur. C'est la seconde grille de lecture proposée. Voyons ce qu'elle donne sur cette partie.

Une finale fermée : seulement sept boules d'ajout à négocier

Lors de la première évaluation, on avait vu que la finale avait été bien plus disputée que ce que le score final ne laisse entendre. Pendant plus d'une heure dix, le duel avait été passionnant, l'Italie ne prenant un avantage décisif qu'à l'avant dernière mène. La seconde grille d'évaluation confirme ce sentiment.

Sur 108 boules jouées (53 pour la Serbie et 55 pour l'Italie), les deux équipes n'auront eu que sept boules d'ajout à négocier : trois pour la Serbie, toute pour le tireur Milos Milakovic et quatre pour l'Italie : une pour le pointeur Luca Melignano et trois pour Luigi Grattapaglia.

Le haut niveau se joue sur les détails

Cette maxime que l'on doit à Jean-Paul Delorme (ancien entraîneur de CRO Lyon Boules qui officie désormais à Saint-Vulbas) et sûrement à d'autres, se confirme avec cette finale. La Serbie a raté ses trois boules d'ajout, dont un tir au but à la septième pour trois points, qui aurait permis aux Serbes de revenir à 4 à 4 au score.

En face, les Transalpins ont réussi deux des quatre boules d'ajout qui se sont présentées, les deux par Luigi Grattapaglia. Le tireur italien prend l'avantage également sur son homologue serbe dans les tentatives d'annulation. Les deux tireurs en ont eu deux chacun à tenter : celle réussie par l'italien dès la première mène, à deux boules contre trois, point contre, aura vraisemblablement évité à l'Italie de partir en retard dans cette finale. Les trois autres tentatives d'annulation se sont soldées par des échecs.

L'Italie supérieure en reprise

Alors que les boules d''entame de mène" sont presque identiques des deux côtés (7/7 pour la Serbie et 9/9 pour l'Italie), l'Italie offre un bilan légèrement supérieur dans son jeu de reprise : les italiens présentent un bilan à 29 reprises sur 40 tentées (29/40, soit 72,50% de réussite), alors que les Serbes sont à 28/42 (66,66% de réussite).

Dans ce secteur de jeu, Luca Melignano affiche le meilleur bilan avec un 15/20 (75%), devant le pointeur serbe Sdran Butorac (15/21, 71,43%). Luigi Grattapaglia est à 70% de réussite (14/20) et Milos Milakovic un peu plus en retrait, à 13/21 (61,90%).

Luca Melignano "MVP" de la finale

La première grille d'évaluation l'avait laissé deviné : le pointeur italien semble bien être le meilleur joueur de cette finale. Son bilan final approche les 80% de réussite sur cette seconde lecture : 8/8 en entame de mène, 15/20 en reprise et 0/1 en boule d'ajout. Soit un total de 23/29 (79,31%). Une moyenne d'autant plus intéressante que c'est lui qui a joué le plus de boules dans cette finale !

Le pointeur serbe Sdran Butorac présente un bilan également intéressant, à presque 77% de réussite :  5/5 en entame de mène et 15/21 en reprise. Aucune boule d'ajout à négocier en ce qui le concerne. Soit un total de 20/26 (76,92%).

Luigi Grattapaglia approche les 70% de réussite : 1/1 en entame de mène, 14/20 en reprise et 2/3 en boule d'ajout, les trois à négocier au point et 1/2 en tentative d'annulation. Soit un total de 18/26 (69,23% de réussite).

Milos Milakovic, comme lors de la première évaluation, est en retrait, avec 55% de réussite : 2/2 en entame de mène, 13/21 en reprise, 0/3 en boule d'ajout et 0/2 en tentative d'annulation. Soit un total de 15/27 (55,55%).

"L'imparfait du subjectif" : histoire de tirs au but

'L'imparfait du subjectif", c'est ce que les chiffres ne permettent pas de faire parler. Dans cette finale, deux tentatives de tir au but auront sûrement changé la physionomie de cette partie. La première est celle, réussie, de l'Italie dès la première mène. Que se serait-il passé si Luigi Grattapaglia avait raté, mettant l"Italie à une boule contre trois, point contre ? 

La seconde est celle, ratée, de Milos Milakovic à la septième mène. Une tentative pour scorer trois points et permettre à la Serbie de revenir en partie, à 4/4. Au lieu de cela, les Serbes se contenteront d'un point, restant à la traîne à 2-4 au score.

Bonne quête 

Vous pouvez revivre cette finale en vidéo à partir de ce lien. Pour les statistiques complètes des deux évaluations, elles sont consultables dans le détail à partir de ce lien

Avec ce chapitre se termine cet essai sur l'évaluation d'une partie de boules. Ces neuf chapitres donneront la base d'un prochain livre, en cours de rédaction, nécessitant également une réorganisation. Merci pour vos lectures. "Bien joué, mais pourquoi", on l'espère, reviendra prochainement sur Boulistenaute. Un peu de temps de construction est toutefois nécessaire avant son retour.

N'oubliez pas : il y a ce que la vie ou l'adversaire nous lance et comment on y fait face. 100% de comment on y fait face ne devrait dépendre que de nous même. Nos cinq sens, tous tournés vers l'extérieur, amènent dans notre champ d'expérimentation une réalité qui nous semble venir de l'extérieur. En même temps, la vie comme une simple partie de boules nous invite aussi à vivre une incroyable expérience intérieure, sensations et adrénaline n'émergeant que de l'intérieur de nous même. Habitué à percevoir de l'extérieur, le regard vers l'intérieur n'est que trop rare. 

Le VITRIOL des Alchimistes nous y invite pourtant : "Visita Interiora Terrae Rectificando Invenies Occultum Lapidem", "Visite l'intérieur de la terre et, en rectifiant, tu trouveras la pierre cachée". Un acronyme qui devrait résonner à l'intérieur de tous les Boulistenautes, car les nouvelles du site leur parviennent, de l'extérieur, d'une ville alchimique par excellence ! Bonne quête !
 

 Par 
Christophe CAMPIGLIA
culturesportboules.blogspot.fr
 

 
 NOUVEAU 
Pour les boulistenautes fans de grosses boules 
 Le GROUPE FACEBOOK 
Les compétitions de Sport Boules Lyonnaise sont à l'arrêt, mais le temps est à l'action !   
Lire

Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -


Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation
  
          228 utilisateur(s) en ligne plus...

DANS LA BOUTIQUE

SUIVEZ-NOUS
Pétanque mobile Facebook pétanque Dailymotion Vidéo pétanque Google+ pétanque Twitter pétanque YouTube Vidéo Pétanque Instagram pétanque Pinterest Pétanque Flux rss pétanque

Créer votre site Internet petanque
FORUM BLOGPETANQUE.COM
Entraide, trucs et astuces !