Comment envoyer un portrait de joueur, comment le mettre à jour

Joueurs de pétanque : PORTRAIT N°599 CAMILLERI Hervé "PatGoch"

Posté par PatGoch le 22/11/2015 14:50:00 (138075 lectures) Articles du même auteur

N°599

Nom: CAMILLERI. " Le Bônois ".

Prénom: Hervé.

Date de naissance: 04 novembre 1956.

Lieu :  Afrique - Bône.

Déplacements : - Constantine - La Calle - Morris - Alger - 1962 Marseille et Rennes.

Situation de famille: Marié de bon cœur à une Brestoise qui a failli naître à Casablanca Heureux père de 2 enfants. Education - tradition - dignité et respect.

Profession: Employé d'Ecole d'Ingénieurs 

Depuis quand es tu boulistenaute: Juin 2003, mais j'ai depuis tout temps communiqué sur l"une de mes 3 passions.



 

 Comment as-tu connu le site: Par une nuit de pleine lune en surfant sur la vague du net, pas toujours très nette d’ailleurs….

D’où vient ton pseudo boulistenaute: PatGoch. C’est une contraction phonétique de "patte gauche", surnom donné par les anciens joueurs de lyonnaise à mes débuts, "nostalgie et souvenirs".  En 1968, j’ai préféré lancer les boules plutôt que les pavés. J'aurai pu aussi en lancer, (en mai, les manifestants sont venus nous chercher au lycée emile Zola), mais la suite m'apprendra qu'on peut en lancer dans la mare...? A propos de pavé, celui de boeuf est extra...

                                                                                ---------------------------------------

Souvenir junior 1973 (photo prise Par Hacoët Paul, le fondateur du CD 35) :

Résultat de recherche d'images pour "photos patgoch"

 

Terrain de Bellevue " club Jeanne d'Arc Président Paul Hascoet. Vainqueurs grand prix Jeanne d'Arc 1973,

de gauche à droite : Hervé Camilleri, Olivier Le-Ridant, Bertrand Hacoët.  Plus tard, nous avions joué en finale Bertrand Hascoet , Philippe Marchand et moi  contre la redoutable armada plusieurs fois championne Claude Vidal, Jean-Pierre Marmu et Robert Weitlauff. 

Résultat de recherche d'images pour "photos patgoch"

L'année suivante Bertrand Hacoët, Philippe Marchand et moi-même,nous avions gagné le championnat triplette junior du 35 pour le France à Toulouse 1974.

Malheureusement Philippe n'a pu participer au France car malade.et fut remplacé par Olivier Le-Ridant.au centre.

 

  -----------------------------


 Mes vacances d'été: photo ci-dessous, aout75,: Jouer à ressentir les boules jusque dans les tripes ! Voyez comme la rue est déserte, 404 de mon père, on en a fait des kms pour jouer, entrainement journalier facilement 6 à 7 heures par jour. Travail d'effets 2 sens. ( visser les boules , voir photo , ma position bizarre explique cela..)C'est en suant  qu'on progresse !  il n'y a pas de heureux hasard.

Résultat de recherche d'images pour "photos patgoch"

Ton plat préféré: Tous les petits plats de mon épouse, couscous, polenta,beignets de morue de ma maman et coronès de mouton grillés, gambas et calamars siciliens au piment, rougets barbets grillés ..et des spécialités Corses fromages et charcuterie dont je ferai une indigestion .

Gaucher ou droitier: Comme mon pseudo l'indique " gaucher " ad vitam aeternam et hérédité oblige ! 

Nouvelle historique, je m'explique : je viens d'apprendre avec émotion il y a quelques mois( 2013) , par ma mère, que je tiens ma patte gauche de mon grand père maternel, c'est donc de lui que je tiens cette farouche passion, en plus de la patte gauche). IL avait des boules cloutées.., il était un très bon joueur de la région entre La Calle (petit village) et Constantine (ville) pendant les années  1916- 1930. Que sa prédilection était le tir, et qu’il était très volubile… Il cultivait des légumes, chassait , pêchait du corail…aiguisait les couteaux. Et pour se détendre,  il s'adonnait avec ses amis à aller défier en …vélos,  aux  villages alentours d’autres joueurs et les gagnants recevaient des sangliers des volailles, des petits tonneaux de vin. Imaginez la sinécure quand ils devaient découper le sanglier avant de reprendre la route...avec leurs vélos et faire plusieurs kms avec les morceaux de sanglier. Et nous qui nous plaignons quand nous rentrons le soir......! Leurs parties se faisaient la plupart du temps les dimanche après midi et quelquefois le soir. Et que lorsque plus âgé, il se rendait en car à Alger ,ne pouvant plus jouer car trop vieux,  il allait contempler les jeunes "loups de l'époque des années 50", cela devait correspondre aux jeunes  Pédro Martinez, Justaffrey, Claude Vidal, Robert Lebeau, Gomèz, Cardona, et autres champions de l'époque que l’on voit sur le site de Monsieur Cardona. Je ne l'ai malheureusement pas connu, car décédé avant ma naissance. Mais, que n’aurais-je pas donné pour le voir jouer et jouer avec lui et mon père. Désormais je joue pour vous, en hommage mon père et toi ! 

Hommage à toi grand-père, et à tes amis, qui ont participé au balbutiement de la pétanque  en Afrique du Nord ! Voici 2 liens l'un d'Algérie et l'autre du Maroc qui témoignent de ces champions !  Je remercie les auteurs et créateurs de ces liens.

http://www.cardona-pj.net/boules.htm     

http://www.casa-lesroches.com/nos_champions_de_petanque.htm  

Cuisine et souvenirs : Couscous et cie : http://les-enfants-de-la-menadia.over-blog.com/article-le-couscous-fa-on-meme-jeanne-67346445.html

http://www.piedsnoirs-aujourdhui.com/lacalle.html      Hommage à ta mémoire Maman !

http://www.aebone.org/ 

http://bone.piednoir.net/titre_rubrique/histoire_de_bone/seybouse_mafrag.html

http://blidanostalgie.pagesperso-orange.fr/sport-boule.htm

http://www.algeriemesracines.com/pratique/associations-pieds-noirs-algerie.php 

L'histoire a commencé ici ! Quand et comment as-tu commencé à jouer: Dans l'année de mes 12 ans. Mais c’est un mélange de fatalité et d'histoire, (car le  débarquement à Marseille comme beaucoup de rapatriés des années 60) et de hasard car lieu de l'habitation. La toute 1ère fois que j’ai tenu une boule c’est en me promenant avec mon père à Marseille dans un parc en Aout 1962, je lui ai laché la main pour prendre une boule qui venait à mes pieds pour la relancer. Puis quelques années plus tard (arrivés en Bretagne à Rennes) nous habitions dans une rue Bertrand Robidou (publiciste) en face d’un petit bois encore préservé de la civilisation qui était le terrain de jeux de tous les enfants du quartier. Je pense que peu de joueurs rennais le savent. Un jour (de l’année 1968)  des pelleteuses sont arrivées et adieu notre petit bois. 3 mois plus tard, plus d’arbres, plus d’herbe, que de la terre aplatie, fini nos cache-caches. J'ai maudit ces ouvriers....mais... Plus tard, lorsque le chantier fut terminé, nous vîmes arriver des voitures  le dimanche et des joueurs de boules (lyonnaise au départ).** Mes copains et moi, attirés par cette foule, étions spectateurs.

Ci-dessous au terrain de Robidou, à gauche l'épouse de Guy Ablidzer et Guy Ablidzer, décédé en 2015 neveu de Paul Consigney. A sa gauche, Paul Consigney, le meilleur ami de mon père, avec lequel il a fait équipe à la Lyonnaise pendant environ 15 années.  PHOTO ci dessous, A sa droite l'épouse de Roger Consigney fils ainé de Paul, qui prend la photo. C'est d'ailleurs avec émotion que je le remercie de me l'avoir transmise récemment. Et avec la casquette comme à l'accoutumée, mon père Michel Camilleri. Pardon pour n'avoir pas sû accepter tes faiblesses ....Mais je ne réalisais pas que cela s'arrêterait un jour ! Qu'est ce que je donnerai pour continuer à jouer avec toi ! Ci dessous le fameux boulodrome Robidou, lieu de tant de parties amicales et interéssées avec passion ! Voir  photo tout en bas.

PAPA, tu as commençé à jouer à 45 ans, à la création du terrain, et tes valeurs au point ( pétanque et lyonnaise )se sont de suite révélées...Puis 1 an après, le tir à la Lyonnaise où malgré tes 1m65 ,( 2 cm de + que moi,) tu n'hésitais pas  à envoyer le bouchon en 2ème barre et tenir la barre aux excellences ! Je n'oublie pas non plus que tu étais un crack au billard en Algérie ( Morris ). Pour ce que tu étais, ton coeur énorme, ta discrétion., ta perpétuelle bonne humeur.  Merci PAPA je suis fier d'avoir été ton fils, et je vais tout faire pour garder haut tes couleurs.  

Le boulodrome municipal de Robidou à Rennes était né, alors je me suis souvenu de la boule du parc de marseille, avec mon père.  J’ai donc laissé le foot,le tennis de table, pour les boules, j'ai gardé le hand-ball. J'ai acheté mes 1ères boules en plomb  avec mes sous. Puis 1 joueur, Marcel Valta de la JA à qui je rends hommage, m’a donné ses anciennes boules, (Obut ATC et JB simple 75 700) et m’a fait jouer aux premiers concours sauvages à St malo. Que de bons souvenirs... Un an après je prenais ma 1ère licence. J'ai de suite ressenti que j'étais fait pour cela ! Et les résultats vinrent rapidement. Pendant environ quinze années, combien de journées, d’heures, et de nocturnes l’été (car j'avais les clés pour l'éclairage, ai-je pu passer sur ce terrain ?) Ce terrain c'était mon refuge. Et je m'y sentais si bien que toutes mes révisions d’examen je les faisais là…Et c’était parti. … J’ai commencé  par la Lyonnaise en 68 (j’ai joué aux 2 jeux pendants 8 ans), puis la Pétanque 1973 avec comme 1er partenaire mon père,Marcel V alta,  Mr Hascoet et ses fils.

"Robidou" parties sacrées ou sacrées parties...

  photos de nos parties sur la route..avec Guy, Gérard Corréas, Jean-Guy, Claude Vidal, Raymond Pacher, Eric. Combien d'heures à jouer....?  Le jour et en été également la nuit... même dans des espaces jardins en pleine ville (Thabor, Parc des Gayeulles, Bréquigny) pour jouer les monin's et les coquilles de poisson que l'on dégustait plus tard au tiffany's de M Jouvreau, hein Ronan ? 

 

 
Résultat de recherche d'images pour "photos patgoch"

 "robidou" avec robert Weitlauff et Eric Adamini , Jean-guy St Agne.

 

Résultat de recherche d'images pour "photos patgoch"
 
Résultat de recherche d'images pour "photos patgoch"

 

MON HOMMAGE A PAUL HASCOET PRESIDENT FONDATEUR DANS LE 35

http://www.boulistenaute.com/actualite-bretagne-fondateur-petanque-dans-35-5747

MON HOMMAGE A MES AMIS DE TOUJOURS http://www.boulistenaute.com/actualite-bretagne-famille-legendaire-dans-35-famille-oustry-pere-et-fils-s-5785 ET HONNI SOIT QUI MAL Y PENSE !             

Ma 1ère licence en junior à la JA, avec de suite au poste de tireur le titre en Doublette,- puis Vice-champion en Tête à Tête, (perdu 13 à 11 contre Denis Poirier , redoutable milieu malheureusement disparu depuis quelques années).J'aurai fait de bon coeur des vétérans, je lui en avais parlé,1 an avant qu'il décède,  il était  heureux qu'on soient enfin partenaires.

L’année suivante la qualification en Triplette , et le tête à tête contre Denis Poirier il m'avait dit en souriant, on fera la belle l'an prochain) et doublette sans qualif.  

Je ne pouvais rester sans jouer plus d'un jour ! Une vraie drogue. Dès que j'avais un moment de libre, je prenais mes boules et m'entrainais devant chez moi sur le trottoir en pente et sur la route au goudron rugueux, ainsi que sur l'épaisse plaque en taule contre la maison. Je ne pensais qu’à tirer, une véritable obsession et tout est bon, pour  l’exercice : la pièce sur les boules (avec Alain Gressien, Guy Vallier, René et Alexandre Oustry,le petit boulet d'1 cm sur la poutre, les tirs au but sur l’herbe, sur les plaques d’égoûts, tirer par-dessus les clôtures du terrain environ 1m80, tirer sur les poutres SNCF, bref, tout était bon pour aiguiser l'adresse, et je voulais jouer sur toutes les surfaces afin de développer mes cordes.  Pour ne jamais être pris en défaut. Ce qui me sert encore aujourd’hui… Les bases sont comme dans la vie "essentielles" pour être au niveau. Et La fièvre de la passion m'a repris ! A nouveau l'envie d'en découdre. Depuis que j'habite en campagne, j'ai repris certains entrainements qui me ramènent 40 années auparavant.

Résultat de recherche d'images pour "photos patgoch"T^T , Après avoir observé l'adversaire,trouver les failles est essentiel ! 

D’ailleurs rien n’est plus idiot et ennuyeux que de jouer toujours sur le même terrain et de la même façon !

Là-dessus je ne changerai jamais, la richesse du joueur c’est sa grande variété de jeu. La rengaine m'ennuie à mourir !

 

Mes réflexions : Aux boules, la facilité dans la victoire n'est pas une preuve de valeur ! Vaincre dans la douleur, sans toutes ses compétences présentes est beaucoup plus valorisant, et demande intelligence réflexion et adaptation !

Combien de temps à jouer seul ? Bah, Je peux jouer seul sans compter, quand je joue le temps s'arrête. Le bien joué est pour moi l'objectif primordial, plus que la Victoire. Avec mon entrainement, jJ'étais tellement dans l'automatisme que je savais déjà lorsque mon bras était en arrière, si la boule était frappée au carreau ou recul.  

T’entraînes tu souvent et comment: Ces 2 questions sont liées, entre mes obligations professionnelles, syndicales et familiales, je ne peux jouer comme il le faudrait.  Mais je  fais partie des joueurs  qui ne veulent pas uniquement participer, ne serait-ce que par respect pour mes partenaires. Je me fixe des objectifs  sportifs, comme un athlète de haut niveau avec des exercices de progression physiques et mentaux.  

A ce propos je ne suis pas d'accord avec le Baron Pierre De Coubertin, qui disait : "l'important est de participer". Non pour moi l'important est d'être bien préparé pour jouer au mieux de ses capacités, toujours par respect envers ses partenaires, afin de leur offrir notre meilleur jeu. Et je suis certain que Christian Fazzino, Jean-Marc Foyot et Philippe Quintais ont cet avis !

Car la longévité en compétition n'est pas le fruit du hasard !Ni du divin ! La longévité c'est la conséquence du travail incessant. Je pense également à un autre Grand joueur que j'ai eu le plaisir de voir jouer pendant mes vacances " sudistes "Monsieur Luchési". Enfin, dans la logique si après 40 ans Christian Fazzino est encore champion de France, et a sû garder son niveau,ce n'est pas un heureuse coïncidence ! Philippe Quintais, Philippe Suchaud en suivent le chemin...

Ton poste préféré: Le tir me re-procure à nouveau satisfaction, plaisir, sensations, mais il faut savoir être bon partout, et savoir être caméléon (je veux dire par là qu'il faut pallier aux lacunes, être milieu par exemple) en fonction de ses partenaires et du terrain !

Etre une équipe c'est faire preuve d'amitié, d'altruisme et d'humilité afin d'adapter au mieux les capacités de chacun.

Tes meilleurs résultats au France: Tât (1999) 1/16 Belfort, et spécialiste des 1/8èmes (5) dont 2 doublettes avec Tirofer ( 1988) 1/8 Brest, 1/8ème Entreprise à Soustons 2005 ("tirofer" et Maurice Ventre). 1/4 à Avermes. Triplette Brive 1990 avec Alexandre et René Oustry. Ci-dessous.

 

Ci dessous Chpt. de France à Epinal 1989.

 



                                                   Championnat France 1990 à Brive 1/16ème avec Alexandre et René Oustry.