Publicité

Livres et multimédias pétanque : Anecdotes 5 du livre « Pétanque passion » de Gérard NAUDO et Jean MIRTJAVILLE

Posté par regis84 le 28/3/2007 2:00:00 (5326 lectures) Articles du même auteur

Anecdotes par Gérard NAUDO
Pour Boulistenaute.com Gérard a eu la gentillesse de nous ouvrir son livre pour nous faire partager ses plus belles anecdotes. Qu’elles soient croustillantes, drôles ou émouvantes, agrémentées de commentaires sur les joueurs qui ont écrit ces partitions et que l’on surnommait « musiciens », « concertistes », « amuseurs » ou « virtuoses ».

Aujourd’hui : V – Petits conseils…quelques tuyaux & combines un peu rosses…



V

   Gérard NAUDO vous propose quelques conseils précieux, quelques tuyaux utiles & quelques combines un peu « rosses »…

Petits conseils… quelques tuyaux &  combines un peu rosses…

- La mène de jeux, c’est quoi ?
- Si l’on excepte la première boule qui obligatoirement est pointée, pour jouer chacune des autres, on se trouve devant le choix suivant : pointer ou tirer ! Après réflexion & échange de point de vues avec vos partenaires, vous décidez ce qu’il y a lieu de faire. C’est ça la mène de jeu !
- C’est la tactique en quelque sorte ?
      - Oui ! Et ce choix tactique constitue à mon avis une des plus grandes difficultés de la pétanque. Je l’évalue à environ 3 points sur les 13 (ou 11) de la partie. La pétanque n’étant pas une science exacte, la mène de jeu, en aucun cas, ne peut se traduire par un graphique savant & immanquablement… juste !
      - Existe-t-il des « phrases fortes » ou des mots-clés dans le domaine de la mène de jeu ?
      - Oui il en existe, mais il faut savoir aussi que dans bien des cas les raisons de tirer ou de pointer s’équilibrent !…
     Priorité absolue à celui qui doit jouer : On fait généralement bien ce que l’on fait avec plaisir. Ne contrariez donc pas un partenaire s’apprêtant à jouer, sauf si la tactique qu’il propose est une grossière erreur…
    Ne jouez pas pour la galerie : Certains joueurs, par ailleurs très spectaculaires & capables des plus grands exploits, ont tendance à jouer pour épater la galerie…Le jeu demande à pointer, ils décident de tirer pour se faire plaisir & jouer le côté spectaculaire. Si cela est valable en partie amicale ou en démonstration, ne le faîtes jamais en compétition…
    Tirer à 6 mètres…Pointer à 10 ! : Attention ! ça n’est pas là une règle d’or. Toutefois, si aucune tactique franche ne se dégage vraiment, choisissez le tir dans les courtes distances, et le point dans les distances plus longues…
    Bien connaître les siens & les autres : Pour mener une partie, il va sans dire qu’il faut connaître sa propre valeur, celle de ses partenaires, et celle de ses adversaires. Ces derniers doivent « être jaugés » dès la première mène…
    La marque à tout prix…Non ! : Le bon tacticien sait à quel moment se joue la boule capitale, celle qui va décider de la marque, et voit rapidement si la mène va lui être favorable. Si elle ne l’est pas, ne cherchez pas « à forcer la main à la mène », vous vous exposeriez alors à une grosse perte de points. C’est là une « loi » que je respecte, et qui m’a toujours réussi…
    Profiter au maximum les mènes favorables & perdre le minimum de points lorsqu’elles ne le sont pas, voilà tout l’art de la bonne tactique !
    En aucun cas, il faut chercher la gagne à tout prix ?
    Tout dépend de la situation dans laquelle on se trouve…
    Vous menez 10 à 2. Vous pouvez facilement faire 2 points. Faîtes les, et ne cherchez pas à gagner en tentant un exploit qui vous vaudrait peut-être la gagne, mais qui pourrait aussi, en cas d’échec, laisser la marque à l’adversaire…
     Par contre, si vous êtes 10 à 10 face à une équipe en principe plus forte que la vôtre, jouez la gagne à tout prix, car elle risque de ne plus se représenter.
     - Peut-on tirer la dernière boule ?
    - Bien sûr que oui ! Le dicton qui affirme le contraire n’est pas réaliste. On peut tirer ou pointer la dernière boule si le jeu le commande.
    - Existe-t-il un truc pour prendre la bonne décision, celle qui fait gagner la partie ?
    - La mène de jeu s’acquiert avec le temps. Jouez donc le plus possible. Vous vivrez des milliers de situation différentes. Vous perdrez des parties sur de grossières erreurs, et petit à petit votre expérience vous dictera les bonnes décisions. Mais sachez que la pétanque n’a rien à voir avec les maths, et la mène de jeu ne s’appuie sur aucun théorème. Certes, elle a ses bases, mais elle a aussi, et surtout, son côté intuitif, sa part de chance & une certaine tendance à sourire à ceux qui connaissent le mieux le jeu et…Les hommes.

    Lorsque deux équipes ont été désignées par le tirage au sort pour être adversaires, leur première préoccupation devient alors le choix du terrain sur lequel elles vont s’affronter. Elles « font la pièce », c’est à dire qu’elles jouent à pile ou face le droit de choisir le lieu de la rencontre…
    - En fonction de quoi ou de qui choisit-on le terrain ?
    - Si votre pointeur aime « faire rouler », choisissez un terrain plat & sablonneux. S’il préfère « porter sa boule » envoyez le but dans le dur, dans le caillouteux.
    Si votre tireur a tendance à « tirer devant », recherchez le sablonneux, et le dur s’il tire au fer…
    - Au sujet du jet du but.. y a-t-il des règles à respecter ?
    - Ne jamais jeter le bouchon là où votre adversaire vous a amené.
    Ne jamais l’envoyer à l’endroit ou précédemment vous n’avez pas marqué.
    Votre équipe est malmenée (12-1 en 13 par exemple), envoyez à 6 mètres, car c’est sur les courtes distances que l’on peut faire des grosses mènes.
    Vous avez 12, vos adversaires 4 ou 5, envoyez à 10 mètres où le fait de pointer en premier est un avantage, alors qu’à 6 mètres c’est un inconvénient.
    Dans les terrains délimités, si votre adversaire a 12, envoyez le but près de la « perte ». Si la mène se présente mal, il vous sera plus facile d’annuler.
    Si votre tireur frappe régulièrement à une certaine distance, ne variez pas vos lancers de but tant que vous marquez.
  
    L’union fait la force ! La camaraderie & l’amitié aussi…
    Autrement dit, le choix des partenaires ne doit pas être uniquement dicté par des qualités boulistes. Certes, elles sont primordiales, ces qualités bien évidemment…Mais voyez-vous, il est arrivé très souvent que, des tireurs le plus souvent, se soient groupés en espérant former la meilleure triplette possible…et ça n’a pas marché ! C’est fréquent.
    - Mais, dis donc, Gérard, pourquoi ça n’a pas marché ?
    - Eh bien, dans le souci de « se monter fort », on a oublié quelquefois que dans une bonne équipe chacun doit jouer à sa place. En France, et dans notre comité également, il y a un très grand nombre de bons joueurs, et par contre le nombre de très bonnes équipes en triplette est relativement limité…
    - Une bonne équipe, c’est quoi ?
    - La bonne équipe est constituée de trois joueurs adroits, jouant à leur vraie place & pouvant, si nécessaire, permuter. La bonne équipe est unie par l’amitié & la confiance mutuelle. Elle doit compter dans ses rangs un gagneur dont le « punch » est souvent déterminant dans les moments difficiles ou décisifs…
    - Existe-t-il des joueurs à éviter ?
    - Oui ! Exemple : si après une partie perdue, un de vos partenaires critique négativement à la ronde votre façon de mener la partie, de jouer, le fait que ayez perdu un point capital, ou manqué une boule importante, ne le gardez pas. Vous ne pourrez jamais jouer à l’unisson avec lui !
    - On parle aussi à pétanque de rythme & d’atmosphère
    - En rugby, une équipe en difficulté ferme le jeu & tape en touche. En football , elle gèle le ballon & bétonne. En basket, elle garde la balle au maximum. A pétanque, si la partie va mal, « on a toujours le temps de perdre ». Il faut discuter, réfléchir, avant de jouer une boule. Vous disposez d’une minute, utilisez là. Ne vous pressez pas. Après une période néfaste peut survenir une « période ensoleillée » au cours de laquelle vous jouerez mieux & tout vous réussira. Si « ça va mal », freinez le rythme, cela peut contribuer à changer l’atmosphère de la partie…
    - En parlant d’atmosphère, il paraît que vous n’étiez pas mal dans ce domaine ?
    - Effectivement, nous étions capables de supporter ou de créer ce genre de « climat » lourd & d’ambiance tendue « qui ne va pas à tout le monde ». Certains joueurs supportent mal ce genre de situation, lorsque la galerie retient son souffle & qu’il devient nécessaire de « peser » chaque boule.
    - Etre capable de supporter l’atmosphère d’une « partie difficile », c’est somme toute une qualité indispensable au bon pétanqueur ?
    - Oui, le pétanqueur doit être décontracté & concentré. Et fort mentalement. Il doit être maître de ses nerfs & capable de supporter la pression lorsqu’une partie change de rythme & d’atmosphère. Il faut qu’il soit préparé à vivre ce genre de climat afin que ses nerfs ne craquent pas dans les moments difficiles.
    - La règle est donc la suivante : quand ça va mal on freine…Quand ça va bien on accélère le rythme ?…
    - C’est ça ! Quand « tout baigne », jouez donc rapidement.
     Ne perdez pas de temps pour lancer le but, pour ramasser vos boules, pour contrôler votre donnée, pour vous décider tactiquement…Mais bien entendu sans aucune précipitation !
    Evitez par exemple de jeter le but près des limites autorisées (6 à 10 mètres), ce qui pourrait donner l’occasion à vos adversaires « d’arrêter la partie » en appelant l’arbitre.
    - Il existe quelques combines pour arrêter une partie ?
    - Bien sûr. Tout d’abord la plus fréquente est celle qui consiste à mettre en doute la validité du jet du but. « Y-a plus de 10 mètres ! » ou « Y-a moins de 6 mètres »… « Allez chercher l’arbitre ! »…Et les voilà partis au graphique, là bas, au diable. Et votre partie est arrêtée une bonne dizaine de minutes…L’ennui, lorsqu’elle va reprendre, c’est qu’elle n’aura peut-être pas la même physionomie !…
    Il existe d’autres solutions pour arrêter une partie, et l’une d’entre elles est anecdotiquement célèbre…
    - Je parie que nous partons du côté de Nîmes ?
    - Tu as gagné ! Très exactement aux allées du jardin de la Fontaine…Là un dimanche matin plein de soleil, MACARI & BONFORT, célèbres autant par leur valeur bouliste que par leur talent de comédiens, jouaient une partie fort mal engagée. Et MACARI, prétextant qu’il avait mal aux pieds, se déchaussa (ceci est interdit par le règlement : article 39). BONFORT son partenaire cria & ne voulut plus jouer, car, à ses dires, l’odeur que dégageaient les pieds de son coéquipier l’incommodait. A l’issue de nombreuses & longues tergiversations, l’arbitre fut appelé, et après avoir compulsé le règlement, il imposa à MACARI de se rechausser. La partie avait été interrompue un bon quart d’heure, et lorsqu’elle reprit, les données étaient différentes. La partie avait tourné…
    En conclusion, si le rythme, l’atmosphère, l’arrêt des parties sont des moyens susceptibles de changer le cours des événements, il ne s’agit en aucun cas d’une panacée. Il est bon de connaître ces « techniques » pour mieux s’en prémunir, ou pour les supporter sans conséquences graves…

« Pétanque Passion » de Jean MITJAVILLE et Gérard NAUDO

Prochainement : VI – Les petits secrets… quelques tuyaux & combines un peu rosses…

Toutes les anecdotes dans la rubrique : Livres-Littérature

Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -


Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation
Anonyme
Posté le: 29/3/2007 0:16  Mis à jour: 29/3/2007 0:16
 Re: Anecdotes 5 du livre « Pétanque passion » de Gérard N...
Ces anecdotes sont trés agréable à lire bravo .
Anonyme
Posté le: 28/3/2007 11:25  Mis à jour: 28/3/2007 11:25
 Re: Anecdotes 5 du livre « Pétanque passion » de Gérard N...
Durant mes années de pétanque j'ai rencontré gérard NAUDO à plusieurs reprises ,je me souviens d'une partie c'était au national de CANET il jouait avec son frère et claude BAILLS ils ont perdu sur la mène et ils décident de tirer le bouchon, il le frappe (BAILLS)et le but est arrêté par un spectateur. Que fait NAUDO gérard il demande que le spectateut donne un coup de pied au but pour l'envoyer hors cadre.Je puis vous assurer que cette personne allait le faire il a fallu arriver rapidement et marquer le but;NAUDO s'adresse à moi et me dit si nous nous en sortons la partie tu la gagnes pas.Malheureusement pour lui il a perdu c'était du NAUDO.
  
          59 utilisateur(s) en ligne plus...

DANS LA BOUTIQUE
PODCASTS

SUIVEZ-NOUS
Pétanque mobile Facebook pétanque Dailymotion Vidéo pétanque Google+ pétanque Twitter pétanque YouTube Vidéo Pétanque Instagram pétanque Pinterest Pétanque Flux rss pétanque

Créer votre site Internet petanque
FORUM BLOGPETANQUE.COM
Entraide, trucs et astuces !