Publicité

Les champions : Schopp, la force tranquille

Posté par BOULEGAN le 9/5/2020 13:00:00 (9618 lectures) Articles du même auteur

Dans la carrière des plus grandes championnes, il y a quelques moments vraiment extraordinaires. Florence Schopp a évoqué pour nous ceux qui l'ont le plus marquée.



Schopp, la force tranquille

 


Dans la carrière des plus grandes championnes, il y a quelques moments vraiment extraordinaires. Florence Schopp qui a marqué, avec Angélique Colombet, l'histoire de la pétanque française durant de longues années, est revenue pour nous sur ceux qui l'ont le plus marquée.

 

Lorsque tu fouilles dans tes souvenirs, quel est le plus beau pour toi ?

Mon premier titre de championne de France. Il y en a eu d'autres, mais c'est toujours le premier qui est le plus cher.

 

Ce titre, c'était en 1997. Mais on vous avait remarqué quelques mois plus tôt, Angélique Colombet et toi à Dijon, lors du Trophée des As. Vous jouiez depuis longtemps ensemble ?

Depuis l'année précédente. On avait fait quelques résultats, et on avait été qualifiées pour ce Trophée.

 

Photo Pétanque Magazine


Vous arrivez en finale, et vous jouez contre Aline Dole et Ranya Kouadri. C'étaient les meilleures de l'époque, je ne me trompe pas ?

Bien sûr. Aline, c'était la meilleure joueuse du monde. Déjà, jouer contre elles, c'était fabuleux. Et elles nous mènent 12-0. On n'avait rien à perdre, et on a décidé de changer. J'ai pris le tir, Angélique a pointé, et on a gagné 13-12. Franchement, les battre, ça faisait bizarre.

 

Et trois mois après, vous deveniez championnes de France. C'est cette victoire à Dijon qui vous a donné confiance, vous vous êtes dit que si vous pouviez battre les meilleures, vous pouviez gagner un titre ?

Oui et non. C'est sûr que ça nous a donné de la confiance, mais on en avait déjà acquis pas mal dans les nationaux. Mais bon, on ne s'y attendait pas pour autant. Pendant toute la semaine qui a suivi le titre, je n'arrivais pas à y croire.

 

 

Des titres ensuite, il y en a eu beaucoup d'autres, à commencer par celui que vous avez conquis trois ans plus tard, en 2000. Là, tu étais moins surprise ?

Oui, parce qu'on avait gagné pas mal de choses entre temps. Mais confirmer un titre, c'est toujours important. Ca a fait plaisir aussi.

 


Vos routes se sont séparées depuis, mais tu as été dix fois championne de France avec Angélique, ce qui fait de vous une des meilleures paires féminines de tous les temps. Comment on fait, après le troisième ou quatrième titre, pour avoir encore l'envie, la motivation pour aller chercher le suivant ?

En fait, chaque fois qu'on a été faire un championnat de France, on y est allées en espérant passer le premier jour. Et ensuite, on prenait les parties une après l'autre. Tranquillement.

Même si, bien sûr, on y allait avec l'objectif de gagner. Moi, je suis une compétitrice avant tout. Je venais du judo, j'y avais fait de la compétition, et j'ai toujours pensé que si on s'aligne au départ d'un épreuve, il faut avoir l'ambition de la gagner.

 


Il y en a une que tu n'as jamais remportée, c'est le championnat du monde. Tu y a fait plusieurs podiums, mais c'était une époque marquée par la domination des équipes espagnoles et surtout thaïlandaises. Qu'est-ce qu'elles avaient de plus que vous ?

Plus d'organisation, plus de préparation. A l'époque, les Thaïlandaises, qui étaient dans l'armée, bénéficiaient d'un encadrement et d'une logistique que nous n'avions pas. A prèsent, c'est différent. La fédération a rattrapé ce retard.

 


On te voit, depuis quelques années, évoluer aux côtés de la jeune garde de la pétanque féminine. Selon toi, quelles sont les joueuses qui ont le plus bel avenir ?

Cindy Peyrot et Charlotte Darodes, sans hésitation. Ce sont les meilleures, et sans polémiquer, il me paraît évident qu'elles doivent réintégrer le groupe. Elles sont nos meilleures chances de ramener de nouveaux titres.

Ensuite, il y a beaucoup de jeunes joueuses qui ont un bel avenir. Je pense à Céline Lebossé, Emma Picard, Caroline Bourriaud, Camille Durand en particulier. Et puis il y a toujours de grands talents que l'on connait bien, comme Anna Maillard ou Nadège Baussian.

 


Dans la période particulière que nous vivons, tu fais partie de ceux et de celles qui n'ont pas cessé leur activité, puisque tu travailles dans un Centre de rééducation pour enfants. Comment ça se passe ?

Plutôt bien, puisque personne n'a été touché par le virus sur mon lieu de travail. Mais personnellement, je connais des personnes qui ont le COVID, ou qui l'ont eu.


Toi qui fais partie des soignants qui traversent cette crise sanitaire, qu'est-ce que tu pourrais dire à tous ceux qui vont lire cet entretien ?

On va être déconfinés, et c'est une bonne chose je pense, parce que beaucoup de gens ont besoin de sortir, de se retrouver. Mais il va falloir être extrêmement prudents, et continuer à respecter les gestes barrières. Parce que malgré tout ce qu'on entend, je pense qu'on est dans cette situation pour plus longtemps qu'on ne le croit.

 


Entretien réalisé par Pierre Fieux

 

Lire aussi

Henri Lacroix, arrêt de jeu 

Jo Farré, une légende montpelliéraine

Lozano, coeur de champion

Robert Leca, le roc varois

Maryan Barthelemy, mémoires d'un jeune champion

Marco-Marigot, doublette du siècle

Damien Hureau, un souvenir arc-en-ciel 

Baldo et Garcia, les gitans merveilleux

Gilles Gayraud, droit au but

Rouvière, le taureau de Camargue 

Le Boursicaud, la rage de vaincre

________________

Michel Loy, la France au coeur

Simoès, tout près du but

Philipson, un week-end bleu blanc rouge

Marco Foyot, jours de gloire

Robert Lebeau, le maître à jouer

Jean-Luc Robert, seul en haut du podium

René Luchesi, le seigneur de Châteaurenard

Dylan, l'année du sacre

Daniel Voisin, itinéraire d'un gagneur 

Weibel, sur le toit du monde 

Bartoli, le Prince noir de Borély 

Didier Choupay, le bombardier du Bourget 

Zvonko Radnic, un match face à Miléi  

René Coulomb, une légende varoise 

Romain Fournié, trente et une parties sans perdre

 

Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -


Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation
Capri
Posté le: 10/5/2020 13:18  Mis à jour: 10/5/2020 13:18
Boulistenaute accro !
Inscrit le: 7/7/2005
De: Belgique (Seraing)
Envois: 6051
 Re: Schopp, la force tranquille
Bonjour,beau portrait,beau palmarès.

Bonne continuation.

Amitié
lisbou
Posté le: 10/5/2020 11:56  Mis à jour: 10/5/2020 11:56
CLUB des Supporters Boulistenaute.com
Inscrit le: 24/2/2012
De: CAHORS
Envois: 4032
 Re: Schopp, la force tranquille
Super article :)
  
          303 utilisateur(s) en ligne plus...

DANS LA BOUTIQUE
PODCASTS

SUIVEZ-NOUS
Pétanque mobile Facebook pétanque Dailymotion Vidéo pétanque Google+ pétanque Twitter pétanque YouTube Vidéo Pétanque Instagram pétanque Pinterest Pétanque Flux rss pétanque

Créer votre site Internet petanque
FORUM BLOGPETANQUE.COM
Entraide, trucs et astuces !