Publicité

Les champions : Henri Lacroix, arrêt de jeu

Posté par BOULEGAN le 7/5/2020 13:00:00 (31991 lectures) Articles du même auteur

Depuis près de deux mois, à cause de la crise liée au coronavirus, le Boss a rangé ses boules.



Henri Lacroix, arrêt de jeu

 


Il truste depuis près de vingt ans les premières places du circuit national et international. Mais aujourd'hui, à cause de la crise liée au coronavirus, le Boss a rangé ses boules. Dans l'attente de la reprise d'une saison bouliste déjà amputée de ses principales dates, Henri Lacroix nous a confié son quotidien, ses espoirs et, à travers quelques propos tenus d'une voix calme et posée, tout ce en quoi il croit.


Nous vivons depuis le mois de mars une crise sanitaire sans précédent. Comment vis-tu ce moment difficile ?

Comme tout le monde, comme les millions de personnes qui sont confinées depuis la mi-mars. Ce n'est pas facile. Mais je pense être un peu privilégié car je ne suis pas en appartement, et j'ai la possibilité de profiter d'un jardin. Nous attendons quand même avec impatience la fin de ce confinement, et surtout un retour à la normale le plus vite possible.

 

Comment se déroulent tes journées en ce moment ?

Tous les matins, je marche pour aller chercher le pain. Ça me prend une petite heure. Ensuite, j'allume la télévision pour me tenir un peu au courant de l’actualité, et puis je vais promener mes deux Dobermans. Non, je plaisante, ce sont des Chihuahuas (rires).

Ensuite je fais un peu de bricolage sur mon terrain. Les repas, et le lit de bonne heure, je dors, et j'ai l'impression que ça passe plus vite. Voilà, depuis cinquante jours, les journées sont identiques.

 


Tu ne travailles plus, donc ?

Non. Je suis employé au service des Sports de La Crau. Son maire, Mr Christian Simon, que je remercie, m'a fait confiance et a également créé une école de pétanque dont je m'occupe tous les mercredis. Tout ça est à l'arrêt en ce moment.


Tu continue à t'entraîner durant cette période particulière ?

Non. Même en temps ordinaire, je ne m'entraîne jamais. J'ai juste sorti mes boules pour faire une vidéo pour la Fédération, en hommage à tous les soignants qui sont là pour nous en ce moment.

 


Beaucoup de Nationaux ont été annulés, et d'autres continuent à l'être. Qu'en penses-tu ?

C'est terrible pour les organisateurs. Ce sont des bénévoles, avec des équipes qui s'investissent d'une année sur l'autre pour faire briller notre sport, et forcément en ce moment, pour eux, c'est très compliqué.

Mais il est clair que la priorité doit rester la santé de chacun. C'est encore trop tôt pour rassembler des foules, et beaucoup d'entreprises qui soutiennent ces compétitions souffrent également. Il faut attendre et espérer des jours meilleurs.

 


Tu vas avoir quarante-cinq ans, et tu es certainement le sportif français le plus titré. Est-ce que tu as le sentiment d'être reconnu à ta juste valeur ?

La pétanque, déjà, n'est pas très reconnue, bien qu'elle se développe d'année en année. Pour autant, nous ne sommes pas des footballeurs. Mais ça change : dans les compétitions de haut niveau, et même dans la rue, il m'arrive couramment d'être arrêté pour faire une photo ou signer un autographe, même à deux pas de chez moi pendant le confinement. C'est assez sympathique, ça fait plaisir.

 

 

 

Depuis 1989, et ton premier titre de champion de France en cadet, tu en as conquis dix-neuf autres, ainsi que douze titres de champion du monde. Où vas-tu chercher l'envie de gagner encore ?

Je suis toujours hyper-motivé quand je prends les boules. Je suis un gagneur, et j'ai peut-être aussi la chance d'avoir un petit plus au niveau de l'adresse.

Et puis je pense avoir une bonne hygiène de vie. Je ne bois pas, je ne fume pas, je fais attention à me reposer ou m'isoler entre les parties. Mais ce n'est pas autant que je n'aime pas m'amuser. Mais ça, c'est après le concours.

 


On a le sentiment, lorsqu'on te voit jouer devant des centaines ou des milliers de personnes, que tu n'as pas de pression. C'est le cas ?

Pas du tout. Non seulement j'ai la pression, mais je l'ai peut être plus que beaucoup d'autres. En fait, je suis certain que tout le monde a la pression. La différence, c'est qu'on l'évacue tous différemment. Moi, j'arrive à la maitriser en m'isolant, en me mettant dans ma bulle, et en me concentrant à cent pour cent sur la boule à jouer.


Tu as la réputation d'être une personne juste et droite. Quand quelque chose ou quelqu'un ne te va pas, tu ne te gênes pas pour l'exprimer ou le montrer. Est-ce que je me trompe ?

Non. Je pense être honnête, sincère et franc. Je n'aime pas l'hypocrisie. Je n'ai pas toujours raison et je suis capable aussi de revenir sur certains propos où j'ai eu tort. Mais si c'est fini pour telle ou telle raison, je ne change que très rarement d'avis.

Tellement de personnes critiquent Pierre, Paul ou Jacques et la semaine suivante, vous les voyez trinquer ensemble, se faire la bise, ou même jouer ensemble. Je ne fais pas ça.

 


Tu es parfois un peu critique sur ce milieu. Tu penses que la pétanque doit encore améliorer son image ?

Bien sûr. Je pense qu'il n'y a pas assez de rigueur et discipline, surtout envers certains qui abusent de l'alcool, notamment, ou manquent de respect. C'est vrai que les buvettes font vivre les clubs, mais certains joueurs ne connaissent pas leurs limites et ne savent pas se tenir.

Les arbitres ne peuvent pas être sur tous les jeux, et ne sont pas payés pour être menacés ou frappés. Quand quelqu'un vient voir un National, en famille, pour voir les champions, et qu'il découvre ce genre de situation… ça donne une mauvaise image.


Quelles seraient les améliorations que tu apporterais sur le règlement si tu avais les pouvoirs au niveau des instances fédérales ?

Je reviendrais sur la règle du bouchon : il faudrait pouvoir le lancer deux fois, et s'il n'est toujours pas bon, l'adversaire devrait le lancer, et non pas le placer.

Je suis contre les parties au temps. Une partie de pétanque c'est en treize points. Et je pense qu'il faudrait plus de contrôles pour l'alcool et la cigarette qui fait rire.

 

Europétanque des Alpes-Maritimes juillet 2019 - Henri LACROIX


Etes-vous sollicités, vous les champions, par la FFPJP ou la FIPJP, pour donner votre avis sur tel ou tel dossier ?

Oui, depuis peu. Sur certains points, nous sommes consultés.

Je pense que c'est une bonne chose, et je les en remercie. Ils sont souvent critiqués, mais ils n'ont pas forcément les meilleures places. Et comme on le sait, ceux qui critiquent sont souvent ceux qui n'ont pas toujours fait grand chose...


Tu t'apprêtais à disputer les championnats du monde triplettes avec Philippe Quintais, Philippe Suchaud et Dylan Rocher avant l'annulation de ceux-ci. Certains, ici où là, voudraient renouveler et rajeunir cette équipe de France . Qu'est-ce que tu en penses ?

J'ai toujours été partisan de rajeunir cette équipe, et je l'ai exprimé auprès de la fédération. Mais ce n'est pas nous qui faisons la sélection et... il est vrai que pour le moment ça parle en notre faveur. Mais nous ne sommes pas éternels, et forcément, un jour viendra où d'autres joueront.


Que manque t-il aux jeunes pour gagner ces places ?

Pas grand-chose. Il y a de plus en plus de talents, et certains vont parvenir à durer. Car le plus important, c'est de durer. Regarde Dylan : il a vingt-huit ans, et il a eu premier titre de champion du Monde à quatorze ans. C'était un minot très fort, mais surtout très attachant car il a toujours été (et il est encore) humble, poli et agréable. Il n'a jamais pris la grosse tête, et je pense que Sandrine et Bruno y sont pour beaucoup.

Il y en a qui deviendront comme lui. J'en vois beaucoup mais souvent, ils gagnent un concours ou un championnat, et là... beaucoup s'enflamment.

Moi, je crois qu'il y a trois règles d'or : l'humilité, le respect et l'hygiène de vie.


Quelles sont les équipes internationales à craindre ces prochaines années ?

La Thaïlande, la Belgique, l'Espagne, l'Italie, Madagascar, le Cambodge, le Maroc... En fin de compte, ils deviennent tous de plus en plus dangereux.

Je pense que tout se joue sur quelques détails tactiques. Quand ils auront des coachs qui sauront gérer ces points un peu plus faibles, ils seront prêts.


Que penses-tu de la pétanque féminine ?

Je pense qu'elle connaît une grande évolution depuis quelques années. Lors de la finale PPF, depuis trois ou quatre ans, nous avons un niveau de jeu assez impressionnant. De plus en plus de jeunes arrivent, et les anciennes sont toujours fidèles au poste.

Il ne faut surtout pas oublier les joueuses, et les considérer au même titre que les champions masculins. Il y a encore trop de différences.


Tu as joué avec beaucoup de monde. Y-a-t'il quelqu'un avec qui tu ne t'es jamais associé, et avec qui tu aimerais le faire ?

J'ai eu la chance de jouer avec tous ceux avec qui j'avais envie de jouer. Et si je n'ai pas joué avec certains, c'est parce que je n'en avais pas envie. Et peut-être que ce sont des gens avec qui je ne jouerai jamais. Ce n'est pas de la prétention. C'est juste mon caractère.

Pour l'instant, l'équipe que je forme me convient bien. Je remercie d'ailleurs Pascal Mari et Jean Casale, ainsi que la municipalité de Fréjus, pour l'aide que nous apporte notre club, le FIP Fréjus. Pour 2020, on espère pouvoir faire la Finale de la Coupe de France 2020, et pour 2021, essayer de ramener quelques maillots.

 


Tu as créé une ligne de vêtements, HL Prestige, et tu organises également un certain nombre d'événements. C'est une activité qui prend de l'importance, ça ?

Je l'avais déjà fait par le passé, et on a décidé, avec mon associé Vincent, de refaire un ligne à mon effigie. Ce n'est pas une multinationale, nous nous faisons plaisir et nous faisons plaisir à tous ceux qui nous font confiance. Nous avons une page Facebook, et nous sommes présents au rayon pétanque du Décathlon de la Garde, près de Toulon.

Quant aux évènements, nous en créons trois par an, où nous offrons la possibilité à certains passionnés de pouvoir passer trois ou quatre jours avec nous, et de pouvoir faire des parties avec des champions.


Comment vois-tu Henri Lacroix dans dix ans?

Avec une canne et en spectateur (rires). Sérieusement, je ne sais pas. Ce que je voudrais, c'est continuer à prendre du plaisir et à gagner quelques parties.

 


Quand on te regarde en compétition, tu es généralement le meneur des différentes équipes où tu joues, et on constate que tu prends très souvent les bonnes décisions tactiques. A l'issue de ta carrière internationale, si on te proposait un poste de coach, en France ou à l'étranger, est-ce que tu penses que tu serais intéressé ?

Pourquoi pas, ça pourrait être sympa. C'est toujours agréable de transmettre son expérience. Je verrai ça quand je ne serai plus en Équipe de France. Dans quinze ans. (rires)


Propos recueillis par Vincent Dromard

 

 

Lire aussi

Jo Farré, une légende montpelliéraine

Lozano, coeur de champion

Robert Leca, le roc varois

Marco-Marigot, doublette du siècle

Damien Hureau, un souvenir arc-en-ciel 

Baldo et Garcia, les gitans merveilleux

Gilles Gayraud, droit au but

Rouvière, le taureau de Camargue 

Le Boursicaud, la rage de vaincre

________________

Michel Loy, la France au coeur

Simoès, tout près du but

Philipson, un week-end bleu blanc rouge

Marco Foyot, jours de gloire

Robert Lebeau, le maître à jouer

Jean-Luc Robert, seul en haut du podium

René Luchesi, le seigneur de Châteaurenard

Dylan, l'année du sacre

Daniel Voisin, itinéraire d'un gagneur 

Weibel, sur le toit du monde 

Bartoli, le Prince noir de Borély 

Didier Choupay, le bombardier du Bourget 

Zvonko Radnic, un match face à Miléi  

René Coulomb, une légende varoise 

Romain Fournié, trente et une parties sans perdre

 

Note: 9.00 (2 votes) - Noter cet article -


Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation
petanque
Posté le: 7/5/2020 20:42  Mis à jour: 7/5/2020 20:42
CLUB des Supporters Boulistenaute.com
Inscrit le: 26/9/2002
De: 18 Cher - Bourges - Région Centre Bourges
Envois: 34725
 Re: Henri Lacroix, arrêt de jeu
------------

Pour la promotion du sport pétanque O°O

La boutique 100% Passion Pétanque, vente de boules de pétanque : [BOUTIQUE]
  
          227 utilisateur(s) en ligne plus...

DANS LA BOUTIQUE

SUIVEZ-NOUS
Pétanque mobile Facebook pétanque Dailymotion Vidéo pétanque Google+ pétanque Twitter pétanque YouTube Vidéo Pétanque Instagram pétanque Pinterest Pétanque Flux rss pétanque

Créer votre site Internet petanque
FORUM BLOGPETANQUE.COM
Entraide, trucs et astuces !