Publicité

Les champions : Angy Savin, entre hier et demain

Posté par BOULEGAN le 3/6/2020 13:00:00 (16442 lectures) Articles du même auteur

Dans la carrière des plus grands champions, il y a quelques moments vraiment extraordinaires. Angy Savin nous a confié ceux qui l'ont le plus marqué.



Angy Savin, entre hier et demain

 


Dans la carrière des plus grands champions, il y a quelques moments vraiment extraordinaires. Angy Savin, ancien international junior systématiquement écarté, depuis plus de dix ans, du groupe France, nous a confié ceux qui l'ont le plus marqué. Le temps d'un entretien, il est revenu sur son exceptionnel passé, tout en gardant, malgré tout, un œil sur l'avenir.


Tu n'as que trente ans, mais tu joues à la pétanque depuis longtemps. Quand tu repenses à toutes ces années, quels moments te reviennent en premier ?

C'est toute une période. Les années 2013-2016. En 2013, j'ai gagné Millau. En 2015, j'ai été champion de France en doublettes avec Durk, et en 2016, j'ai gagné la finale PPF. C'était une grande époque, jusqu'à ce que j'ai ce problème de santé.

 


Qu'est-ce qui s'est passé ?

J'ai eu un accident de voiture, en août 2017, et j'ai été immobilisé six mois. Je devais faire deux France, le doublettes avec Malbec et le triplettes avec lui et Tyson. On était en pleine forme, on pouvait faire quelque chose. Tyson était au top, c'était la star montante, et Malbec, c'est Malbec, on sait ce qu'il vaut. Moi, j'étais vraiment bien, on avait une belle équipe, bien équilibrée.


Tu avais le sentiment que cette équipe pouvait être encore plus forte que celle que tu avais formée précédemment avec Fournié et Sarrio ?

C'était différent. C'était une très bonne équipe aussi, attention. Mais là, avec Malbec et Tyson, il y avait une très bonne entente.

C'est vrai qu'avec Sarrio et Fournié, on gagnait beaucoup de nationaux. Mais à l'époque, je jouais dans la Drôme avec Malik Kerdjou et Guille, Fournié était encore dans le Gers et Sarrio dans le Rhône. Du coup, on n'a fait qu'une saison dans le même club, à la fin, à une période où on savait qu'on n'allait pas continuer à jouer ensemble.

 


Cette équipe avec Malbec et Tyson Molinas, elle s'est faite comment ?

Je venais d'arriver aux Canuts, à Lyon, et on l'a formée pour la finale PPF. J'avais déjà joué avec Kevin, mais avec Tyson, jamais. Et ça a fonctionné du premier coup.


On t'a vu, durant ces années-là, être en même temps assez rare sur le circuit national. C'est ton métier qui veut ça ?

Oui, c'est ça. En 2014, j'ai repris le commerce de mes parents et je le tiens du 15 avril au 15 septembre. Ça ne me laisse pas beaucoup de temps pour jouer.

 


Pourtant, tu es la plupart du temps au bout des concours que tu arrives à disputer. Comment fais-tu ?

J'ai la chance de jouer avec des grands joueurs, ça aide.


Quand même, ça n'explique pas tout. Quand tu sais que tu vas faire un national, tu te prépares, tu t'entraînes avant ?

Normalement, pas trop. Je n'ai pas le temps, parce que même l'hiver, j'ai du boulot, des travaux à faire dans mon restaurant. Là, c'est exceptionnel : depuis le 15 mars, avec le confinement, j'ai pris l'habitude de jouer presque tous les jours.

Mais surtout, quand je fais un concours, maintenant, j'ai beaucoup plus envie de gagner. A l'époque où je jouais beaucoup, si je perdais, je savais que je rejouerais le lendemain ou le surlendemain. Aujourd'hui, je me dis : « Si je perds cette partie, pendant deux mois je ne vais pas rejouer ». Ça motive.

 

 


Ce qu'on se rappelle aussi, c'est que tu faisais déjà partie, très jeune, de l'élite internationale. Maintenant, quand tu repenses à tes années en catégorie junior, comment tu les vois ?

J'ai commencé jeune, c'est vrai. Quand j'ai pris ma première licence, j'avais huit ans. Et lorsqu'on m'a proposé de faire mon premier championnat d'Europe junior, j'étais encore cadet. J'y suis allé avec Jeremy Darodes, Tony Perret et Mickaël Jacquet. Et on a gagné. Ça a été dur, mais on a gagné.

Et ensuite, c'était parti. Je suis resté en Équipe de France, et on a été champions du monde au Canada en 2005, Dylan (Rocher, NDLR), Malbec, Perret et moi. Et en 2007, Malbec et Perret étaient passé seniors, et j'ai encore été champion du monde au Japon avec Dylan, Camacaris et Logan Cléré. Et ensuite, je suis passé senior. C'est un cap, ça devient très différent.

 

Photo Pétanque Magazine


Justement. Ce cap, tu l'as bien négocié, puisque tu t'es imposé dans les plus grandes compétitions, et néanmoins, on ne t'a plus jamais vu en Équipe de France. Qu'est-ce qui s'est passé ?

J'ai fait quelques conneries, et ils m'ont puni. Bon, ils auraient pu faire autrement, mais c'est vrai que c'est moi qui ai fait le con. Remarque, même si j'avais été irréprochable, rien ne dit que j'aurais été retenu en Équipe de France. On ne le saura jamais.

Mais je vais te dire une chose : je ne regrette rien. Et puis... ce n'est pas encore fini.

 

Photo FFPJP


Quand même, lorsqu'on évoque le départ, un jour, des tauliers actuels de l'Équipe de France et qu'on parie sur ceux qui vont leur succéder, qu'on donne des noms, je remarque qu'on n'entend pas le tien. Tu pense que ça peut changer ?

Oui, mais peut-être pas en France...


Comment ça ?

Il y a un projet. J'ai aussi la nationalité arménienne, et on est en train de mettre en route une équipe pour les prochains championnats d'Europe. Il y aurait Hatchadourian, Hovaguimian, et peut-être Gaspard Gasparian si sa santé le lui permet. Je pense que ça tiendrait la route, même dans un championnat du monde.

 


On t'a vu gagner en 2013 le Mondial de Millau, avec Darodes et Malbec. Cette épreuve, quel souvenir tu en gardes aujourd'hui ?

Millau, c'était le paradis de la pétanque. On ne pouvait le comparer à aucun autre concours. On ne pouvait pas trouver mieux. Il y avait tous les meilleurs joueurs réunis là. Et même quand tu perdais, tu avais encore du plaisir à aller regarder jouer. C'était un régal.

Aujourd'hui, ça me manque. Il y avait des gens que je ne voyais que là-bas. Et l'organisation était fantastique : jamais un problème au tirage ou ailleurs, c'était énorme.

 

Photo Jac Verheul

 

On t'a vu briller dans toutes les plus grandes épreuves, sauf au Mondial la Marseillaise. C'est un concours où tu voudrais faire un résultat un jour ?

Oui, bien sûr. Je ne l'ai fait que cinq ou six fois, pas toujours très bien équipé. Et puis c'est une période ou j'ai beaucoup de travail.

Une année, je m'étais inscrit avec Foyot et Sami Attalah, le Tunisien. Mais la veille, il nous a prévenu qu'il ne pouvait pas venir, on s'est équipé sur place le dimanche et on a perdu le lundi soir.

Mais c'est vraiment un beau concours. Plus on avance, et plus les parties sont intéressantes. Quand on commence à jouer dans ces carrés fermés, je pense que des parties comme ça, on n'en fait que très peu dans sa vie.

 


Comment tu vois les années qui viennent ?

Ça va être compliqué. Avec ce virus, j'ai peur qu'il y ait moins de sponsors, moins de nationaux.


Je voulais dire : comment vois-tu les années qui viennent pour toi, pour ta carrière ?

Dans le même club, déjà. Le club des Canuts a toujours été au top avec moi. Même quand j'ai eu mon accident, ils ont été avec moi. Ensuite, même si je n'ai plus vraiment le niveau que j'avais avant, le club ne m'a jamais lâché. Du coup, tant qu'ils voudront de moi, je resterai chez eux. J'en profite aussi pour remercier mon nouveau sponsor, Boulenciel.

Et pour la suite de la saison, c'est simple. Je viens de rouvrir le restaurant, et je vais travailler jusqu'en octobre. Ensuite, si Nyons, Vaux-en-Velin, Nice et Monaco ont lieu, on ira y jouer. Si ce n'est pas le cas, ce sera triste pour tout le monde.


Avec tout ce que tu as gagné, il te reste un rêve ?

Celui de faire encore un beau résultat. Ca veut dire une finale de championnat de France, ou un carré au Mondial la Marseillaise. Mais surtout une finale de championnat de France : la perdre, ou la gagner, peu importe. Rien que de la jouer, c'est un plaisir inimaginable quand on aime les boules. Ce serait énorme.

 

Entretien réalisé par Pierre Fieux

 

Lire aussi

François Gouges, une fierté catalane 

Cocciolo, pente ascendante

Briand, le gaucher magique

Andriantseheno, le métronome de Madagascar (22 mai)

________________ 

Les trois vies de Jean-Michel Ferrand (20 mai)

Loulon, grand cru de Bordeaux

Lakhal, un Niçois arc-en-ciel

Castellan, l'as de carreau

Florence Schopp, la force tranquille

Henri Lacroix, arrêt de jeu

Jo Farré, une légende montpelliéraine

Lozano, coeur de champion

Robert Leca, le roc varois

Maryan Barthelemy, mémoires d'un jeune champion

Marco-Marigot, doublette du siècle

Damien Hureau, un souvenir arc-en-ciel 

Baldo et Garcia, les gitans merveilleux

Gilles Gayraud, droit au but

Rouvière, le taureau de Camargue 

Le Boursicaud, la rage de vaincre

________________

Michel Loy, la France au coeur (11 avril)

Simoès, tout près du but

Philipson, un week-end bleu blanc rouge

Marco Foyot, jours de gloire

Robert Lebeau, le maître à jouer

Jean-Luc Robert, seul en haut du podium

René Luchesi, le seigneur de Châteaurenard

Dylan, l'année du sacre

Daniel Voisin, itinéraire d'un gagneur 

Weibel, sur le toit du monde 

Bartoli, le Prince noir de Borély 

Didier Choupay, le bombardier du Bourget 

Zvonko Radnic, un match face à Miléi  

René Coulomb, une légende varoise 

Romain Fournié, trente et une parties sans perdre (27 mars)

 


Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -


Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation
petanque
Posté le: 3/6/2020 21:22  Mis à jour: 3/6/2020 21:22
CLUB des Supporters Boulistenaute.com
Inscrit le: 26/9/2002
De: 18 Cher - Bourges - Région Centre Bourges
Envois: 34831
 Re: Angy Savin, entre hier et demain
------------

Pour la promotion du sport pétanque O°O

La boutique 100% Passion Pétanque, vente de boules de pétanque : [BOUTIQUE]
petanque
Posté le: 3/6/2020 14:00  Mis à jour: 3/6/2020 14:00
CLUB des Supporters Boulistenaute.com
Inscrit le: 26/9/2002
De: 18 Cher - Bourges - Région Centre Bourges
Envois: 34831
 Re: Angy Savin, entre hier et demain
------------

Pour la promotion du sport pétanque O°O

La boutique 100% Passion Pétanque, vente de boules de pétanque : [BOUTIQUE]
petanque
Posté le: 3/6/2020 13:55  Mis à jour: 3/6/2020 13:55
CLUB des Supporters Boulistenaute.com
Inscrit le: 26/9/2002
De: 18 Cher - Bourges - Région Centre Bourges
Envois: 34831
 Re: Angy Savin, entre hier et demain
------------

Pour la promotion du sport pétanque O°O

La boutique 100% Passion Pétanque, vente de boules de pétanque : [BOUTIQUE]
          150 utilisateur(s) en ligne plus...

DANS LA BOUTIQUE
PODCASTS

SUIVEZ-NOUS
Pétanque mobile Facebook pétanque Dailymotion Vidéo pétanque Google+ pétanque Twitter pétanque YouTube Vidéo Pétanque Instagram pétanque Pinterest Pétanque Flux rss pétanque

Créer votre site Internet petanque
FORUM BLOGPETANQUE.COM
Entraide, trucs et astuces !