L'entretien du mois : Thierry Bezandry, horizon France

Posté par BOULEGAN le 2/7/2015 5:00:00 (29986 lectures) Articles du même auteur

En France depuis 2008, la star de la pétanque malgache a imposé sur le circuit français, outre sa gentillesse et sa joie de vivre, son immense classe de tireur. Interview.

L'entretien du mois

Thierry Bezandry, horizon France

 

 

 

En France depuis 2008, la star de la pétanque malgache a depuis été de tous les grands carrés, de toutes les grandes finales. En quelques saisons, il a imposé sur le circuit français, outre sa gentillesse et sa joie de vivre, son immense classe de tireur. Pourtant, le rêve de celui que sur la Grande Ile, on appelle encore Massaka, est beaucoup plus modeste : disputer enfin son premier championnat de France.


Parlons d'abord des Masters, que tu disputes tout l'été en compagnie d'Angy Savin, Alban Gambert et Logan Amourette. Ça fait quoi, à trente-et-un ans, d'être le plus vieux de l'équipe ?

(Rires) Rien. Ce sont des jeunes talentueux et en même temps des amis, donc j'ai beaucoup de plaisir à jouer dans cette équipe. La première étape ne s'est pas bien passée, on cherche encore qui va tirer, et surtout qui va pointer : Angy est un des meilleurs milieux parmi les jeunes, Logan n'est pas un pointeur-né, moi non plus... Mais je pense que ça va venir, on va trouver un moyen.

Même si je ne suis pas très vieux, je pense que j'ai un petit peu d'expérience : je vais essayer de m'en servir et de faire au mieux avec les moyens qu'on a.

 

 

Tu habites Lyon, tu joues avec les meilleurs joueurs du circuit mais tu es toujours licencié à Ax-les-Thermes, dans l'Ariège. Dans un milieu où les grands joueurs changent souvent de club, qu'est-ce qui explique cette fidélité ?

Mon président, c'est comme mon père. On a construit ensemble un moyen d'arriver, et tant qu'il sera là, je ne crois pas que je partirai ailleurs.

 


Tu crois beaucoup en l'amitié, on le sait. Tu as perdu récemment un de tes partenaires, Serge Debard, et on t'a senti très affecté par cette disparition. Parle-moi de lui.

Ça m'a rendu très triste, c'est vrai. Je connaissais Serge depuis un moment, on jouait ensemble. On se voyait aussi beaucoup en semaine, quand j'étais à Toulouse. On s'entendait bien, c'était mon joueur de championnat depuis quelques années. C'était un bon type, un bon vivant : ça m'a fait un coup de l'avoir perdu..

 


On s'intéresse beaucoup aux joueurs malgaches depuis quelques années, car ils marquent de plus en plus le circuit de leur empreinte. Tu es l'un des plus connus, et en même temps, tu as un statut un peu particulier, de par le fait que tu vis en France toute l'année. Comment on te voit là-bas ?

Je ne sais pas, mais tu as raison, je suis à part : j'ai le nom le plus facile à prononcer (rires). C'est moi qui donne le moins de mal à Marc Alexandre.

Mais c'est vrai, j'habite en France, alors que mes collègues malgaches viennent l'été, pour les Masters et la tournée des nationaux. L'équipe des Masters, elle est intouchable. Ils ont beaucoup de cohésion, beaucoup de confiance en eux, ils sont en forme, dans leur bulle, et je pense que ce sera très dur de les battre encore cette année.


Tu penses que l'arrivée de Tonnerre les a encore renforcés ?

Oui, il est magnifique dans cette équipe. Il a de l'expérience, il va faire beaucoup de spectacle.

 


Tu es né à Madagascar, et j'ai envie d'en savoir plus sur tes jeunes années, sur tes débuts à la pétanque. Ca a commencé comment ?

Je jouais au football, et je pensais y faire carrière. Mais je me suis blessé, à dix-sept ans, et je n'ai pas retrouvé mon niveau. J'étais très déçu, je ne savais pas que faire, je me sentais dans une impasse.

Alors mon grand frère, qui jouait à la pétanque, m'a dit : « Ne reste pas là, Titi. Viens jouer avec moi. » Il m'a amené faire des parties d'intérêt, je faisais pointeur. On a gagné un peu de sous, ça m'a fait plaisir. On jouait contre des gens qui tapaient bien les boules, mon frère tapait bien aussi, alors au bout d'un moment, j'ai eu envie d'être comme lui, et j'ai commencé à tirer.

Mon oncle n'était pas d'accord, il voulait que je continue mes études, mais j'avais de plus en plus envie de jouer, je me suis aperçu que j'adorais ça. J'ai dit : « Je fonce », et j'ai continué, continué, continué, je m'y suis mis à fond.

Au début, j'étais dans le plus gros club de Madagascar, je ne connaissais personne, mais en faisant des parties d'intérêt, en jouant à gauche, à droite, dans tous les coins de la capitale, j'ai fini par me faire un peu connaître. J'ai perdu en quart de finale de mon premier concours contre Carlos, qui était à l'époque champion du monde de tir : j'ai craqué parce que j'avais peur, tout ce monde qui regardait, c'était la première fois que ça m'arrivait, j'avais la trouille.

Après la partie, il y a un monsieur qui est venu vers moi, qui m'a proposé des boules, un petit contrat : moi, ça m'a plu.


C'est ce qu'on appelle un patron ?

C'est ça. Un patron, c'est quelqu'un qui veut t'aider à avoir du bon matériel, qui te donne un peu de sous pour avoir un maillot, pour disputer les championnats...

 


Donc, avoir de bonnes boules, c'est déjà compliqué ?

Oui, parce que les jeux de boules, à Madagascar, c’est cher. Ce n'est pas donné à tout le monde d'en avoir un.

La plupart des gens jouent avec le peu de moyens qu'ils ont. Par exemple, on prend des boites de conserve, on met des cailloux dedans et on les forge comme des vraies boules. Après, on voit aussi des boules ressoudées, des boules dépareillées, etc... Alors, quand tu as de vraies boules, tu es content, et tu progresses.


Tu penses que ces difficultés, ces moyens de fortune quand on débute, ça fait une partie de la force des joueurs malgaches ?

Bien sûr. On nous appelle les Brésiliens de la pétanque, c'est en partie à cause de ça. Ça joue partout, dans les rues, sur les places, partout ou il y a un endroit, il y a des joueurs qui font des parties d'intérêt : il y a tellement de bons joueurs qu'on en découvre sans arrêt.

 


A cette époque, tu connaissais les joueurs français, tu avais une idée de ce qui se passait chez nous ?

Pas du tout. Les premiers français que j'ai vu, c'était pour un concours à la Réunion : Marco Foyot, Eric Sirot, Pascal Miléi, Le Boursicaud. On a discuté, parce que j'aimais bien demander des conseils aux grands joueurs : à l'époque j'étais encore un outsider.

Et puis, j'ai revu un ami qui habitait en France, Tita. Il était en contact avec Jean-Luc Razafindrabe, qui était aussi en France et s'occupait des malgaches qui y venaient. Il lui a dit : « J'ai un tireur, il faut que tu l'amènes en métropole, parce que c'est vraiment un bon tireur. » C'est ce qui s'est passé, en 2008, et j'ai découvert la pétanque en France.

 


Et alors ?

Ça m'a surpris. C’était très différent de chez nous. Il y avait de l'ambiance, beaucoup de gens qui regardaient, il y avait des carrés d'honneur, beaucoup de choses que je n'avais jamais vues. Et ça m'a plu. Ça m'a plu, et je me dis que c'est peut-être grâce à cette discussion avec ces grands joueurs français que j'ai découvert tout ça.

 


Le public français t'a découvert l'année suivante, lors de ta victoire au tête-à-tête de Millau. Tu éprouvais quoi, sur le podium ?

Une très très grande émotion. J'étais très content, heureux, parce que c’était très dur : j'ai fait beaucoup de belles parties, et à la fin, je n'arrivais pas à y croire. A croire que j'avais gagné.

 


Tu vas disputer le Mondial la Marseillaise dans quelques jours avec Michel Hatchadourian et Alexandre Laurenti. Ce concours, tu en connais déjà le dernier carré puisque tu y as fait une demi-finale en compagnie de Marco Foyot et de Passo. Tu pensais, lorsque tu commençais à jouer aux boules à Tananarive, que tu tirerais un jour devant ces deux légendes ?

Tu sais, quand on arrive sur un terrain, on croit toujours à quelque chose. Mais quand je suis arrivé à Marseille avec eux, j'y croyais encore plus. Et jouer avec deux messieurs comme ça, ça me faisait un grand grand plaisir.

Bon, il y a des regrets, parce que j'avais un peu de pression en demi-finale, je n'ai pas joué à mon niveau et je suis passé à côté de ma partie. Mais les quatre jours passés avec eux, c'était un moment magnifique.

 


Tu as disputé d'autres grandes finales, à Millau, à l'Europétanque et sur tout le circuit des nationaux. Est-ce que, comme d'autres joueurs étrangers qui vivent sur le sol français, tu rêves d'être un jour champion de France ?

Mon rêve, c'est déjà de disputer un championnat de France. C'est la seule compétition à laquelle je n'ai jamais participé.


Comment ça ?

C'est vrai. A chaque fois, je perd à la bonne pour aller au France. Alors, tu vois, me qualifier, voir comment c'est, déjà, ça me ferait plaisir.

 

 

 

Entretien réalisé par Pierre Fieux "BOULEGAN"

 

Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
(1) 2 3 »
Auteur Conversation
lisbou
Posté le: 4/7/2015 12:09  Mis à jour: 4/7/2015 12:09
Boulistenaute régulier !
Inscrit le: 24/2/2012
De: Narbonne
Envois: 2305
 Re: Thierry Bezandry, horizon France
Très sociable et sympa tu as tout l'avenir devant toi tu va y arrivé titi
jojoaubut
Posté le: 3/7/2015 22:19  Mis à jour: 3/7/2015 22:19
Bébé boulistenaute
Inscrit le: 30/8/2007
De: ANGERS 49
Envois: 181
 Re: Thierry Bezandry, horizon France
T un mec en or ptit Masaka...un réel plaisir, que du bonheur d'avoir joué avec toi the monster!!!

Biz à bientot mon ami

Biz à toi et la family!!!
Joan
------------

L'esprit est à la base du plaisir, la victoire en est la concrétisation :)
thienath
Posté le: 3/7/2015 15:20  Mis à jour: 3/7/2015 15:20
Bébé boulistenaute
Inscrit le: 6/3/2011
De: LAON
Envois: 62
 Re: Thierry Bezandry, horizon France
bel interview thierry, à bientot de te revoir sur un national ou à millau... si tu as besoin d'un pointeur je suis là ....lol
------------

En sport, c'est comme dans la vie; "Ne pas se mettre en avant mais ne pas rester en arriére..."

PORTRAIT N°786 DE WILDE Nathan & Thierry "thienath"
http://www.boulistenaute.com/actualite-portraits-interviews-portrait-786-wilde-nathan-thierry-thienath-16799
parpayoune
Posté le: 2/7/2015 23:01  Mis à jour: 2/7/2015 23:01
Bébé boulistenaute
Inscrit le: 26/5/2011
De: isere
Envois: 10
 Re: Thierry Bezandry, horizon France
bravo TITI,beau parcours,reste comme tu es.
------------

PORTRAIT N°679 PARPAYOUNÉ GAYARD Gilles "parpayoune"
http://www.boulistenaute.com/actualite-portrait-679-parpayoune-gayard-gilles-parpayoune-14631
annibal69
Posté le: 2/7/2015 22:13  Mis à jour: 2/7/2015 22:13
Boulistenaute accro !
Inscrit le: 24/6/2008
De: pyrénées orientales (66)/languedoc roussillon
Envois: 3996
 Re: Thierry Bezandry, horizon France
super tu est aussi simple que dans la vie , j'ai appris a te connaitre il y à quelques jours lors des master à beziers , reste comme tu ai et tu deviendras un mr de la pétanque
------------

RESPECT DES ADVERSAIRES ET FAIR-PLAY SUR LES JEUX :

cd 66
petanque catalane
https://www.facebook.com/petanquecatalane/?fref=ts

http://www.petanquecatalane.com/
(1) 2 3 »
  
          304 utilisateur(s) en ligne plus...

  • Bruno GIRE chef d'équipe !

    Entretien avec un joueur originaire de la Haute-Loire qui endossera cet été un rôle de chef d’équipe pour la tournée des Masters de Pétanque...

  • Laurent Morillon, aujourd’hui coach

    Entretien avec un ancien joueur de haut niveau qui aura coaché l’équipe de France 1 de Quintais, Suchaud, Lacroix lors du Trophée l’Équipe il y a seulement quelques ...

  • Philippe SUCHAUD semi-pro !

    Entretien avec un grand champion qui revient avec nous sur sa semaine au Trophée l’Équipe, sur les Championnats du Monde à venir et sur sa carrière sportive.

  • Philippe Quintais « I’ll be back »

    Entretien avec Philippe Quintais suite à l'annonce de son retour en équipe de France. Il nous parle aussi de son nouveau Club "Oléron Pétanque Elite".

  • Romain Fournié : mon premier maillot !

    Rencontre avec un champion qui revient avec nous sur le formidable exploit réalisé il y a quelques semaines à Montauban, avec ses partenaires Ludovic Montoro...

SUIVEZ-NOUS
Pétanque mobile Facebook pétanque Dailymotion Vidéo pétanque Google+ pétanque Twitter pétanque YouTube Vidéo Pétanque Instagram pétanque Pinterest Pétanque Flux rss pétanque
Créer votre site Internet petanque
FORUM BLOGPETANQUE.COM
Entraide, trucs et astuces !