Inscrivez-vous maintenant !

L'entretien du mois : Passo, coeur et carreaux

Posté par BOULEGAN le 5/11/2012 6:00:00 (102670 lectures) Articles du même auteur

Au fil de plusieurs décennies d'une carrière éblouissante, le tireur nîmois est devenu une légende incontournable de la pétanque. Pour boulistenaute, il revient sur toutes ces années vécues au plus haut niveau, et placées sous le signe de l'amitié et de la joie de jouer. 


Michel Schatz, coeur et carreaux

 

 

Au début des années soixante-dix, alors qu'il n'était encore que le fils du Chef, le jeune Michel Schatz éclaboussait déjà de toute sa classe les jeux de boules nîmois. Près de quarante ans plus tard, Passo est devenu l'une des légendes incontournables de notre sport. Aisance, adresse exceptionnelle, gentillesse constante, amour du jeu, on a tout dit sur un joueur que chacun admire sans jamais oublier de l'aimer. Pour boulistenaute, il a accepté de revenir sur une carrière qui l'a vu évoluer au sein de trois des plus grandes équipes de l'histoire de la pétanque, et voir se dérober devant lui le concours auquel il tient le plus. Mais qui sait ce que l'avenir réserve?

 

Finaliste du Trophée des Villes, demi-finaliste du Mondial la Marseillaise, champion de ligue Languedoc-Roussillon en doublettes et la participation aux Masters de pétanque. On peut dire que tu as fait une bonne saison 2012, et que Passo est toujours là ?

Oui, pour moi, c'était une bonne saison. Et je suis toujours là. Par moments...

 


Tes projets pour 2013 ?

On est en train de discuter pour savoir si je reste à Castelnau ou non, mais rien n'est encore décidé. Je pense que courant novembre, j'aurai pris une décision.

Tu as fait partie, au cours de ta carrière, de plusieurs équipes légendaires. J'aimerais que tu me parles de chacune d'entre elles, et d'abord de celle que tu as formé, dans les années 80, avec Denis Salvador et Roger Capeau. Comment vois-tu cette équipe aujourdhui, qu'est-ce qui te revient lorsque tu y penses ?

C'était une équipe-reine. J'étais jeune, j'avais dix-sept ans : Salvador et Capeau, ce sont eux qui m'ont formé, qui m'ont emmené faire les grands concours. Pour moi, c'était une partie de rêve, j'étais fou de joie.

Roger Capeau, c'était un très grand joueur, qui jouait avec les plus forts, Salvador, c'était pareil, et ils me faisaient confiance. Je le vivais comme un honneur, de jouer avec eux. C'était de l'amitié, du plaisir et beaucoup de victoires.

 


Dans les années 80, on considérait cette équipe comme probablement la meilleure, et elle n'a jamais pu devenir championne de France. Tu l'as vécu comment, ça ?

Comme un échec, bien sûr. On arrivait tout le temps dans les dernières parties, et on perdait tout le temps. Mais eux devaient être encore plus frustrés que moi, ils auraient aimé gagner et me faire gagner. Ça été pareil à la Marseillaise : la première fois, en 82, nous avons perdu en finale, et puis ensuite en demi, en quart, on n'a jamais pu gagner.

Dans un livre écrit récemment par ton ami Paul Bastonero « Passo, un gentleman de la pétanque », celui-ci raconte comment tu as fait à Capeau une des grandes joies de sa vie. Cà se passait à Millau, un soir où les organisateurs lui rendaient hommage...

Comme je te le disais, j'ai joué onze ans avec lui, et on n'a jamais pu être champion de France. Salvador l'avait été, je venais de l'être avec Marco et Farré après avoir gagné le mixte l'année d'avant, et j'ai eu envie de lui faire cadeau d'un de mes maillots. J'ai proposé ça à Monsieur Mas, on en parlé pour être sûrs de ne pas faire d'impair, et j'ai offert ce maillot à mon ami Capeau au cours de la soirée à Millau organisée pour lui. C'était un grand plaisir et un honneur pour moi.

Tu as été associé ensuite, en équipe de France et puis pour le Trophée Canal+, à Georges Simoës et Philippe Quintais, pour ce que certains considèrent comme l'une des plus belles équipes de tous les temps. Ce niveau, cette aisance et cette complémentarité qu'on constatait entre vous, c'est venu de suite ?

Oui, dès le premier concours de sélection, avec aussi une amitié immédiate. C'est pour cela que cette équipe était forte, on se contrariait pas, on était tout le temps d'accord.

On était quatre à pouvoir aller au championnat du monde. Quintais, qui venait en premier, Simoës qui avait été choisi comme pointeur, et puis Marco Foyot et moi qui étions en balance. Ils m'ont choisi à moi, je ne sais pas pourquoi, peut-être pour ma gentillesse... En tout cas, j'étais très heureux, et puis ça a bien marché : on a été champions du monde, l'année suivante finalistes, l'année suivante encore champions.

 

 

 

Ce premier titre, ça a été un moment spécial, je suppose ?

Evidemment. Tout le monde a reconnu que j'étais fort; je l'étais avant, mais quand on a un titre mondial, qu'on devient champion de France où qu'on gagne la Marseillaise, on rentre dans le top des top, comme on dit. Tant qu'on ne gagne pas ces titres-là, on reste un peu à l'arrière. Là, j'étais super heureux, et il y avait beaucoup de gens qui étaient super heureux pour moi, beaucoup de gens qui pensaient que je méritais d'aller au championnat du monde avant 1991.

Et ça venait de quoi, tout ce temps passé avant de te confier une sélection ?

C'est vrai, j'ai attendu jusqu'à trente-cinq ans. J'étais en pleine forme, mais je pense que j'étais encore plus fort quelques années avant. Mais beaucoup de gens me voyaient perdre en championnat, à la Marseillaise, et pensaient que je n'allais pas tenir le choc. Peut-être aussi le fait que j'étais un gitan, peut-être que ça inquiétait les sélectionneurs. Ils avaient peut-être peur que je fasse des choses bizarres...

En tout cas, quand j'ai gagné, j'ai vu que ça faisait plaisir à beaucoup de monde, et ça m'a fait plaisir.

 


Enfin, tu as joué, sous les couleurs du groupe Nicollin, avec Jo Farré et Marco Foyot. Elle s'est formée comment, cette équipe ?

Pendant un repas avec Bernard Gasset, le président de la Comédie Pétanque. Il nous a dit qu'il voulait former une équipe autour de Farré, qui était de Montpellier, avec Foyot et moi. Marco jouait à l'époque à Béziers avec Roger Marco et Roger Marigot, et moi j'étais dans le Gard. Bernard en a parlé avec son ami Nicollin et ça a commencé.

On a joué dix-onze ans ensemble, comme avec Roger et Denis, et c'est là que j'ai eu mon premier titre de champion de France en triplettes.

Et le début d'un tandem Passo-Foyot qui semble indissociable... Là aussi, il y a eu une complémentarité immédiate ?

Tout de suite. Moi, j'étais ami avec Farré, mais avec Marco, on se connaissait, c'est tout. Et puis le premier concours qu'on a fait, ça a marché comme sur des roulettes. On est rapidement devenu deux compères, on était cul et chemise, comme on dit. Les gens nous ont aimé, tous les deux ou avec Farré, ils nous donnaient de l'amitié et on la leur rendait avec nos boules, avec notre jeu.

 

 


On se dit que cette complémentarité, vous la vivez très fort. Foyot a dit un jour : « Si je veux gagner Millau un jour, il faut que je joue avec Passo. » et toi-même, je t'ai entendu lui dire un jour :« Si je veux gagner la Marseillaise, il faut que je joue avec toi. » C'est ça, vous avez besoin l'un de l'autre ?

Oui. Moi, j'ai eu besoin de Foyot pour gagner mon premier titre de champion de France, et pour gagner son premier Millau, il a fallu qu'il joue avec moi.

 

 

Cette année, tu es rentré pour la septième fois dans le dernier carré du Mondial la Marseillaise. Après ta défaite contre Dylan, tu t'es dit quoi ? Tu as ressenti encore une fois le poids du signe indien ou bien tu as pensé : « Avec cette équipe, je peux la gagner un jour» ?

Je peux la gagner un jour. Mais sans Foyot, je ne la gagnerai pas. Il m'aide beaucoup dans ces parties-là, il fait des trucs que les autres joueurs ne font pas. Il sait créer des respirations, il m'aide beaucoup comme ça : c'est avec lui que je la gagnerai peut-être un jour....  Ou peut-être que je ne la gagnerai jamais...

 

 

C'est important, ça, la Marseillaise?

Ce n'est pas qu'important, c'est un rêve. J'y reviens tous les ans, en espérant enfin la gagner. Si un jour j'y arrive, j'y reviendrai avec mon fils, avec des amis, mais en attendant, je fais toujours une partie pour essayer de gagner. Et je reviendrai tous les ans, tant que je pourrai.

 


Tu as perdu quatre finales, mais on se rappelle surtout de celles que tu as perdue contre tes neveux, Antoine et Joseph Dubois, alors que tu menais largement. Ca a dû être affreux, cette fois-là ?

J'en ai pleuré toute la nuit. C'était une partie presque gagnée, c'était dur. Mais ce n'était pas la dernière fois que la Marseillaise me faisait pleurer. Cette année, j'avais encore les larmes qui coulaient.

 

 

On t'a vu longtemps courir après ton premier maillot de champion de France, et puis, après ta victoire en doublettes mixtes avec Martine Sarda, tu en as conquis quatre autres. Cette victoire de 1996, ça été un déclic ?

Oui, mais, le vrai déclic , ça a été l'année suivante, avec Marco. Il m'avait dit : « Tu es toujours au poteau, tu n'arrives pas à gagner, je vais tout faire pour t'aider à être champion ». C'est ce qui s'est passé à Chartres : on a pris des super-équipes, il a tout fait, c'est lui qui m'a amené jusqu'à cette victoire. Et deux mois après, je gagnais encore le mixte chez moi, à Nîmes.

Jo Farré, c'était aussi quelqu'un d'important dans l'équipe, qui pesait sur les parties...

Oui, Jojo, il mettait de la pression aux adversaires, et c'était un super-joueur. On se complétait, on arrivait à jouer mieux lorsque un des autres était moyen, et puis Farré, c'était aussi un super-milieu. Quand il a gagné la Marseillaise avec Quintais et Jean-Luc Robert, c'est moi qui avait monté la partie. Quintais voulait jouer avec moi, mais j'étais qualifié pour le championnat de France doublettes avec Marco. Je lui ai dit : « Si tu veux gagner la Marseillaise, il faut que tu joues avec Farré». Ils ont joué comme ça et ils ont gagné... Et moi, je cours après depuis trente ans, et je n'y arrive pas. Si un jour ça m'arrive, je me jette dans le Vieux Port!

 

 

On t'a vu l'an dernier disputer le Trophée des villes aux côtés d'un tout jeune joueur, Yonis Kehiha. On t'avait vu rarement faire cela et cette association, ton attitude envers lui ont touché beaucoup de spectateurs. Tu as ressenti quoi, toi ? Est-ce que tu avais le sentiment de transmettre quelque chose ?

Oui, ma passion, mon savoir-faire. Ce petit, il commençait à peine à jouer aux boules, il était un peu impressionné, je lui ai parlé, je lui ai dit de s'amuser, de se faire plaisir, je lui ai dit que moi aussi j'étais content de jouer avec lui, qu'il ne fallait pas qu'il ait du stress.

Ensuite, il était toujours avec moi, il ne m'a pas quitté pendant trois jours. Moi, ce qu'on m'a donné quand j'étais jeune, Capeau, Salvador et d'autres, je l'ai pris, j'en ai profité : et maintenant, j'aime quand je peux le rendre et donner à mon tour.

 

 

 On a toujours senti beaucoup de joie de jouer chez toi, et on a l'impression qu'avec les années qui passent, ce bonheur d'être sur les jeux, cette capacité à avoir du recul, de l'humour vis-à-vis de la pétanque s'accentuent. Je me trompe ?

Non, tu ne te trompes pas. Avant, j'essayais de gagner ceci, cela. Maintenant, je joue pour mon plaisir, et pour le plaisir des gens qui me regardent : la plupart des spectateurs m'aiment, et moi j'essaie de leur rendre ça avec ma bonne humeur et avec mon amitié. C'est vrai, je prends beaucoup de plaisir à jouer, encore plus qu'avant.


 

Tu joues à haut niveau depuis près de quarante ans. La pétanque a beaucoup changé pendant cette période. Comment vis-tu cela ? Qu'est-ce qui est mieux selon toi, qu'est-ce qui est moins bien ?

Ce qui est mieux, c'est la télévision. On voit plus de pétanque, c'est bon pour elle.

Ce qui est moins bien, c'est qu'il y a moins d'amitié. A d'autres époques, on pensait d'abord à passer du bon temps, on était plus conviviaux, on regardait moins ce qu'il y avait à gagner. Les joueurs sont devenus plus individualistes, plus tournés vers leurs intérêts, et l'amitié est partie. Le respect aussi a diminué : quand j'étais jeune, on respectait les gens plus âgés et eux-mêmes nous respectaient. Maintenant, beaucoup de jeunes sont différents, plus personnels, moins sympas.

Maintenant, tout le monde s'embrasse. Avant, on se serrait la main, mais il y avait plus d'amitié.

 

 

Entretien réalisé par Pierre Fieux "BOULEGAN"

Format imprimable
Envoyer cet article à un ami
Créer un fichier PDF à partir de cet article

  
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
« 1 2 (3) 4 5 6 ... 8 »
Auteur Conversation
dominique
Posté le: 6/11/2012 22:22  Mis à jour: 6/11/2012 22:22
CLUB des Supporters Boulistenaute.com
Inscrit le: 4/9/2011
De: valence 26000
Envois: 47
 Re: Passo, coeur et carreaux
je voudrais dire merci a passo de m' avoir fait prendre tant de plaisir a la pétanque.dans les années 80 lorsque j avais perdu dans les nationaux je passais des heures a vous regarder jouer avec denis SALVADOR et roger CAPEAU la triplette de choc pendant plus de 10 ans avec un respect de l' adversaire et un bon sens avec un peu d'humour sur les jeux bravo et respect pour votre carrière Mr passo et je suis sur que vous allez nous donner encore beaucoup de joie sur les jeux en 2013
RAOUL30
Posté le: 6/11/2012 21:56  Mis à jour: 6/11/2012 22:00
Boulistenaute accro !
Inscrit le: 28/4/2004
De: 30 GARD LANGUEDOC-ROUSSILLON GARONS
Envois: 738
 Re: Passo, coeur et carreaux
Un Boulegan au sommet de sa forme pour une interview de rêve avec de superbes clichés (on voit même Pierre admiratif sur le premier juste derrière Passo)...pour un monument de la Pétanque, celui qui nous donne envie de l'aimer encore PASSO...Vous savez quand vous êtes tout jeune et que vous voyez quelqu'un arriver dans votre village et faire autant de carreaux sur un terrain de pierres (un chemin) cela vous marque et j'ai eu cette chance à la fin des années 70 où j'ai pu voir le prodige aux côtés de son père "le chef"...Une confiture de carreaux et de palets tout un après midi !

J'adore la dernière phrase de l'interview elle est tellement vraie et pleine de bon sens sur la mentalité d'aujourd'hui (et pas seulement aux boules...), Passo est le joueur par excellence, comme Lionel Messi il semble toujours s'amuser et voudrait toujours jouer et encore jouer et ce pour notre plus grand plaisir.

Nîmes riche en monuments Romain est trés fière d 'avoir parmi les siens Passo cet empereur des boules au bras et au coeur d'or !

RAOUL30
------------

J AI PRIS POUR PSEUDO RAOUL30 BIEN ENTENDU EN HOMMAGE AU MERVEILLEUX BONFORT QUI EST UN AMI PERSONNEL ET QUI M A RACONTE TANT DE CHOSES
MERVEILLEUSES...
Mon portrait : http://www.boulistenaute.com/actualite-portrait-505-meger-vincent-raoul30-10926
bernard01
Posté le: 6/11/2012 21:33  Mis à jour: 6/11/2012 21:33
Boulistenaute aspirant !
Inscrit le: 2/1/2008
De: 01 Ain - Rhône-Alpes
Envois: 853
 Re: Passo, coeur et carreaux
LA GRANDE CLASSE CE PASSO
cristof
Posté le: 6/11/2012 20:46  Mis à jour: 6/11/2012 20:46
CLUB des Supporters Boulistenaute.com
Inscrit le: 6/2/2003
De: 45160
Envois: 438
 Re: Passo, coeur et carreaux
Chapeau bas Mr Passo.
UN MONSTRE SACRE !!! Unique.
------------

Nous sommes là pour faire le moins de mal possible à ceux qu'on n'aime pas et le plus de bien possible à ceux qu'on aime.
jmgaucher
Posté le: 6/11/2012 18:53  Mis à jour: 6/11/2012 18:53
CLUB des Supporters Boulistenaute.com
Inscrit le: 9/11/2005
De: 30- Gard - Languedoc-Roussillon - ST HIPPOLYTE DE CATON
Envois: 1723
En ligne !
 Re: Passo, coeur et carreaux
SUPER PASSO, Félicitations à Pierre pour l'article.
ps: sur la photo en noir et blanc, la main droite de PASSO est sur François DESOUZA et devant eux Roger CAPEAU et Jean Luc REDON, le papa de notre cher boulistenaute "PassoRonny" !.
------------

PORTRAIT N° 511 ROURE Jean Marc "jmgaucher"
http://www.boulistenaute.com/actualite-portrait-511-roure-jean-marc-jmgaucher-10948



frappé:gagné ! manqué:perdu !
« 1 2 (3) 4 5 6 ... 8 »
          324 utilisateur(s) en ligne plus...

Créer votre site Internet petanque
FORUM BLOGPETANQUE.COM
Entraide, trucs et astuces !