Inscrivez-vous maintenant !

L'entretien du mois : Laurent Vernay : la pétanque a un bel avenir

Posté par BOULEGAN le 1/5/2012 5:00:00 (7811 lectures) Articles du même auteur

Depuis quelques années, cet ancien footballeur s'est imposé dans le paysage audiovisuel comme l'un des visages et l'une des voix de la pétanque. Vrai amoureux du jeu, il a accordé à boulistenaute.com un long entretien, au cours duquel il nous entr'ouvre les coulisses de Sport+ et confie le plaisir qu'il a à faire ce métier.



L'entretien du mois

Laurent Vernay : la pétanque a un bel avenir

 

 

 

 

Depuis quelques années, il s'est imposé dans le paysage audiovisuel comme l'un des visages et l'une des voix de la pétanque. Cet ancien footballeur, qui considère la retransmission des grandes compétitions comme un sport d'équipe, croit dur comme fer en l'avenir de notre sport et dans ses potentialités. Vrai amoureux du jeu, il a accordé à boulistenaute.com un long entretien, au cours duquel il nous entr'ouvre les coulisses de Sport+ et confie le plaisir qu'il a à faire ce métier.

 

 

Tu commentes depuis 2005 les diverses retransmissions de pétanque proposées par Quarterback, en compagnie de Jean-Michel Izoird ou de Jean-Pierre Lelons. Cela fait deux tandems de commentateurs qui sont à présent bien rôdés: qu'est-ce qui fait que ça marche bien dans l'un et l'autre cas ?

C'est vrai que ce sont deux belles associations, tant avec Jean-Pierre, qu'avec Jean-Mi. Ce sont deux grands connaisseurs de la pétanque, Jean-Pierre bien sûr, qui a fait partie de l'élite, et Jean-Michel qui la fréquente depuis longtemps et est de surcroît journaliste. C'est un vrai plus, car il pose les bonnes questions et reste bien dans son rôle de consultant. Jean-Pierre Lelons n'a pas ce côté-là, mais le compense par sa pratique du haut niveau, qu'il a vécue de l'intérieur. Le commentateur idéal, pour moi, ce serait un croisement de Lelons et d'Izoird.

 

 

Tu viens du football, que tu as pratiqué et couvert pour Canal. Est-ce qu'on peut dire que c'est un vrai sport, la pétanque ?

Oui ! Je l'ai d'abord pratiquée comme tout le monde : pour moi, c'était un truc auquel on joue en vacances. Je le faisais avec mon père, qui est un bon joueur : quand je revenais dans le Puy-de-Dôme, je jouais avec lui et avec des amis, on faisait l'apéro, c'était ça la pétanque pour moi. Et puis en 2005, à travers le commentaire et les grandes rencontres, je me suis aperçu que ça pouvait être aussi un sport de haut niveau, et qu'enquiller des parties et des parties en maintenant un gros niveau de jeu demandait une très bonne condition. Pour rester aussi concentré, garder son mental et avoir un taux de réussite tel que celui qu'on voit, il faut être un athlète, c'est indéniable.

 


Les reproches qu'on fait en général à la pétanque se basent sur le côté musculaire, physique, le peu d'efforts qu'elle demande par rapport aux sports athlétiques. Selon toi, ça peut donc ne pas être le seul critère intéressant ?

Non, bien sûr. Faire du sport, c'est un tout : naturellement, il faut avoir une santé de fer, mais d'autres choses sont importantes. La maîtrise, individuelle et collective puisqu'on n'est pas seul, le mental, la stratégie. Non, pour moi, c'est évident que la pétanque est un sport complet.

 

 

Tu connaissais donc la pétanque depuis longtemps lorsque tu as commencé à commenter, mais c'est à ce moment-là que tu as découvert l'élite. Qu'est-ce qui t'a frappé le plus lorsque tu es rentré en contact avec le haut niveau ?

Je pense que c'est la simplicité des gens, leur côté humble, le sentiment que c'est une grande famille. Je venais du milieu du foot, où les choses sont parfois assez différentes. Je me suis plu tout de suite dans cette ambiance : on s'embrasse, on boit un coup, on discute, on rigole. Les champions sont des gens accessibles, qui comprennent qu'on est là pour les mettre en avant.

Et puis j'ai halluciné en voyant le niveau. Je savais bien que ça jouait mieux que dans mes parties d'amis, mais voir ce que font les gars et les voir répéter ça cinquante, soixante, soixante-dix fois, tu te dis que là, c'est énormissime. Ce que font Henri Lacroix, Suchaud, Philippe Quintais, ce que réalise Michel Loy au point, Dylan Rocher à son âge, c'est bluffant.

Cà t'a fait réaliser la marche qui sépare le haut niveau de la pétanque qu'on voir un peu partout ?

Oui, c'est ça. Et surtout cette capacité des meilleurs à rentrer complètement dans une partie, d'en sortir et de recommencer : psychologiquement, c'est énorme. Les gens ne se rendent pas compte que tu fais une partie super-intense pendant deux heures, tu t'arrêtes, tu ne joues plus pendant deux heures et demie, tu reviens et tu es tout de suite au même niveau que celui que tu avais trois heures avant : moi, quand j'ai découvert ça, j'étais stupéfait, je trouvais ça fabuleux, et je ne peux qu'être heureux de le faire vivre à la télévision.

 

 

Alors, justement, la pétanque s'est révélée être une discipline difficile à filmer. On a pourtant le sentiment, à présent, que les fondamentaux de la retransmission et du commentaire ont été posés, et qu'un spectateur lambda qui tombe sur une émission de pétanque à la télé peut s'y intéresser et découvrir les beautés de ce jeu. Tu es d'accord avec ça ?

Oui, tout à fait. Mais un gros travail a été fait par le réalisateur Hervé Crozat, par Maryan Barthélémy et moi-même, beaucoup de discussions ont eu lieu, et ont encore lieu, pour tenter d'avancer, d'améliorer ce qui est fait. Nous essayons de faire en sorte que la personne qui est dans son canapé puisse suivre les parties aussi bien que si elle était sur le terrain, qu'elle puisse suivre les coups, les courbes, voir les donnes, l'impact de la boule, suivre le déroulement tactique aussi : c'est un des aspects que nous nous efforçons de mettre en avant, avec les performances individuelles bien sûr. C'est à nous d'expliquer tout ça, toutes les possibilités de la mène, sans oublier que les gens qui nous regardent ne sont pas débiles non plus : ce sont des passionnés, et ils comprennent parfois mieux la pétanque que nous.

L'ambiance aussi est importante, avec le côté sonore des micros que les joueurs ont bien voulu accepter de porter : ils apportent une certaine dimension, en mettant les spectateurs au cœur de la partie.

La durée variable des rencontres fait que la pétanque ne rentre pas toujours dans les cases imposées par la télévision : c'est à nous de faire entrer le spectateur dans la partie au meilleur moment, d'avoir une cohérence dans nos choix.

 


En regardant de vieilles vidéos de pétanque, on mesure le chemin parcouru. Est-ce qu'il y a encore une marge de progression, est-ce que la pétanque peut être encore mieux filmée ?

Oui, bien sûr. Déjà, et sans vouloir critiquer France Télévisions, je trouve qu'entre ce qu'ils font et ce que nous faisons sur Sport+, il y a une différence. Bon, ils utilisent souvent nos images, mais sur la Marseillaise par exemple, on voit que ce n'est pas du tout pareil.

Nous, les commentateurs, on dépend des techniciens : ici, on se parle, on s'aime tous. Il y a une super-ambiance entre les caméramen, le mec du son, le mec en régie, on se dit tous bonjour. Alors du coup, les gars donnent le meilleur d'eux-mêmes, et tout ça est magnifiquement orchestré par Hervé Crozat.

 

 

Et tout ça fait une vraie équipe, donc ?

Plus que ça. Moi, je les considère comme ma famille, on est une vraie famille. En plus, on a la chance que ce soit souvent les mêmes qui reviennent : ça donne une unité, une force énorme, une bonne humeur qui permet, sur des évènements comme le Trophée des Villes, de bosser pendant des heures et des heures sur trois jours, quatre jours, et d'avoir toujours le même plaisir de venir et de faire son taf le mieux possible.

Quarterback organise les Masters et le Trophée des Villes, deux compétitions assez différentes dans l'esprit et dans l'organisation. Est-ce qu'à ton avis, on peut encore imaginer d'autres formules intéressantes à retransmettre, d'autres concepts de compétition ?

Oui, nous y travaillons, nous faisons pas mal de réunions là-dessus. J'en parle d'ailleurs souvent avec mon père, qui est un fana de pétanque à la télé, et qui en parle avec ses copains : tu vois, ça peut aussi partir du terrain, même si ces émissions sont avant tout des produits télévisuels. Sur Sport+, on a envie d'en faire plus, de la pétanque : il y a une vraie volonté sur la chaîne de soutenir ce sport sur le long terme. Mais une émission, ça a une durée de vie ; il faut envisager qu'elle puisse s'essouffler et qu'on doive la remplacer. Donc, on réfléchit tout le temps sur d'autres formules.

 

 

Et de l'autre côté du poste, ça pousse aussi, les audiences sont bonnes ?

Oui. La pétanque est un des trois sports les plus regardés sur Sport+, aussi bien dans les directs, que dans les rediffusions. C'est un public de vrais passionnés.

Tu me disais tout à l'heure que tu avais été bluffé par les joueurs, lorsque tu as découvert le haut niveau. Quels sont ceux que tu préfères, ceux qui t'ont le plus marqué ces dernières années ?

(Embarrassé) C'est une question très difficile : j'ai tellement d'amis dans ce milieu que je ne peux pas mettre en avant un ou l'autre, c'est compliqué... Forcément, on a tous été séduits, comme on l'a été par le football de Barcelone, par le jeu de cette Dream Team, Quintais-Suchaud-Lacroix : je pense que là, on a vu la triplette du siècle. Je m'en excuse auprès des anciens, il y a peut-être eu meilleurs qu'eux à une époque, mais là, c'était absolument fabuleux, cette complicité, cette maestria, la force qu'ils dégageaient... Après, j'aime beaucoup aussi, au point, Michel Loy et Zvonko Radnic : ils sont exceptionnels à l'envoi, et ce sont des joueurs que je trouve élégants... Après, il y en a tellement : j'aime bien Dylan, j'aime bien Damien Hureau, j'aime bien... Non, il y en a trop, je vais en oublier, et j'aime trop ces gens-là pour risquer çà.

 

 

Ca fait donc huit ans que tu suis de très près tout ce qui se passe à la pétanque. A ton avis, est-ce que c'est un jeu en déclin, comme on peut le lire parfois sur nos forums, ou bien penses-tu au contraire qu'elle a de l'avenir ?

Elle a, je pense, un très bel avenir, dont ce que nous voyons n'est que le début. C'est un sport qui en est à ses balbutiements, où il y a encore tout à faire. C'est bien sûr le cas au niveau médiatique : nous allons cette année retransmettre beaucoup plus, puisque vingt heures de direct sont prévues pour les seuls championnats du monde, en plus des Masters, de la Coupe de France, du Riviera Pétanque Show, de la finale des DOM-TOM, de la finale du Provençal... On va même retransmettre trois étapes de Sport Boules. Tout ça fait une couverture énorme, qui fait pas mal de chiffre alors qu'on n'en parle quasiment pas : à part nous, France3, vous à Boulistenaute et Boulisme dans la presse écrite, c'est un sport qui est encore ignoré. Alors, imagine qu'on ouvre les vannes, que l'Equipe se mette en parler, que le grand public découvre ça, ça prendrait une toute autre dimension....

 Donc toi, tu penses que c'est une discipline qui en a beaucoup sous le pied...

Ah, oui, je pense. J'en suis persuadé, en fait. Je pense que la pétanque a un bel avenir, un très très bel avenir. Et c'est un avis qui est largement partagé à Sport+ : ça ne fait que commencer. Je vois pas mal de gens qui sont tombés un jour sur de la pétanque par hasard, sur leur télé, et qui sont restés devant parce que ça les a séduits. C'est ce public qui va rejoindre peu à peu les mordus. On est sûr de ça, et on se prépare à en retransmettre de plus en plus : ça tombe bien, parce qu'à Sport+, on aime vraiment la pétanque, et on ne la lâchera pas.

 

 


 

Entretien réalisé par Pierre Fieux "BOULEGAN"

 

Format imprimable
Envoyer cet article à un ami
Créer un fichier PDF à partir de cet article

  
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
(1) 2 »
Auteur Conversation
farrerecul
Posté le: 8/5/2012 22:04  Mis à jour: 8/5/2012 22:04
Bébé boulistenaute
Inscrit le: 30/1/2011
De: pierrelatte
Envois: 9
 Re: Laurent Vernay : la pétanque a un bel avenir
bonsoir monsieur je pense que vous vous trompez je suis joueur depuis 45ans j ai vu plusieurs generations celle ci est malade la seule solution est d organiser tous les concours sur invitations comme il se fait souvent en espagne au maroc ceci pour enlever les brebis galeuses car les arbitres dans certaines regions ont aucun pouvoir et les joueurs en ont marre de ce faire agresser verballement et meme physiquement

voila monsieur la seule solution pour augmenter le nombre de licenciers
eric49-31
Posté le: 3/5/2012 11:29  Mis à jour: 3/5/2012 11:29
Boulistenaute accro !
Inscrit le: 20/8/2010
De: toulouse
Envois: 8
 Re: Laurent Vernay : la pétanque a un bel avenir
Beau portrait d'un amoureux de la pétanque, mais sont optimisme sur l'avenir de la pétanque ne s'applique que pour la pétanque des élites.
Certes cela créera sans doute des vocations, mais cela ne sera pas suffisant pour enrayer l'érosion des licenciés. La pétanque étant un sport très contraignant, dans lequel il n'est pas évident d'allier notre passion avec notre vie sociale et familiale (à moins d'avoir une conjoint qui à la même passion). La faute sans doute à des compétitions nombreuses et longues qui finissent tard.
En tout cas à défaut de pouvoir jouer régulièrement, jamais suivre les programmes de sport +.
Chose qui est impossible, suite à la suppression de la chaine via FREE. Trop dégouté!!!
------------

Tapotour
PatGoch
Posté le: 3/5/2012 8:45  Mis à jour: 3/5/2012 8:45
Boulistenaute accro !
Inscrit le: 12/6/2005
De: 35
Envois: 3724
 Re: Laurent Vernay : la pétanque a un bel avenir
Bonjour,
Lorsque on lit le titre, " la pétanque a un bel avenir " on s'attend à trouver des réponses aux questions , que " nous joueurs " on se pose depuis une dizaine d'années.....
Désertification des terrains....
Baisse des licenciés
Ambiance générale morose...etc
Bref on reste sur sa faim....
Alors voici des réponses pour la propagande de notre passion
Nb 1/:côté médias télévision : la pétanque n'est pas très visible, pour ne pas dire inexistante sur les chaines primaires.populaires.de 1 à 20 .Alors que c'est précisément là que se trouve la masse des joueurs potentiels....

2/ refaire des tournois propagande en france l'été ouverts à tous, couverts par des grandes radios .....

3/ dans chaque région recréer des évènements annuels ponctuels

4/ dans chaque région centraliser dans les villes les terrains visibles, y faire des espaces de jeu comme dans le sud et autres petits villages( et ou ) un boulodrome Municipale....

Bref remettre la pétanque là où elle est né !

Ne pas tout miser sur les stars mais au contraire l'élargir à tout un chacun !

Cordialement
morpheus
Posté le: 2/5/2012 20:56  Mis à jour: 2/5/2012 20:56
Boulistenaute accro !
Inscrit le: 25/9/2003
De: 31- Haute-Garonne- Midi-Pyrénées - Villeneuve-Tolosane
Envois: 221
 Re: Laurent Vernay : la pétanque a un bel avenir
Interview intéressante.
Je cite : "Elle a, je pense, un très bel avenir, dont ce que nous voyons n'est que le début. C'est un sport qui en est à ses balbutiements, où il y a encore tout à faire."
Sûrement pour le côté médiatique, mais malheureusement, pour la vraie pétanque, celle des terrains, c'est juste tout le contraire.
------------

Apprendre le poker ici...

PORTRAIT N°97 ROLLIN Stéphane "morpheus"
http://www.boulistenaute.com/actualite-portraits-interviews-portrait-97-rollin-stephane-morpheus-5723
BUCARO
Posté le: 1/5/2012 21:30  Mis à jour: 1/5/2012 21:30
Bébé boulistenaute
Inscrit le: 15/3/2004
De: 44 Nantes
Envois: 28
 Re: Laurent Vernay : la pétanque a un bel avenir
Ok super article, la pétanque ne peux que progresser avec cette médiatisation télévisuelle. Mais bon je regrette vraiment que Sport+ ait été racheté par le groupe Canal+. De ce fait plus de diffusion dans les différents bouquets sportifs mais uniquement si vous êtes abonné à Canal sat. Trop dégouté...........
------------

(1) 2 »
          82 utilisateur(s) en ligne plus...

  • Didier Le Masson, liberté, égalité, fraternité

    Mascotte de l'équipe boulistenaute et jeune retraité, le grand Mamasse profite de cette liberté pour aller à la rencontre, sur tous les terrains de France, de ses milliers d'amis.

  • Jean-Luc Robert, le lieutenant du roi

    Personnage haut en couleur longtemps indissociable du Roi Quint...

  • Stéphane Robineau, cap au Sud

    Entretien avec un champion qui est devenu sans faire de bruit, au fil d'un début de carrière constellé de grandes victoires, un des joueurs majeurs de la dernière décennie.

  • Damien Hureau, l'as de carreau

    A trente-six ans, l'Angevin est toujours l'un des meilleurs tireurs du monde. Après une saison 2013 étincelante, il est revenu avec boulistenaute.com sur son actualité récente et sur ses ...

  • Marco Foyot, le rêve américain

    A soixante ans passés, le môme de Meaux continue, année après année, à tisser sa légende. En automne dernier, celle-ci a emprunté les routes mythiques du pays de l&...

Créer votre site Internet petanque
FORUM BLOGPETANQUE.COM
Entraide, trucs et astuces !