Inscrivez-vous maintenant !

L'entretien du mois : Laurent Causse, l'autre voix de la pétanque

Posté par BOULEGAN le 6/11/2014 7:00:00 (19937 lectures) Articles du même auteur

Avec Marc Alexandre, aux cotés duquel il présente chaque année le Mondial de Millau, le souriant animateur gardois est l'un des speakers les plus demandés du circuit.

L'entretien du mois

Laurent Causse, l'autre voix de la pétanque

 

 

Avec Marc Alexandre, aux cotés duquel il présente chaque année le Mondial de Millau, le souriant animateur gardois est l'un des speakers les plus demandés du circuit. Avec sa gentillesse coutumière, il s'est prêté, pour boulistenaute.com, au jeu de l’interviewer interviewé.


Tu es, depuis pas mal d'années, l'un des principaux animateurs du circuit des nationaux. Depuis quand, au fait ?

J'ai démarré ma toute première animation en septembre 2003. Je viens donc de finir ma douzième année.

 

Ça a commencé comment ?

Sur un championnat de France corpo où j'étais allé en tant que joueur, en 2002 à Guéret. Le dimanche, Marc Alexandre était venu animer les parties finales. J'avais perdu en quart, et après la partie, on s'est retrouvés côte à côte au comptoir, et nous avons commencé à discuter, et à parler d'animation.


Tu en faisais donc déjà ?

Pas dans la pétanque, où je n'étais que joueur. Mais depuis l'âge de quatorze ans, je faisais de la radio, de l'animation en club, lors de défilés de mode, de galas de danse, des élections de miss, etc...

D'où ma discussion avec Marc. A la fin, il m'a dit : « Donne-moi tes coordonnées, peut-être qu'un jour, j'aurai besoin de tes services. » Et c'est ce qui s'est passé : il m'a rappelé un an plus tard, pour me proposer d'aller à Fenouillet car il était pris ailleurs. Voilà : j'y suis allé, j'ai fait l'animation comme je le sentais, et ça s'est très très bien passé.

 


Et puis il y a eu d'autres gens qui t'ont fait confiance...

Absolument. Dans l'hiver qui a suivi, j'ai discuté avec Jean-Pierre Mas, que je connaissais très bien, on a parlé de ces premiers pas, et je lui ai dit (en plaisantant, parce que Marc Alexandre le faisait déjà très bien) : « Je suis prêt pour animer le Mondial de Millau ! » Et Jean-Pierre m'a dit : « C'est pas mal comme idée, parce que le public vient de plus en plus tôt et reste de plus en plus tard dans la nuit, et deux animateurs ne seraient peut-être pas de trop. Viens au National d'hiver, et on te testera. » C'est ce que j'ai fait, ils ont trouvé que je me débrouillais bien, et j'ai fait le Mondial 2004 avec Marc.

Mais j'ai fait une autre rencontre à ce National d'hiver. J'ai vu Gilbert Navarro, qui est un ami sétois de mon père, il a aimé ce que je faisais, et il en a parlé à son cousin Jean-Michel Izoird. Celui-ci m'a appelé la semaine suivante, et m'a proposé d'animer Sète, Palavas et Béziers. Voilà, lui aussi m'a mis le pied à l'étrier, et puis ensuite, j'ai fait mon petit bout de chemin.

 


Tu es aussi un bon joueur, comme on l'a dit tout à l'heure : cinq titres départementaux dans le Gard et plusieurs participations au France. Tu joues toujours ?

Plus du tout. J'ai fait les seizièmes de finale du championnat de France 2009 à Caen, et puis j'ai arrêté ensuite de faire des compétitions parce que je n'avais plus le temps.


Et ça ne te manque pas, de temps en temps ?

Beaucoup. J'aimerais jouer, d'autant qu'il me semble que je pourrais avoir encore ma place dans certaines parties. Mais bon... C'est comme ça.

 


Tu es un ami de l'association PPF, qui organise depuis l'an dernier une grande finale qui est déjà un des temps forts de l'année.

C'est vrai : quand PPF et née, j'ai assisté à l'accouchement. C'était une initiative de Jean Casale et Jean-Michel Raffali, que je connaissais déjà, et de Pascal Mari, qui avait découvert la pétanque depuis peu de temps et s'est pris rapidement d'amour pour elle. Il trouvait anormal que les meilleurs joueurs gagnent aussi peu et a voulu faire quelque chose pour améliorer ça : il y a eu une réunion avec divers organisateurs de nationaux, des dirigeants et d'autres intervenants à laquelle j'ai été convié. J'ai trouvé cette idée fort belle et j'ai eu envie de m'investir.

J'aime les grosses manifestations, et le fait de réunir, une fois par an, un plateau pareil, m'a beaucoup plu. J'ai donc travaillé avec eux et j'ai apporté, modestement, mon petit savoir à PPF, parce que je trouve que son existence est une bonne chose.


Au delà de ce grand événement qu'est la finale PPF, est-ce tu penses que le fait d'avoir regroupé tous ces organisateurs de grands nationaux peut apporter quelque chose de plus à la pétanque ?

Oui. Aujourd'hui on en est encore aux balbutiements, et même si le nombre d'organisateurs intéressés à faire partie du groupe augmente sans cesse, je dirais qu'on n'en est pas encore à une osmose totale entre tous.

Lorsqu'il y aura une parole commune à quinze ou vingt d'entre eux, je pense que celle-ci aura beaucoup de poids vis-à-vis de la fédération. Naturellement, le débat est important, et chacun doit pouvoir amener son avis. Mais même si les organisateurs sont encore timides de ce point de vue, je pense que ça va venir, qu'ils vont bientôt tirer tous dans le même sens et que ça amènera des choses, parce que beaucoup ont de très très bonnes idées.

 


On a parlé du Mondial de Millau tout à l'heure, mais je voudrais y revenir parce que la présentation d'un tel évènement représente un vrai challenge pour un duo d'animateurs comme celui que tu formes avec Marc Alexandre : il faut être au micro pratiquement vingt heures par jour pendant près d'une semaine, et je voudrais que tu me parles de la façon dont on vit ça, des difficultés de la tâche et aussi des joies que cela procure.

C'est vrai que du point de vue de l'animation, Millau est la compétition la plus exigeante. Le nombre de joueurs est phénoménal, l'attente autour de l’événement est exceptionnelle, c'est l'une des vitrines de la pétanque et on n'a pas droit à l'erreur. De huit heures du matin à trois, quatre, cinq heures, ça joue et il y a du monde dans les tribunes de huit heures du matin à cinq heures du matin. Et donc, par respect pour ces spectateurs, il faut animer vingt heures sur vingt-quatre : il faut donc être deux, et je peux te dire qu'on ne chôme pas, parce qu'il y aussi toutes les animations prévues chaque soir, le concours de tir, le défilé des nations, etc... Il faut les animer mais aussi les préparer. C'est beaucoup de travail.


Mais je suppose que comme nous tous, tu ressens aussi de belles émotions, que tu as des coups de cœur. Parle-moi de ça.

Bien sûr! Le dernier, c'était la victoire de Tyson Molinas cette année en tête-à-tête. Voir un minot de quinze ans arriver dans un concours de trois mille inscrits et battre tous les champions, c'était très fort. Dans les carrés de Millau, il y a une pression extraordinaire pour les joueurs (et pour nous aussi d'ailleurs), et sa façon de la balayer, sa facilité, son âge, ça créait une émotion particulière.

De toute façon, il y a toujours ça à Millau, des choses imprévues qui créent des émotions incroyables. Je me souviens d'un jeune Israélien qui avait économisé toute l'année pour pouvoir venir au parc de la Victoire, qui était là et qui n'osait pas participer au défilé des Nations. Il avait peur qu'on le siffle en raison de la politique israélienne, et j'ai dû insister et le rassurer pour qu'il accepte. Il l'a fait, personne ne l'a sifflé, tout le monde l'a applaudi et lorsqu'il est ressorti du carré d'honneur, il était heureux comme c'est pas possible. Le bonheur de ce jeune joueur, l'émotion qu'il nous a communiquée, c'est vraiment un des grands moments que j'ai pu vivre à Millau.

 


Tu aimes rappeler l'amitié et le respect que tu éprouves pour l'arbitre international Patrick Grignon. Celui-ci symbolise une forme, disons moderne, d'arbitrage : un arbitrage inspiré des sports collectifs, très interventionniste, avec une application très à la lettre du règlement. Tu penses que la pétanque doit aller vers ça, et renoncer à sa vieille tradition d'auto-arbitrage, où l'on ne fait appel à l'arbitre qu'en cas de désaccord ?

Oui, tout à fait. J'ai un profond respect pour les rugbymen, qui sont des armoires à glace et qui, lorsque l'arbitre intervient, acquiescent et repartent dans leur coin. Je trouve inadmissible, au niveau de sports comme la pétanque ou même le football, qu'on conteste un décision d'arbitrage. L'arbitre est un être humain, il peut se tromper, mais il fait partie du jeu : il faut faire avec. Quant au règlement, puisqu'il existe, il doit être appliqué : si on ne l'applique pas, on doit être sanctionné par l'arbitre. Pour moi, c'est le B. A. BA.

Du coup, j'ai du respect pour les arbitres qui interviennent, qui font appliquer le règlement, et qui ne reculent pas. Et Patrick Grignon est l'un de ceux-là.

L'arbitre doit intervenir, calmer les animosités de certains, faire appliquer le règlement. Si on a un cercle c'est pour mettre les pieds dedans : cet été, à Espalion, j'ai vu un mec qui tirait avec les deux pieds pratiquement à l'extérieur du cercle. L'arbitre est intervenu, le gars a dit : « Mais moi, je ne sais pas jouer autrement ! » Et bien, s'il ne sait pas jouer autrement, il n'a qu'à faire un autre sport. Ensuite, il a insulté l'arbitre : celui-ci lui a mis carton jaune, ce en quoi il s'est montré assez psychologue, car au bout d'un moment le joueur a mis les pieds dans le rond et a fini la partie comme ça.

Donc, la diplomatie, la psychologie sont nécessaires à un bon arbitre, mais le règlement doit être appliqué.

 


Tu connais bien toutes les stars du circuit, et tu as forcément des joueurs préférés. Ce sont lesquels ?

Il y a un joueur pour lequel j'ai vraiment un coup de cœur, c'est Bruno Le Boursicaud. Parce que c'est un excellent joueur, un petit peu à part dans ce monde de la pétanque, et aussi parce que sous ses aspects de râleur, c'est un garçon adorable, toujours disponible pour les enfants, pour les organisateurs, pour la fédération, et c'est un gars qui a un cœur énorme. Donc, j'aime beaucoup le joueur et l'homme.

Après il y a Henri Lacroix, avec qui j'ai eu la chance de jouer plusieurs fois dans les années quatre-vingt-dix, avant qu'il ne soit connu de tous. Ça a créé un rapport d'amitié qui dure toujours.

Enfin, il y a Dylan Rocher, qui est pour moi un exemple. Il a tout du sportif : il s'entretient physiquement, c'est un garçon qui est intelligent, charmant, disponible, humble, et puis qui est très fort. Ça en fait tout naturellement une icône de la pétanque.

 


Notre sport connaît un certain nombre d’évolutions depuis quelques années, et tu es bien placé pour les observer. Quel regard as-tu sur elles ?

J'ai cinquante ans, j'ai donc connu plusieurs générations de joueurs. Tout petit, je suivais mon père, qui était un très bon joueur, sur les terrains. A l'époque, des carrés d'honneur, des tribunes, il n'y en avait pas. On jouait à l'ancienne, avec la galerie autour, dans les montées, dans les descentes, avec des jeux tracés ou pas, sur l'herbe...

Derrière ça, on a mis des règles plus strictes, le règlement s'est affiné, et c'est devenu un sport. Tout est devenu différent, il n'y avait plus la même mentalité. Mais c'est devenu un vrai sport, avec des championnats continentaux, des championnats du monde, un public de plus en plus nombreux. Du coup, on ne peut plus avoir des galeries autour des champions car elles gênent les jeux voisins, et on fait jouer les grosses parties dans les carrés d'honneur pour que tout le monde puisse les voir.

Beaucoup d'évolutions donc, au niveau physique également : il faut être en forme pour enchaîner les grosses compétitions aujourd'hui, et un entretien physique est nécessaire.

Aujourd'hui, la Fédération internationale travaille d'arrache-pied pour que la pétanque rentre aux Jeux Olympiques. Mais si ça se fait un jour, il se peut par contre que ce soit en formule individuelle, en tête-à-tête ou en tir de précision.

 


Tu as animé beaucoup de concours, mais il y en quelques-uns où tu n'as encore jamais officié. Au micro de quelle compétition est-ce que tu aimerais être un jour ?

Le Mondial la Marseillaise. Parce que c'est une compétition à laquelle, même si elle est télévisée et extrêmement médiatisée, je pense qu'il y a énormément de choses à apporter. J'ai beaucoup d'idées à ce sujet : j'ai eu quelques contacts avec des dirigeants du concours qui n'ont pas eu de suite, parce que visiblement ils sont bien comme ils sont. Mais effectivement, j'aimerais beaucoup faire ça un jour.

 


 Entretien réalisé par Pierre Fieux "BOULEGAN"

Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
(1) 2 3 4 »
Auteur Conversation
mamasse
Posté le: 14/9/2015 8:54  Mis à jour: 14/9/2015 8:54
Co-Webmaster
Inscrit le: 5/7/2004
De: Pontault Combault 77 Seine et Marne Île de France
Envois: 102817
 Re: Laurent Causse, l'autre voix de la pétanque
Bon anniversaire Lolo!

51 ans ça vaut bien un Pastis
foucault
Posté le: 8/12/2014 9:59  Mis à jour: 8/12/2014 9:59
Bébé boulistenaute
Inscrit le: 1/2/2006
De: CHUSCLAN - 30 Gard - Languedoc-Roussillon
Envois: 106
 Re: Laurent Causse, l'autre voix de la pétanque
Merci beaucoup à Pierre de m'avoir fait confiance pour cette belle interview.
Merci également à toutes les personnes qui ont posté un commentaire car vous êtes tous des personnes que j'apprécie.
Au plaisir de vous voir...
jipom
Posté le: 8/11/2014 11:27  Mis à jour: 8/11/2014 11:27
CLUB des Supporters Boulistenaute.com
Inscrit le: 9/6/2005
De: Gaujac - 30 Gard - Languedoc-Roussillon
Envois: 1493
 Re: Laurent Causse, l'autre voix de la pétanque
La pétanque ne serait pas ce qu'elle est sans ces animateurs de très haut niveau.
Millau ne serait pas Millau sans Laurent et Marc.

Ils sont pro, à l'écoute, performants, intelligents !

N'en jetez plus.

Je suis personnellement très très heureux de travailler avec eux (j'ai du mal à les dissocier)
mamasse
Posté le: 3/11/2014 16:05  Mis à jour: 3/11/2014 16:05
Co-Webmaster
Inscrit le: 5/7/2004
De: Pontault Combault 77 Seine et Marne Île de France
Envois: 102817
 Re: Laurent Causse, l'autre voix de la pétanque
Un super mec ce Lolo et un super animateur.

Il a quand même un gros défaut, c'est que même quand je viens dans son village il ne m'invite pas à boire l'apéro!

Ca fait 2 fois Lolo, j'espère que la 3ème fois sera la bonne

Il est aussi cachotier

Un jour à Millau il me provoque en TàT.
Ce jour là, j'avais mal au bras droit à cause d'un nerf coincé.
Donc je lui dit ok mais on joue de la main gauche.
Le hic, c'est que cet enf.... m'avait caché qu'il était gaucher!

A bientôt mon poto.
FRANTZ660
Posté le: 3/11/2014 9:36  Mis à jour: 3/11/2014 9:36
CLUB des Supporters Boulistenaute.com
Inscrit le: 31/3/2005
De: RODEZ - 12 Aveyron - Midi-pyrénées
Envois: 988
 Re: Laurent Causse, l'autre voix de la pétanque
Les animateurs font partie intégrante des manifestations, il est bien de ne pas les oublier,surtout quand on dégage gentillesse et compétence.
Sacrée doublette sur la dernière photo!!
(1) 2 3 4 »
  
          298 utilisateur(s) en ligne plus...

  • Philippe SUCHAUD semi-pro !

    Entretien avec un grand champion qui revient avec nous sur sa semaine au Trophée l’Équipe, sur les Championnats du Monde à venir et sur sa carrière sportive.

  • Philippe Quintais « I’ll be back »

    Entretien avec Philippe Quintais suite à l'annonce de son retour en équipe de France. Il nous parle aussi de son nouveau Club "Oléron Pétanque Elite".

  • Romain Fournié : mon premier maillot !

    Rencontre avec un champion qui revient avec nous sur le formidable exploit réalisé il y a quelques semaines à Montauban, avec ses partenaires Ludovic Montoro...

  • Claudy Weibel, roi de carreaux

    Au terme d'une saison superbe qui l'a vu conquérir un titre mondial et de nouveaux Masters, le champion belge s'est confié à boulistenaute.com.

  • Thierry Bezandry, horizon France

    En France depuis 2008, la star de la pétanque malgache a imposé sur le circuit français, outre sa gentillesse et sa joie de vivre, son immense classe de tireur. Interview.

SUIVEZ-NOUS
Pétanque mobile Facebook pétanque Dailymotion Vidéo pétanque Google+ pétanque Twitter pétanque YouTube Vidéo Pétanque Instagram pétanque Pinterest Pétanque Flux rss pétanque
Créer votre site Internet petanque
FORUM BLOGPETANQUE.COM
Entraide, trucs et astuces !