Publicité

L'entretien du mois : Jean-Luc Robert, le lieutenant du roi

Posté par BOULEGAN le 4/5/2014 7:00:00 (83878 lectures) Articles du même auteur

Personnage haut en couleur longtemps indissociable du Roi Quintais, le Drômois adopté par Limoges n'a rien perdu de sa faconde et de son franc-parler. Pour Boulistenaute.com, il a partagé ses souvenirs et sa vision du jeu.


Jean-Luc Robert, le lieutenant du Roi

 


Boulistenaute {shiltonlim}


Il a été longtemps indissociable du Roi Quintais, qu'il a accompagné sur le circuit national tout au long des années quatre-vingt-dix. Champion flamboyant et parfois sous-estimé, personnage haut en couleur et mine d'anecdotes, le Drômois adopté par Limoges n'a rien perdu de sa faconde et de son franc-parler. Pour Boulistenaute.com, il a partagé, le temps d'un interview, ses souvenirs et sa vision du jeu.


Tu viens de refaire parler de toi puisque tu as gagné ce mois-ci, avec Eric Dasnias et Eric Boudrie, le championnat de la ligue du Centre. Quand on a un palmarès comme le tien, ça fait encore plaisir, un petit titre comme celui-là ?

Ah, oui ! Je te jure que oui, et pour plusieurs raisons. D'abord, l'année dernière, je n'avais gagné aucun championnat : c'était la première fois depuis 1981 que je ne participais à aucun championnat de France, donc ça me fait plaisir d'y retourner cette année. Ensuite, c'était l'objectif de mon patron, Eric Boudrie, et on espérait l'atteindre en gagnant dans le Loir-et-Cher. Mais gagner une Ligue comme celle du Centre, qui commence à être bien relevée, c'est encore mieux. Enfin, on ne peut pas dire que j'ai été traîné par des bombardiers, tu vois, parce que là, même si je suis associé à Eric Dasnias qui est très fort, je joue milieu : ça a donc une saveur particulière...

 


Tu vas retrouver à Brive un champion de France en titre, Philippe Quintais, dont tu as été longtemps le partenaire. Je suppose que cette collaboration t'a procuré des sensations et des souvenirs uniques. Parle-moi de ces années que tu as partagées avec celui qu'on appelait à l'époque l'Extra-terrestre...

Moi, j'ai toujours dit à qui voulait l'entendre (et ça m'a fait disputer avec pas mal de gens qui voulaient le comparer à d'autres) que ce que je lui ai vu faire pendant des années, je ne l'ai vu faire à personne d'autre. D'abord, c'est un mec incomparable, parce qu'il sait tout faire : il sait tirer de rafle, il sait pointer dans les jeux lisses, il sait pointer en demi-donnée. S'il faut envoyer les boules au ciel, il va les envoyer au ciel. Quand il a été champion du monde aux Canaries avec Fazzino, Choupay, Briand, en finale, c'est lui qui a pris le point parce que personne n'arrivait à mettre une boule dans le bouchon, et il a quasiment gagné avec ses deux boules.

Moi, je lui ai vu faire des trucs qui ne sont pas imaginables : qu'il fasse quarante degrés, qu'il pleuve, qu'il neige, qu'il fasse moins deux, moins trois, c'est un type qui ne manquait pas de boules, à n'importe quelle distance. Déjà, à l'époque, ça m'impressionnait, mais avec le recul, ça me paraît presque surnaturel, qu'il ait pu faire autant de choses.

C'est vrai qu'on l'appelait l'Extra-terrestre, mais c'était ça. D'ailleurs, ce n'est pas tellement compliqué de s'en rendre compte : il n'y a qu'à regarder son palmarès. Il s'est arrêté à douze titres de champion du monde parce qu'il l'a décidé, sinon il en aurait dix-sept ou dix-huit, les Marseillaises, il en a je ne sais pas combien, Millau, je crois qu'il en a gagné quinze ou seize... On lui reprochait de ne pas être champion de France en triplettes, d'un seul coup , il en a gagné quatre en cinq ans... Voilà, pour moi, il n'y a pas d'équivalent.

Et puis, il avait une rage de gagner incroyable, une façon de ne jamais lever le pied. A l'époque, s'il nous arrivait de partager (c'était interdit, aujourd'hui c'est obligatoire, mais bon, ça arrivait), on aurait pu lâcher un peu en demi-finale, mais non, il fallait toujours gagner, toujours être à fond, toujours ajouter une ligne au palmarès.

 


En revanche, vous n'avez été associés qu'une seule fois en équipe de France. C'est un regret, ça, pour toi ?

Oui, c'est même le plus grand regret de ma carrière. La seule fois qu'on y est allés, on a perdu en demi-finale. Le vrai regret, c'est qu'au milieu des années quatre-vingt-dix, on gagnait quasiment tous les nationaux avec Morillon et Philippe, et on n'a jamais été sélectionnés tous les trois. En plus, on n'a jamais pu faire les championnats de France ensemble, à part une année, parce que les mutations ne pouvaient pas se faire aussi facilement qu'aujourd'hui : je pense que si ça avait été possible, on n'aurait pas gagné tous les ans, attention ! Mais si on avait joué quatre ou cinq ans, on en aurait bien fini par en gagner un : je jouais avec les deux plus forts (à part peut-être Christian Fazzino) qu'il y avait à l'époque.

Laurent Morillon jouait d'égal à égal avec Philippe Quintais : il tirait devant et il ne manquait jamais, et Philippe, lui, il finissait le boulot. Je pense qu'on avait un jeu qui était plaisant à voir : on tirait de partout. Le gars pointait, la boule roulait encore que Laurent était déjà dans le rond pour la tirer! Même la Dream team, qui restera certainement comme la meilleure équipe de tous les temps, ne faisait pas un jeu aussi offensif, alors qu'elle aurait eu les moyens de le faire.

Oui, ça aurait été bien de faire un championnat du Monde ensemble. Mais voilà, c'est comme ça...

 


Tu as connu des moments extraordinaires, mais tu as également pâti de cette association, car il y avait toujours une ou deux mauvaises langues pour dire que tu gagnais grâce à Quintais. Comment on le vit, ça?

Une ou deux, tu es gentil : il y en avait plus que ça. En fait, c'était simple : quand on gagnait, c'était grâce à Philippe, et quand on perdait, c'était de ma faute. Après, je te dirai que c'est quelque chose que j'ai compris, et que j'ai accepté, très vite : voilà pourquoi notre association a duré aussi longtemps. Je pense que Philippe aurait eu des difficultés à jouer avec un mec qui aurait eu un gros ego, car il n'aurait pas supporté les comparaisons. Cà s'est produit d'ailleurs, et ça n'a pas duré.

 


Mais il y eu quand même un jour où les mauvaises langues se sont tues : c'est lorsque tu as remporté le Mondial de Millau tête-à-tête. Cette victoire, elle avait un goût de revanche, pour toi ?

Oui et non. Moi, j'aime bien la victoire en équipe : quand nous avons gagné la Coupe de France des clubs à six ou sept, avec les remplaçants, les supporters, c'était extraordinaire. Maintenant, Millau, au niveau personnel, c'est vrai que c'est un grand souvenir : au départ, gagner ça, pour moi, c'était inespéré. Bon, cette année-là, on était champions de France, on avait gagné Montpellier, Les Arcs, j'étais très très bien, et je me rappelle avoir dit à ma femme en allant à Millau : « Cette année, je vais m'appliquer et si je perds, c'est que le gars aura bien joué. » Parce que moi, en tête-à-tête, je suis capable de tout balancer si j'ai un coup de bouchon ou un mauvais contre, mais là, j'étais motivé. Mais quand même, gagner en attrapant Radnic, Le Dantec, Richard et, cerise sur le gâteau, Weibel en finale, c'était inattendu.

D'ailleurs, et c'est là que tu as raison pour cette histoire de revanche... Je voyais mal comment j'allais faire pour gagner cette finale. Ça s'est bien passé, j'ai joué comme j'ai pu, j'ai tapé quelques boules et notamment une difficile pour gagner et je me suis retrouvé vainqueur. J'avais déjà préparé dans ma tête ce que j'allais dire au micro de Marc Alexandre, mais c'était le discours du perdant : « J'ai fait un beau parcours, mais Weibel était trop fort pour moi. » Du coup, en ayant gagné, j'ai été pris de court, j'ai dit : « Je suis très content... » et d'un coup, il m'est passé un truc par la tête, et j'ai ajouté : « Et maintenant, les gens qui critiquent sans arrêt et qui disent que je gagne parce que je joue avec Philippe Quintais, ou ils vont devoir changer de discours, ou ils vont vraiment passer pour des cons. »

 


J'ai un autre souvenir qui me revient : la finale du Mondial la Marseillaise 1997, disputée contre Bruno Castellan, avec un Quintais extraordinaire. Un autre grand souvenir ?

Ah, oui ! Oui, oui, oui. C'est bien simple, à part la dernière mène qu'on a vue à la télé, où il fait deux carreaux qui bougent un petit peu, il n'a fait que des carreaux en place. Il avait voulu changer de boules entre la demi et la finale, où il avait déjà très bien tiré, et ça m'inquiétait un peu. Il a pris ses Leader en disant : « Elles ont été championnes du monde, il n'y a pas de raison qu'elles ne gagnent pas la Marseillaise ! » Et voilà...


Et une partie au finish, dans une ambiance de folie...

Oui, on avait attaqué fort, il avait fait un carreau pour quatre à onze mètres, ensuite un carreau pour cinq à douze mètres, on est parti 11 à 2. Et puis d'un coup, on a une mène de gagne, le pointeur de Castellan tire le but de rafle dans les cailloux et il le sort ! On reste donc 11-2, et deux mènes après, on est 11-11 ! Alors, forcément, après, il y a beaucoup beaucoup d'ambiance : 11-11 contre des Marseillais à la Marseillaise, c'était chaud dans les tribunes. Mais Philippe a été monstrueux : à la fin de la finale, sur le terrain, il y avait le pauvre Pétou, Eric Bartoli, quelques autres, et ce que j'ai vu dans leurs yeux à tous, c'était : « On vient de voir un extra-terrestre ! » Et c'était vrai : j'ai vu parfois des joueurs tirer comme ça, mais jamais en finale de la Marseillaise.

 


Tu as été un grand champion, mais aussi, avec Eric Bartoli ou Marco Foyot, un des joueurs à grosse présence du circuit. Dans la jeune génération, as-tu l'impression qu'il y a d'aussi grosses personnalités et lesquelles ?

Franchement... Je vois des jeunes qui sont très très doués, mais au niveau du charisme, je n'en vois pas qui se détachent. Après, tu as Dylan Rocher qui te fait rêver parce qu'il fait des carreaux de partout, mais c'est un garçon très discret, qui ne parle pas beaucoup, qui ne fait pas des envolées lyriques comme on voyait à l'époque.

Mais c'est normal : ça s'est un peu aseptisé, la pétanque, aujourd'hui. A l'époque de Macari, Bonfort, Marco, Marigot, c'était tout un spectacle et ça ne les empêchait d'ailleurs pas de très très très bien jouer. Mais c'est passé de mode et maintenant, la moindre parole peut être perçue de travers, et l'ambiance étant quand même un peu moins bonne qu'à l'époque, chacun préfère jouer en silence. Je ne sais pas si c'est bien : ce que je vois, c'est qu'on perd pas mal de licences chaque année.

 


Le public aime les joueurs charismatiques et à l'époque, les matchs Robert/Foyot étaient toujours très suivis. Un des derniers a eu lieu à Marseille en 2005, en demi-finale du championnat de France et c'est, je pense, le souvenir d'une déception : avec Amri et Concedieu, vous meniez largement...

Oui... C'est vrai en partie, parce que ça nous aurait qualifiés pour les championnats de France suivants, qui se déroulaient chez moi, à Limoges. Mais on était déjà contents d'être arrivés jusque-là : Sebti, qui est un tireur hors-pair, n'était pas très bien pendant ce championnat, et on avait un peu ramé. On avait surtout gagné parce qu'on avait très bien pointé, Hervé et moi : lui, on le connaît un peu moins, mais c'était un drôle de phénomène. Mais là, on est tombé sur un grand grand Pascal Miléi : à 11-3, j'ai envoyé le bouchon à dix mètres et j'en ai fait un à cinq centimètres, il est parti au rond, il me l'a arrêtée en place. Ensuite, on s'est mis à bricoler, et on a perdu.

Alors oui, ça reste une déception, parce que j'aurais fait une belle finale contre Christian Fazzino, mais pas un regret comme la demi-finale du championnat du Monde, où le fait de n'avoir jamais été sélectionné avec Quintais et Morillon. On avait une équipe pas mal, avec Sebti et Hervé, on avait bien joué, mais c'est vrai qu'on n'avait pas pris les grosses grosses têtes de série et c'était plutôt un bon résultat.

 


Tu fais partie d'une génération qui a connu les grands joueurs du passé, puisque tu as joué avec Albert Pisapia, René Luchesi...

Ah, oui... Là, il y aurait quelque chose à dire. Luchesi ! Injouable. Injouable, mais avec lui, tu te forgeais le caractère ! Pisapia, j'ai fait trois Marseillaises avec lui, comme tireur : à chaque partie, il y avait un monde fou. Pisapia, à Marseille, c'était un monstre, une légende.

Une fois, on jouait en huitièmes contre Rachid, Hamid et Manzon, le bouchon est parti et a été arrêté par un spectateur : on avait presque gagné, mais Albert l'a ramassé et l'a donné à Hamid en disant : « Il est annulé, les petits. » On a perdu ensuite 13-12, mais sans aucun regret. Il avait fait ce qu'il fallait faire.

 


Tu as donc connu ces joueurs-là, tu as bâti ton palmarès aux côtés de gens comme Quintais, Morillon ou Lozano et tu joues toujours sur le circuit des nationaux, alors qu'une nouvelle relève est en train de prendre le pouvoir : quel regard as-tu sur l'évolution du jeu, et des joueurs ?

Je te l'ai dit tout à l'heure : le jeu s'est aseptisé. A Marseille, on jouait dans les allées avec des gens dans les arbres, du monde partout, une galerie qui était très près des joueurs, c'était des sensations incroyables. Maintenant, on joue systématiquement dans des carrés d'honneur, ça éloigne un peu le public.

Bon, il y a eu des excès, c'est vrai. Parfois, tu faisais six carreaux, et puis une boule revenait mystérieusement dans le jeu et tu n'en avais plus que deux. Ça, c'est fini, mais les sensations, l'adrénaline que tu avais au milieu de ces galeries, c'est fini aussi.

Il y a moins de gouaille : à l'époque, les gens arrivaient à se parler, même à se chambrer ou à faire un peu de bruit, mais sans méchanceté. Maintenant, tu ne peux plus te permettre ça, il y a tout de suite de l'agressivité. A l'époque, il y avait souvent ces joutes verbales qui égayaient un peu le jeu, qui faisaient rire la galerie : c'est fini, à part le grand Marco (Foyot, NDLR) qui continue un peu à perpétuer ça, mais c'est le seul. C'est un peu dommage, on devrait pouvoir se dire des trucs sans être méchant, mais c'est de moins en moins le cas.

 

 

Entretien réalisé par Pierre Fieux "BOULEGAN"

Note: 10.00 (1 vote) - Noter cet article -



Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
« 1 (2) 3 4 5 ... 9 »
Auteur Conversation
valentin
Posté le: 21/5/2014 16:11  Mis à jour: 21/5/2014 16:11
Boulistenaute en progrès
Inscrit le: 15/10/2004
De: SALON DE PROVENCE 13 Bouches du Rhône PACA
Envois: 269
 Re: Jean-Luc Robert, le lieutenant du roi
Salut Jean-Luc,
je ne m'exprime pas souvent sur le site mais là, entre pointeur, je me permet d'écrire ces quelques lignes.
Et en écrivant, l'un de mes plus gros regret de ma carrière bouliste (pas terminée j'espère...) sera cette demi finale perdue à MILLAU en tête à tête contre C WEIBEL l'année où tu l'as gagné! (et perdu à 12!!!!!) Bref, cela aurait été un plaisir de faire cette finale entre pointeur (quoi que nous savons tirés quelques boules quand même...)même si le résultat aurait peut être été le même...(on ne sera jamais)

Et enfin, et ça je suis sur que tu as les mêmes sentiments sur les pointeurs de la "nouvelle génération" actuelle (parties que l'on peut voir à la tv), franchement, on aurait il me semble encore largement notre place (et sans prétention aucune!) mais rien à leur envier. De plus, il me semble que l'ambiance passée était bien meilleur que maitenant (de ce que je peux entendre de ci et de là...)

A très bientôt sur les terrains (je crois que Brive fait parti de notre prochaine rencontre, tout comme Christophe Hureau, Juju Lamour, Damien... bref, tous les vieux lions ne meurent jamais ...) et au plaisir de se revoir.

Valentin
Anonyme
Posté le: 21/5/2014 14:42  Mis à jour: 21/5/2014 14:42
 Re: Jean-Luc Robert, le lieutenant du roi
Bjr,

Merci FEDALIEN. Bon souvenir que ces 30 heures de CASABLANCA, malgré la chaleur horrible au mois de juillet là bas...

Et oui ma gazelle on est trop vieux pour changer maintenant Et puis tu sais quand je dis que tous ces commentaires me font plaisir, c'est la vérité!!! Alors je peux bien prendre quelques minutes pour remercier les auteurs

En parlant de ça j'ai oublié mon pote schumi ( Comment veux tu Ranya que je sois en bon terme avec la fédé... mdrrrrr )Et pourtant non seulement son commentaire est élogieux, mais en plus il fait parti de mon fan club plus que réduit depuis très longtemps!!! Maintenant c pouick qui s'occupe de l'animation Plaisir partagé mon pote. A bientôt.

Merci Boulayrols. On en a parlé l'année dernière de refaire un concours tous les trois, mais les emplois du temps des deux monstres sont chargés... Mais quel plaisir ce serait!!!!!!!!!

A+
boulayrols
Posté le: 9/5/2014 16:20  Mis à jour: 9/5/2014 16:20
CLUB des Supporters Boulistenaute.com
Inscrit le: 15/6/2003
De: SOULAYROLS ; Aveyron(12) Midi-Pyrénées
Envois: 179
 Re: Jean-Luc Robert, le lieutenant du roi
A quand une reformation de la 1° dream team des années 90 ?
Pour info ce jeudi lieutenant Morillon perd en 1/2 finale du TàT Aveyron ... toujours la même élégance et la même efficacité dans le jeu !
Commandant Quintais & Lieutenant Robert perdent en quart du championnat doublette ligue CENTRE.
C'est quand même beau de durer aussi longtemps individuellement ou accompagné !
Bravo à eux et à leurs vainqueurs respectifs.
------------

C'est en forgeant qu'on devient forgeron...
Anonyme
Posté le: 7/5/2014 13:02  Mis à jour: 7/5/2014 13:02
 Re: Jean-Luc Robert, le lieutenant du roi
Bjr,

Il est unique ce joueur de très haut niveau il prend le temps de répondre et remercier tout le monde, ça c'est la modestie et le cœur qui parle. Vous inquiétez pas il a pas l'intention de changer il a tjrs été comme ça et c'est tant mieux pour notre sport de voir un joueur comme lui évoluer sur un terrain et aussi l'après terrain. On a payé notre franc parlé mais on a jamais changé pas comme certains ou certaines pour se faire mousser. On reste et on restera comme ça n'en déplaise aux gens. J'espère qu'on se verra bientôt. biz
FEDALIEN
Posté le: 6/5/2014 13:26  Mis à jour: 6/5/2014 13:26
CLUB des Supporters Boulistenaute.com
Inscrit le: 18/3/2004
De: Mohammédia MAROC
Envois: 320
 Re: Jean-Luc Robert, le lieutenant du roi
Bel entretien de ce grand champion qui a côtoyé et joué avec les légendes de la petite sphère.
Avoir comme partenaires le Roi Quintais, Morillon, Luchesi, ou Pisapia veut dire tout simplement qu’on est aussi grand.
Je me rappelle de sa participation au 30 Heures du BSM en 1988 à Casablanca, sous les couleurs d’Avignon ; il joua avec l’ancien Casablancais Ferreol et Moraldo. Y participais aussi lors de cette édition de 1988, Lyon avec André Lozano (Casablancais aussi) ; et Bordeaux avec notre ami Christian Lagarde.
@++Nour
------------

Je souhaite à tous d'atteindre par la pétanque ce qui est si difficile à atteindre dans la vie : le bonheur, l'amitié, la liberté et la beauté.
« 1 (2) 3 4 5 ... 9 »
  
          212 utilisateur(s) en ligne plus...

DANS LA BOUTIQUE

SUIVEZ-NOUS
Pétanque mobile Facebook pétanque Dailymotion Vidéo pétanque Google+ pétanque Twitter pétanque YouTube Vidéo Pétanque Instagram pétanque Pinterest Pétanque Flux rss pétanque

Créer votre site Internet petanque
FORUM BLOGPETANQUE.COM
Entraide, trucs et astuces !