Inscrivez-vous maintenant !

L'entretien du mois : L'entretien du mois : Jean-Pierre Mas, au nom du père

Posté par BOULEGAN le 3/8/2011 9:20:00 (16082 lectures) Articles du même auteur

L'entretien du mois

Jean-Pierre Mas, au nom du père

 

 
Précis, rigoureux et passionné, grand amoureux de la pétanque, l'assureur de Bagnols-sur-Cèze a succédé à son père à la tête de l'organisation du Mondial de Millau. Un évènement planétaire qu'il entend bien, comme ses trois autres co-présidents, voir rester fidèle aux fondamentaux qui ont fait son succès. A quelques jours du lancement de la prochaine édition du plus beau concours du monde,  le fils du grand Damien Mas, joueur et organisateur de haut niveau, revient pour nous sur trente ans de fête et de belle pétanque au coeur du Parc de la Victoire.
 
 
Le trentième Mondial de Millau commence la semaine prochaine. Un mot tout d'abord sur cette nouvelle édition. Comment est-ce que ça se présente ?
Pas trop mal. Nous avons réussi à boucler notre budget prévisionnel : cette année nous avions un peu peur...

 



...parce que tout est à présent plus compliqué, à cause de nos problèmes de buvette, à cause aussi de la crise, qui fragilise nos partenaires. Mais nous n'avons pas fait de folies, et çà devrait passer.

Quelques nouveautés ?

Nous avions prévu de reconduire le match de jeu lyonnais de l'an passé avec une rencontre France-Italie ou France-Croatie, mais ce sont eux qui ont manqué de budget. Il y aura ce soir-là, à la place, une petite fête pour les trente ans du Mondial, où nous mettrons à l'honneur des personnalités qui ont marqué l'histoire du concours.

Une des nouveautés viendra de vous, par contre, puisque vous avez prévu de commenter tous les jours, à travers votre WebTV, l'actualité et les parties du Mondial, et d'en filmer un certain nombre.

Une autre initiative menée avec Boulistenaute a été la sélection des seize enfants qui vont participer, chacun en compagnie d'un champion et d'un partenaire, au Trophée Eiffage-Ilona : ce concours est aussi disputé que les autres compétitions du Mondial, et je pense que les gamins vont en garder un super souvenir.

 

Tu as vu naître cette compétition, créée par ton père Damien. Comment tout ça a-t-il commencé ?

A l'époque, j'avais vingt ans, et je jouais déjà à un niveau convenable. Avec mon ami de Valence d'Agen Alain Legall, qui avait été champion de France junior, nous allions faire pas mal de nationaux. Mon préféré, c'était les Trois jours de Saint Pierre : au début des années 1980, il fallait absolument y être. Pour moi, c'était le must. Un jour, en revenant de Toulouse, j'ai dit à mon père : « Il faut faire la même chose à Millau. » Lui-même y pensait depuis longtemps, et il l'a fait.

 

Et tu as disputé la finale de la première édition, en 1982...

C'est vrai, avec Alain nous avons perdu en finale de la première édition, en battant au passage Denis Salvador et Passo, qui étaient invaincus depuis sept nationaux. C'est un grand souvenir.

 

Millau a rencontré le succès tout de suite?

Oui. Mais nous y avions mis les moyens : c'était dès le début le concours le plus doté de France, avec un national doublettes et un gros concours B. Il y a eu 262 doublettes la première année, ensuite il n'a plus cessé de grossir.

 

On connaît la suite... Qu'est qui a fait ce succès exceptionnel, qu'est-ce que Damien avait de plus que les autres ?

C'était d'abord un visionnaire, qui a vu le potentiel de ce qu'il créait. Il est travailleur, a un grand sens des rapports humains, sait s'entourer. Il a su également faire face aux critiques, affronter les vents défavorables. A chaque fois que le Mondial a été menacé, ou critiqué, il a tenu le choc : c'est un homme solide et tenace.

 

Qu'est-ce que Millau a changé dans la pétanque aveyronnaise ? Est-ce que ça a suscité des vocations, l'éclosion de champions ?

Au niveau des joueurs, je ne crois pas. Il y avait de bons joueurs aveyronnais à l'époque, il y en a toujours, mais Millau n'a rien changé, je pense. Par contre, nous avons certainement joué un rôle sur le maintien du niveau des licences, ainsi que sur l'éclosion de nouveaux concours. Je pense à Naucelle, Rodez, Villefranche de Rouergue, et bien sûr Espalion.

 

Depuis le retrait de Damien, le Mondial est dirigé par quatre co-présidents. Un mot sur les trois autres membres de cette quadrette ?

C'est un bon terme, puisque nous sommes tous les quatre des joueurs de boules. Claude Lacan a joué lorsqu'il était plus jeune, et Bernard Rouquayrol, Claude Bonneviale et moi-même avons été plusieurs fois chacun champions de l'Aveyron. Je crois que ça nous donne une légitimité, et que ça nous permet de comprendre les attentes des autres joueurs de boules.

 

 

Lorsqu'on vient à Millau, on a précisément cette sensation, l'impression qu'ici, on aime les joueurs. C'est dû à ça, au fait que vous vous sentez compétiteurs vous-mêmes ?

Bien sûr, mais il y a autre chose. Millau est une ville d'accueil, et on est dans ce sillage-là. Il y a plusieurs centaines de bénévoles qui font vivre le Mondial, et nous avons tous le respect de l'humain, même si ce n'est pas toujours facile avec le rythme imposé par les compétitions.

 

 

Tu as souvent pris, sur boulistenaute ou ailleurs, des positions assez tranchées sur le projet de créer des têtes de séries dans les nationaux. C'est vraiment important, cette notion d'égalité devant le tirage au sort ?

C'est la chose la plus importante : pour nous c'est capital. A Millau, lors des premières parties, on fait jouer le plus de gens possible dans les carrés d'honneur, et en même temps il y a de gros chocs dans le Parc ou ailleurs. Bien sûr, plus la soirée avance, plus c'est compliqué, mais grâce au carré d'honneur bis, on arrive encore à donner des jeux à des équipes pas forcément favorites.

Ce projet de création de têtes de séries, c'est une connerie, c'est vraiment lamentable. S'il voit le jour, cela va casser le charme de la pétanque telle qu'elle est aujourd'hui. Tu sais, c'est un bonheur pour beaucoup de petits joueurs de tomber dans les premiers tours contre leurs idoles.

D'ailleurs, si ce projet est adopté et qu'on nous oblige à le mettre en place, nous n'obéirons pas. C'est sûr et certain. Si c'est ça ou arrêter le Mondial de Millau, nous préférerons arrêter.

 

On oppose souvent Millau et la Marseillaise. Est-ce que cela a un sens selon toi ?

Aucun sens. Ce sont deux événements majeurs et incontournables. La Marseillaise est unique, avec une affluence énorme, une organisation exceptionnelle, un impact télévisuel que nous n'avons pas.

Millau est unique aussi, avec la possibilité pour les joueurs d'enchaîner plusieurs concours chaque jour, un public présent quasiment vingt-quatre heures sur vingt-quatre.

Si l'un de ces deux concours devait disparaître, la pétanque serait bien triste. Il ne faut pas qu'on nous oppose : les deux sont là et c'est très bien.

 

 

Quand tu repense à ces vingt-neuf éditions du Mondial de Millau, quel est le plus grand souvenir qui te revient ?

Il ne m'en vient pas un, mais trois ou quatre.

Comme joueur, ma finale de 1982, bien sûr.

Comme organisateur, je pense d'abord à l'hommage rendu à Roger Capeau, un an avant sa mort. Passo est venu lui apporter le maillot de champion de France qu'il n'avait jamais pu conquérir. Je me rappelle combien il était heureux ce jour-là, l'énorme émotion qu'il y avait dans le public : tout le monde pleurait.

L'autre grand souvenir, c'est l'élection du joueur du siècle, en 2001. Les enfants de Fazzino étaient venus le rejoindre, Quintais et Foyot le portaient en triomphe, c'était inoubliable.

Le dernier souvenir, quand Damien a tiré sa révérence, c'est le tour d'honneur qu'il a fait 2006 en compagnie de Camille et Léo, ses petits-enfants, sous les applaudissements du public debout. C'était encore une grande émotion.

 

Damiens Mas
 

Sinon, la plus belle partie dont je me rappelle, c'était la finale du doublette de 1987, entre Foyot-Gally et Coulomb-Carzoli. C'était une partie extraordinaire, avec des coups de bouchon, de la joie, des échanges verbaux extraordinaires entre Dédé Gally et Yves Carzoli : elle avait enchanté le Parc.

 

Tu es, avec ton épouse Sophie, à l'origine et au coeur de l'assocation Ilona, qui vient en aide à des enfants malades ou défavorisés, dont un des parents est licencié FFPJP. L'association continue à bien travailler ?

Oui, nous en sommes, au bout de quatre ans, à trente-six enfants secourus, avec des aides qui se sont échelonnées entre 500 et 6000 euros. Il y a encore à faire, malheureusement, et la solidarité du monde bouliste sera encore nécessaire à Ilona pour les années qui viennent. Heureusement, elle n'est pas un vain mot. 

 

 

Entretien réalisé par Pierre Fieux "BOULEGAN"

Format imprimable
Envoyer cet article à un ami
Créer un fichier PDF à partir de cet article

  
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
(1) 2 »
Auteur Conversation
mamasse
Posté le: 22/8/2011 18:22  Mis à jour: 22/8/2011 18:28
Co-Webmaster
Inscrit le: 5/7/2004
De: Pontault Combault 77 Seine et Marne Île de France
Envois: 96220
En ligne !
 Re: L'entretien du mois : Jean-Pierre Mas, au nom du...
Un grand bonhomme qui a du coeur.

Un joueur de talent, un super organisateur, et un des pilliers avec sa femme Sophie de l'association ILONA.

Merci pour tout JP.

PORTRAIT N°54 MAS Jean Pierre "jipom"
http://www.boulistenaute.com/actualite-portrait-54-mas-jean-pierre-jipom-4928
jeanpaul24
Posté le: 5/8/2011 14:10  Mis à jour: 5/8/2011 14:10
Boulistenaute accro !
Inscrit le: 30/1/2005
De: Bergerac 24100
Envois: 559
 Re: L'entretien du mois : Jean-Pierre Mas, au nom du...
Cet article est magnifique et le travail que fond ces bénévoles pour cette manifestation est vraiment stupéfiant.
Rigphil
Posté le: 3/8/2011 18:11  Mis à jour: 3/8/2011 18:11
Bébé boulistenaute
Inscrit le: 30/6/2004
De: Grenade/Garonne - 31 Haute Garonne - Midi-Pyrénées
Envois: 61
 Re: L'entretien du mois : Jean-Pierre Mas, au nom du...
Ce genre d'évènement me fait remonter 25 ans en arrière avec les nationaux qui fleurissaient dans la région. Je citerai pêle-mêle : Saint-Pierre, Montauban, Castelsarrasin, Saint-Juéry, etc......
Le national de Millau nous fait revivre cette ambiance autour des plus grands champions de la discipline et dans un climat très sympa...
Merci Messieurs de perpétuer cela et en espérant que cela dure mais là, je crains que ça soit un voeux pieu
jmgaucher
Posté le: 2/8/2011 22:04  Mis à jour: 2/8/2011 22:04
CLUB des Supporters Boulistenaute.com
Inscrit le: 9/11/2005
De: 30- Gard - Languedoc-Roussillon - ST HIPPOLYTE DE CATON
Envois: 1686
 Re: L'entretien du mois : Jean-Pierre Mas, au nom du...
le Rêve devenu réalité quand je pénêtre dans le parc de la Victoire, grace à Damien MAS et sa formidable relève et ses très nombreux bénévoles!.
------------

PORTRAIT N° 511 ROURE Jean Marc "jmgaucher"
http://www.boulistenaute.com/actualite-portrait-511-roure-jean-marc-jmgaucher-10948



frappé:gagné ! manqué:perdu !
auv63
Posté le: 2/8/2011 18:50  Mis à jour: 2/8/2011 18:50
CLUB des Supporters Boulistenaute.com
Inscrit le: 26/2/2009
De: Thiers -63- Puy de Dôme- Auvergne
Envois: 714
 Re: L'entretien du mois : Jean-Pierre Mas, au nom du...
Félicitations a la famille Mas ainsi qu'a tout les organisateurs , Millau est le plus grand concours du monde en passant par la marseillaise , c'est avec des hommes et des femmes dotés de grands talents que notre sport avance , la seule chose que je voudrais voir maintenant c'est le fairplay entre les joueurs , retrouver la convivialité le sourire dans les parties
Amitiés bouliste
GD
------------

La pétanque est un très beau sport quand il est pratiqué avec des gens sérieux respectueux
PORTRAIT DE MON FILS :
N° 635 : William DAUPHANT "will63"
http://www.boulistenaute.com/actualite-portrait-635-dauphant-william-will63-13549
https://www.facebook.com/#!/pages/P%C3%A9tanque-du-Pav%C3%A9-Thiers/520861931289570
(1) 2 »
          229 utilisateur(s) en ligne plus...

  • Didier Le Masson, liberté, égalité, fraternité

    Mascotte de l'équipe boulistenaute et jeune retraité, le grand Mamasse profite de cette liberté pour aller à la rencontre, sur tous les terrains de France, de ses milliers d'amis.

  • Jean-Luc Robert, le lieutenant du roi

    Personnage haut en couleur longtemps indissociable du Roi Quint...

  • Stéphane Robineau, cap au Sud

    Entretien avec un champion qui est devenu sans faire de bruit, au fil d'un début de carrière constellé de grandes victoires, un des joueurs majeurs de la dernière décennie.

  • Damien Hureau, l'as de carreau

    A trente-six ans, l'Angevin est toujours l'un des meilleurs tireurs du monde. Après une saison 2013 étincelante, il est revenu avec boulistenaute.com sur son actualité récente et sur ses ...

  • Marco Foyot, le rêve américain

    A soixante ans passés, le môme de Meaux continue, année après année, à tisser sa légende. En automne dernier, celle-ci a emprunté les routes mythiques du pays de l&...

Créer votre site Internet petanque
FORUM BLOGPETANQUE.COM
Entraide, trucs et astuces !