Publicité

Ile-de-France : Disparition de Robert "Kiki" Logerot, ancien président du C.S.Meaux.

Posté par yves le 2/10/2011 14:20:00 (3494 lectures) Articles du même auteur

Disparition de Robert "Kiki" Logerot,
une page d'histoire se tourne au C.S.Meaux.
 
 
Ce 29 septembre avaient lieu les obsèques de Robert Logerot, plus connu sous le sobriquet de "Kiki", ancien président du Club Sportif de Meaux, section pétanque. 
 
 
 
Le président Robert "Kiki" Logerot, au centre,
entouré de Lucienne et Marcel Roger, à droite, Yves Clément et Jean Claude Cholley, à gauche.
 

     Né en 1920, il disparait ainsi dans sa 92° année, après s'être retiré dans la paisible maison de retraite d'Orgemont. Fils du chef de Gare, il avait fait toute sa carrière professionnelle à la Direction Départementale de l'Equipement et était entré dans le milieu sportif par le football qu'il avait servi comme joueur et comme dirigeant.

A pétanque ...


  ... son principal fait d'armes aura été de maintenir l'activité du C.S.Meaux dans le parc des trinitaires, à la toute fin des années 1980, alors que ce dernier se voyait amputé, suite à la construction du parking de la gare, de son local et de son terrain. Les effectifs chutaient de plus d'une centaine à seulement 36 (en une seule inter-saison !) et son bureau se réduisait à 5 bénévoles désarmés.

Après quelques années à vivoter dans des baraques de chantiers et à multiplier les rendez vous avec les élus locaux, et bien qu'injustement critiqué par les joueurs, il réussissait l'intégration de son club dans ce nouvel espace. Le C.S.Meaux reprenait son activité, avant de connaitre par la suite, sous la présidence du regretté Jean Semelane, la révolution du boulodrome de Meaux et d'en assurer le bon fonctionnement, sous l'actuelle présidence de Jean-Luc Jouan.

Mais "Kiki", c'était avant tout un président avenant, prompt à aller vers les autres avec cet humour désuet qui ne manquait jamais de "briser la glace" dès la première rencontre. Par exemple, quand il marquait le premier point d'une partie, il annonçait "TREIZE !" Evidemment, ses adversaires le regardaient surpris. Il leur expliquait alors, le plus sérieusement du monde : "Ah oui, moi, je commence toujours par le treizième : c'est le plus dur à faire !.."

Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -



Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation
  
          275 utilisateur(s) en ligne plus...

DANS LA BOUTIQUE

SUIVEZ-NOUS
Pétanque mobile Facebook pétanque Dailymotion Vidéo pétanque Google+ pétanque Twitter pétanque YouTube Vidéo Pétanque Instagram pétanque Pinterest Pétanque Flux rss pétanque

Créer votre site Internet petanque
FORUM BLOGPETANQUE.COM
Entraide, trucs et astuces !