Inscrivez-vous maintenant !

Histoires de boulistenautes : Concours en "Poules"

Posté par boulophone le 31/1/2013 12:50:00 (2716 lectures) Articles du même auteur

Jadis, la saison de pétanque commençait souvent au mois de mars et s’achevait en octobre. A Toulouse, durant la trêve hivernale, des concours amicaux  en doublettes étaient organisés le dimanche, au « BOSI », vieux bistrot situé en dehors du centre ville dans un quartier résidentiel et quelque peu campagnard. Régulièrement, une trentaine d’équipes se retrouvait dans une cour entourée de jardins potagers et mitoyenne avec un poulailler en partie clôturé.


 

 

Les volatiles étaient chez eux et n’appréciaient  guère la présence sur leur territoire de ces lanceurs d’œufs métallisés qui venaient troubler leur tranquillité.
Leur patron, un  coq coquin, poussait, comme par hasard, des cocorico lorsque les tireurs manquaient.
Cocorico  signifiant, parait-il, en langage de gallinacé, « j’ai la guitare qui me démange… » (Yves DUTEIL), nous  assistions régulièrement sur ce boulodrome à des courses poursuites entre Maître Coq et une de ses poulettes bien aimées qu’il  passait ensuite «  à la casserole ».
Il n’était pas rare de voir des poules slalomer au milieu des jeux, à la recherche d’une éventuelle miette de pain tombée d’un sandwich. C’était rigolo, folklo et ça nous rappelait ces fameuses parties de boules illustrées jadis par DUBOUT, le célèbre dessinateur.  
En ce temps-là, pratiquement tous les concours se jouaient en élimination directe. Alors, on peut se demander si, finalement, le « BOSI » n’a pas été le berceau de ces multiples compétitions qui, de nos jours, se déroulent en poules.
 
 
Bref, en janvier 1975, malgré un froid de canard à vous donner la chair de poule, je me rends, avec un copain, au «  BOSI ». Mon partenaire, pétanqueur moyen, ne se prend pas au sérieux, joue « relax » et a parfois tendance à mener le jeu à l’envers. Nos tireurs adverses se régalent  car il pointe avec des « melons » de 78 mm de diamètre. Au cours d’une mène, il envoie bien sa boule qui s’approche du but. Mais à ce moment là, une poule s’invite dans le jeu, s’immobilise  et stoppe net la course de la boule. Et mon pointeur,  pince- sans- rire, de prononcer cette phrase qui restera dans les annales :

« Incroyable ! Je viens de faire un devant de…POULE ! »
 
 
Une nouvelle rubrique pour nous raconter vos "Histoires drôles"
 
Du même auteur
 

Format imprimable
Envoyer cet article à un ami
Créer un fichier PDF à partir de cet article

  
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation
jacpetanque
Posté le: 2/2/2013 13:16  Mis à jour: 2/2/2013 13:17
Co-Webmaster
Inscrit le: 15/10/2002
De: Pays-Bas - Hilversum
Envois: 17267
 Re: Concours en "Poules"
Drôle d'histoire, cette anecdote, mais, plus sérieusement, savez-vous que la poule de quatre (en Hollande on parle d'une poule française : cocorico ! ) est inventé par le champion français (à la boule lyonnaise) et Lyonnais Clément Lafayette ? Et que cette formule est appliquée pour la première fois lors du championnat de France de 1933 à Niort (le championnat à la lyonnaise, bien évidement) ?. Donc, il serait mieux de parler d'une poule lyonnaise !
------------

Sans les mots, les boules ne seraient qu'un jeu.
Avec eux, elles deviennent un humanisme.
(Yvan Audouard - Le noble jeu provençal, 1997)

[url=http://www.boulistenaute.com/modules/myalbum/topte
          151 utilisateur(s) en ligne plus...

  • Didier Le Masson, liberté, égalité, fraternité

    Mascotte de l'équipe boulistenaute et jeune retraité, le grand Mamasse profite de cette liberté pour aller à la rencontre, sur tous les terrains de France, de ses milliers d'amis.

  • Jean-Luc Robert, le lieutenant du roi

    Personnage haut en couleur longtemps indissociable du Roi Quint...

  • Stéphane Robineau, cap au Sud

    Entretien avec un champion qui est devenu sans faire de bruit, au fil d'un début de carrière constellé de grandes victoires, un des joueurs majeurs de la dernière décennie.

  • Damien Hureau, l'as de carreau

    A trente-six ans, l'Angevin est toujours l'un des meilleurs tireurs du monde. Après une saison 2013 étincelante, il est revenu avec boulistenaute.com sur son actualité récente et sur ses ...

  • Marco Foyot, le rêve américain

    A soixante ans passés, le môme de Meaux continue, année après année, à tisser sa légende. En automne dernier, celle-ci a emprunté les routes mythiques du pays de l&...

Créer votre site Internet petanque
FORUM BLOGPETANQUE.COM
Entraide, trucs et astuces !