Publicité

Dirigeants : Fédé, ceux qui s'en vont

Posté par BOULEGAN le 15/2/2022 8:00:00 (11256 lectures) Articles du même auteur

Soixante dix mille joueurs et joueuses ont quitté la fédération depuis deux ans. Boulistenaute est allé à la rencontre de certains d'entre eux...



Fédé, ceux qui s'en vont

 


La pétanque reste, année après année, le loisir préféré des Français : on parle de six millions de joueurs occasionnels et de deux millions de pratiquants réguliers, et les émissions que la télévision lui consacre connaissent des succès d'audience qui ne se démentissent pas. Pourtant, paradoxalement, la Fédération française ne cesse de perdre des licenciés. Le phénomène n'est certes pas nouveau : alors que ceux-ci étaient près de 500 000 en 1984, leur nombre avait déjà fondu à 417 000 au début des années 2000. Mais le pire restait toutefois à venir : en l'espace de dix ans, la FFPJP allait encore perdre 25% de ses troupes, avant que ses effectifs ne se stabilisent au milieu des années 2010 autour de 300 000.

 

 

Après 2020 qui voyait une baisse de 20 000 licences, 2021 allait être le théâtre d'une nouvelle hémorragie, avec plus de 50 000 licenciés et licenciées perdus. En cause, une année 2020 qui avait vu tous les championnats et la plupart des compétitions annulées en raison de la crise sanitaire, et des incertitudes qui ont pesé tout l'hiver et le printemps sur la tenue des échéances 2021. Lors de la dernière réunion de son Comité directeur, la fédération ne s'est pas montrée très optimiste, et table simplement sur le retour de 30% des brebis perdues depuis deux ans. Pourtant des incertitudes demeurent, et seul les mois qui viennent pourront rassurer nos instances sur cette attente pourtant mesurée.

Qui sont donc ces joueurs qui ont choisi de poursuivre leur histoire d'amour avec la pétanque tout en quittant le giron fédéral ? Boulistenaute est allé à leur rencontre, pour en savoir plus sur le véritable schisme qui secoue notre discipline et affaiblit financièrement une fédération qui, après avoir occupé jadis le quatrième rang français, pointe désormais au-delà de la dixième place.

 

 

 

Lorsqu'on parle avec ceux qui ont choisi de partir ou avec ceux qui envisagent de le faire, on entend l'écho de plusieurs lassitudes : les contraintes et les interdits qui se sont multipliés ces vingt dernières années, les changements d'articles du règlement décidés par la Fédération internationale et la pression arbitrale croissante ne semblent pas étrangers, en effet, à l'érosion des effectifs. Pour Jacky, un joueur vendéen ancien demi-finaliste à Kerlouan, qui a renoncé à être licencié il y a six ans mais continue à suivre les temps forts du circuit, c'est surtout ce dernier point qui irrite. « En trente-cinq ans de compétition, je n'ai jamais eu le moindre problème sur les terrains, même quand les parties étaient un peu chaudes. Mais l'arbitre, on l'appelait pour mesurer, c'est tout. Maintenant, certains, ce sont des cow-boys : récemment, j'en ai vu un en Coupe de France pointer son index sur la poitrine d'un joueur à plusieurs reprises, en appuyant. Moi, je n'aurais pas supporté ça. »

L'organisation des championnats, telle qu'elle se présente actuellement, peut également poser problème. Un joueur du Centre me raconte son repas de Noël en famille : « Mon beau-frère nous dit : cette année, je vais faire les championnats. Je lui dit qu'il va devoir prendre une licence à 40€, ce qu'il trouve normal. Mais lorsque je lui ai dit qu'il allait devoir porter la tenue du club et débourser pour cela 60€ supplémentaires, et qu'il devait aussi produire un certificat médical, il a laissé tomber. »

 

 

Au boulodrome de Brignoles, ou se retrouvent chaque après-midi plusieurs dizaines de joueurs, seule une partie d'entre eux possède une licence. Michel, qui est au club depuis toujours, ne reprendra pas la sienne cette année. «En 2021, dès que le protocole sanitaire a été publié, le club a cessé de faire des concours. Du coup, j'ai payé pour rien». Serge, une des figures du club, attend encore. « Je vais sûrement la reprendre. Mais mes partenaires du championnat vétérans partent ailleurs. Si mon téléphone sonne, je la prendrai. Sinon, je me contenterai de faire quelques sauvages. Parce qu'entre la licence et les habits, ça commence à faire un budget, ça fait réfléchir». Pour Éric, un joueur de Rouen nouveau dans le Var, c'est non. « La mentalité n'est pas bonne. Dans la plupart des clubs, ici, on n'est pas accueilli, on ne fait pas jouer ceux qui arrivent. Et le règlement, tout le monde s'en fout. Dans le Nord, ce n'est pas pareil. »

Pour Claude, qui joue dans les Bouches-du-Rhône, le problème est réglé depuis longtemps. « Je n'ai pratiquement jamais pris de licence. Pourtant, je fais dix à quinze concours par an. Il y a pas mal d'endroits où jouer à Marseille. Parfois, ce ne sont même pas des clubs, juste des endroits ou les joueurs se retrouvent. L'ambiance est bien meilleure, on rit, on se chambre. Dans les concours, c'est trop sérieux. Il y a quelques années, j'avais pris une licence parce qu'on m'avait demandé de faire le doublette de Laragne. J'ai bien fait, on est arrivés en demi-finale. Mais l'arbitre est venu trois ou quatre fois me voir : le rond, pas le rond, la minute... Moi, je n'aime pas ça. »

 

 

Les derniers changements du règlement, notamment celui qui concerne l'obligation de marquer le but, font également grogner. « Je viens de voir la finale PPF entre Quintais et Lacroix, peste Jacky. L'arbitre donne un carton pour but déplacé et non marqué, alors que marquer un but dans du gros gravier, c'est presque impossible à vérifier. » Même son de cloche chez ces licenciés d'un club du Sud-Ouest, qui jouent souvent sur des terrains en goudron grossier, et se retrouvent devant la même impossibilité à marquer le but aisément.

Mais la majorité de ceux qui s'en vont le font sans faire de bruit. Dans une discipline ou la moyenne d'âge dépasse allègrement les cinquante ans, on s'éloigne souvent en silence lorsqu'on supporte mal certaines attitudes. Jacky raconte : « La dernière fois que j'ai fait un championnat, quelqu'un a pris le micro au début des parties et nous a dit : ceci est interdit, cela est interdit, ceci est interdit... pendant cinq minutes. Quand on a passé un certain âge, c'est infantilisant, je trouve. »

Une érosion fédérale silencieuse, et un public de plus en plus nombreux sur les compétitions-phares. La FFPJP pourra-t-elle longtemps maintenir ce grand écart ? L'avenir le dira.

Note: 9.00 (6 votes) - Noter cet article -


Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation
fmps59
Posté le: 15/2/2022 17:10  Mis à jour: 15/2/2022 17:10
Boulistenaute accro !
Inscrit le: 3/3/2011
De:
Envois: 204
 Re: Fédé, ceux qui s'en vont
très bel article ou je m y retrouve un peu plus de licences depuis 2 ans après 48 ans de licences trop de gens alcoolises sur les terrains très mauvaise ambiance les arbitres ne font rien trop peur des représailles . trop de règles incompréhensible .jet du but retraites a 55 ans même en gagnant 1 concours ont rentre juste dans ses frais les gens tapent 5 boules ils se prennent pour des champions encore 2 ou 3 ans et la pétanques officiel sera réserver a des pros sponsorises ce n est que mon avis
fifirom63
Posté le: 15/2/2022 10:49  Mis à jour: 15/2/2022 10:49
Bébé boulistenaute
Inscrit le: 17/1/2019
De:
Envois: 1
 Re: Fédé, ceux qui s'en vont
Triste Fédé !!! avec ses nouvelles règles !!! même les grands champions ne comprennent pas !!! Avec un nombre de licenciés en forte baisse y'a bien un problème !!!! Pourquoi pas simplement ne plus avoir le droit de toucher au terrain ???? créer un championnat pour les plus de 65 ans au lieu de faire jouer des 50 ans en pleine forme physique contre des 70/80 ans !!! faire rentrer des jeunes en équipe de France !!! Baisser un peu le prix des licences ainsi que les mutations pour un autre club !!!
          734 utilisateur(s) en ligne plus...

DANS LA BOUTIQUE
PODCASTS

SUIVEZ-NOUS
Pétanque mobile Facebook pétanque Dailymotion Vidéo pétanque Twitter pétanque YouTube Vidéo Pétanque Instagram pétanque Pinterest Pétanque Flux rss pétanque

Snapchat pétanque     Tiktok pétanque Twitch pétanque Apple Podcasts Pétanque Spotify Pétanque Deezer Pétanque
Pétanque sur Apple Store Application Mobile
Pétanque sur Google PLAY Application Mobile

Créer votre site Internet petanque
FORUM BLOGPETANQUE.COM
Entraide, trucs et astuces !