Quantcast
Publicité

Dirigeants : Centre national, la bombe à retardement

Posté par BOULEGAN le 23/1/2021 12:20:00 (6498 lectures) Articles du même auteur

Le projet de Centre national, adopté il y a deux ans par le Congrès, est au centre d'un débat passionné...



Centre national, la bombe à retardement

 


Le projet était clair, et avait fait l'objet d'une large adhésion. Mais le Centre national de la FFPJP, qui doit accueillir les nouveaux bureaux de la fédération et un ensemble sportif ambitieux, est à présent au centre d'une polémique qui ne cesse d'enfler. Retour sur un rêve qui tarde à se réaliser.


Un départ enthousiaste

En 2019, au congrès de Troyes, la FFPJP propose aux différents comités départementaux d'adopter un projet de nouvelle installation. Les bureaux actuels de son siège de la rue Trigance, à Marseille, devenant trop exigus pour la vingtaine de salariés qu'emploie à présent la fédération, celle-ci a décidé de déménager son pôle administratif.

La DTN organisant pour sa part des stages et des rassemblements réguliers de ses collectifs, le projet prévoit également de la doter d'un boulodrome couvert et de salles de formation.

Cet important investissement, chiffré à 7 millions d'euros, nécessite un emprunt de 4,8 millions. Il est proposé que celui-ci soit remboursé grâce à une augmentation de 2€, en 2021, de la cotisation fédérale sur les licences, qui se monte à ce moment là à 10€.

Le projet est approuvé par 78,8% des votants.

 


Le centre se dessine

Au congrès du Touquet, en 2020, le projet prend forme. On apprend que le bâtiment administratif comprendra un musée de la pétanque, six salles de réunion, une salle de presse, une salle de formation, cinq bureaux et qu'il accueillera également la boutique de la SAOS Promo-Pétanque, qui est chargée de concevoir et distribuer l'ensemble des produits dérivés de la fédération.

Le boulodrome couvert, quant à lui, sera à même d'organiser des stages à destination de publics divers, la préparation physique et mentale des sportifs de haut niveau et l'organisation éventuelle de manifestations fédérales avec un carré TV.

Le budget est toujours de 7 millions d'euros.

Les candidatures étant closes, on porte à la connaissance des congressistes la liste des différentes villes qui ont fait acte de candidature, ainsi que les critères qui doivent être retenus pour le choix final : proximité d'une gare TGV, d'une autoroute et d'un aéroport, présence de terrains et de parkings extérieurs, centralisation des stages et diminution des frais de déplacement, minimisation des déplacements des différents salariés du siège.

Les candidatures de Chanay (01) et Marignane (13), puis un peu plus tard celle de Septèmes-les-Vallons (13) n'ayant pas été retenues, ce sont Cabriès (13) et Vichy (03) qui restent finalement en course. Le projet auvergnat, bien qu'imposant un changement de région pour toutes les équipes de la FFPJP, est farouchement défendu par Max Larvaron, le président historique de Bellerive-sur-Allier et Joël Govignon celui du CD03.

 


Les deux euros qui fâchent

Tout était donc sur les rails, du moins en apparence, lorsque la crise sanitaire est venue brouiller les cartes. Compétitions fédérales annulées, congrès d'Évian repoussé et maintien, malgré la demande de moratoire présentée par plusieurs présidents de ligue, de l'augmentation de 2€ pour 2021. C'est cette décision, sur une somme pourtant minime, qui va prendre valeur de symbole et mettre le feu aux poudres : très mal ressentie par une base qui a mal vécu (dans une année où la plupart des fédérations sportives ont fait des gestes forts pour tarir une perte de licences annoncée) ce maintien de la mesure, elle va aussi pousser la plupart des comités départementaux à déduire cette augmentation de leur propres deniers, pour proposer à leurs clubs une licence 2021 à prix constant.

De quoi pousser chacun à regarder à la loupe l'avancement du dossier du centre national. Et d'y constater quelques faits nouveaux : le montant du budget passerait de 7 à 10 ou 15 millions d'euros, et dans une interview parue la semaine dernière, le trésorier de la fédération ne parle plus de remboursement d'emprunt, mais d'augmentation de fonds propres en vue de l'accord du prêt.

Par ailleurs, d'autres villes auraient fait acte de candidature. C'est ainsi qu'on prononce de plus en plus le nom de Montpellier et qu'on murmure que Patrick de Carolis, le nouveau maire d'Arles, se montrerait très intéressé. Une candidature décidément fort à propos pour un centre qui, à l'instar de l'Arlésienne de Bizet, tarde à montrer son visage.

Les boulistenautes en parlent dans ce FORUM 

 Lire aussi

Maraux monte au créneau 

Licences, la grande crainte de la FFPJP

Un calendrier incertain 

 

Les débats dans notre FORUM 

Pourquoi payer une licence de pétanque en 2021 ? 
Pour ou contre une saison pétanque calquée sur l'année scolaire ? 
Nouveau centre national de la pétanque et du jeu provençal 

Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -


Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Conversation
petanque
Posté le: 2/2/2021 11:30  Mis à jour: 2/2/2021 11:30
CLUB des Supporters Boulistenaute.com
Inscrit le: 26/9/2002
De: 18 Cher - Bourges - Région Centre Bourges
Envois: 35583
 Re: Centre national, la bombe à retardement
à ce jour

Les candidats très probablement en lice...

Vichy (03)

Cabriès (13)

Montpellier (34)

Arles (13)

Valence (26)
------------

Pour la promotion du sport pétanque O°O

La boutique 100% Passion Pétanque, vente de boules de pétanque : [BOUTIQUE]
          103 utilisateur(s) en ligne plus...

DANS LA BOUTIQUE
PODCASTS

SUIVEZ-NOUS
Pétanque mobile Facebook pétanque Dailymotion Vidéo pétanque Twitter pétanque YouTube Vidéo Pétanque Instagram pétanque Pinterest Pétanque Flux rss pétanque

Snapchat pétanque     Tiktok pétanque

Créer votre site Internet petanque
FORUM BLOGPETANQUE.COM
Entraide, trucs et astuces !