Quantcast
Publicité

Championnats de France : Les faits marquants du CDF de Belfort par un Boulistenaute spectateur

Posté par duss le 17/7/2006 23:20:00 (11035 lectures) Articles du même auteur


   Voici les faits marquants que j’ai retenus de mes deux jours passés en tant que simple spectateur assidu du CDF à Belfort :



-         d’abord et surtout le jeu d’attaque absolument fantastique produit par Dylan Rocher durant ces deux jours. Ce qui est le plus ahurissant, ce n’est pas que ce prodige n’ait que 14 ans, mais c’est le fait que, tout simplement, je pense qu’on n’avait pas vu un joueur pratiquer un tel jeu offensif (avec succès bien sûr !) dans un CDF Tête à Tête (bref, pas m’importe quel concours !) depuis le Choupay de la grande époque (en 86 à Albi et 87 à Vichy, lorsque ce dernier tirait sur absolument tout ce qui bougeait et s’inclinait deux fois de suite en finale !). Dylan Rocher a ce week-end joué de la même façon, à en écœurer tous ses adversaires, jusqu’à s’écrouler en ½ finale, victime à la fois de la chaleur, du « terrain rouge » qui ne l’avantage pas forcément, et surtout malheureusement victime de ne jamais avoir fait joué son adversaire, qui n’a quasiment rien eu à faire dans cette partie, si ce n’est gérer les « chiques » de Dylan quand ce dernier se lançait à l’attaque à 10 m sur une boule à 80 cm derrière le bouchon…Enfin… : 14 ans, première participation à un championnat senior, le centre d’attentions de tous les spectateurs ce week-end, et en ½ finale avec un tel jeu offensif: c’est proprement ahurissant, et il est évident qu’il accrochera très vite un maillot tricolore en senior, seul ou avec son père…

-         le jeu plus que moyen pratiqué par Christian Fazzino en ¼ et en ½. Je vous raconte cela en toute objectivité. Ainsi en ¼ : les deux premières mènes, il se retrouve avec la boule en main pour tirer à deux, et par deux fois, il la saute de 20 cm ! (dans ce terrain !). Toute cette partie fut très moyenne de la part des deux joueurs, et équilibrée. Et à 10 à 8 (ou 10 à 7 je ne me rappelle plus), Christian Fazzino se retrouve de nouveau avec la boule en main pour tirer à 2 (donc en plus, cette fois, c’est palet gagnant) : résultat : 30 cm pas droit !!!. Mène d’après, son adversaire marque de nouveau, et je vous raconte la dernière mène, en vous rappelant que Fazzino a 10 : l’adversaire de Christian Fazzino, Michel Maréchal jette le bouchon à 9 m et pointe une boule très moyenne à 80 cm devant le bouchon, un peu sur la droite. Fazzino décide de pointer, et gagne le point à la perfection en venant se mettre (volontairement) à la sautée (donc tir de rafle impossible) à 40 cm du bouchon. Maréchal, qui a tiré toutes ses boules de rafle jusque là, décide de pointer, mais le perd à 50 cm sur la gauche du bouchon. Il décide alors avec sa dernière boule de tirer à la sautée pour casser la gagne. Et bien pour la première qu’il tirait « de coup », il tira à perfection, frappa la boule du joueur de Montluçon pleine bouche, mais malheureusement à moitié boule, et vit la boule de Fazzino emmener avec elle le bouchon en fond de cadre. C’est ainsi que Fazzino fit 10+3= 13 et se qualifia pour les ½ !!!! Puis vint la ½ finale contre Daniel Rizzo, qui passa complètement, mais alors complètement à côté de sa partie, sans que Fazzino ne produise un meilleur jeu qu’en ¼. Une partie entre deux énormes champions qui pourtant ne restera pas dans les annales…Enfin, en finale, l’auvergnat sut enfin élever son niveau de jeu, et asphyxia à partir de 3-3 son adversaire à force de bouchons, de carreaux et de reculs à 10 m : on avait retrouvé le grand Fazzino, mais dieu que ce fut laborieux en ¼ et en ½…Mais encore une fois, il aura montré qu’à la pétanque, pour gagner, il suffit de toujours jouer un ton au dessus de l’adversaire, pas besoin forcément de ne faire que des carreaux, il suffit de savoir élever son niveau de jeu au bon moment…

-         le très beau et indécis 32ème de finale entre Le Dantec – Hureau et Mas – Morillon dans les carrés d’honneur qui dura plus de 3h30 pour s’achever sur la victoire des Aveyronnais

-         le très beau 16ème de finale entre Roman – Cargolès du Var et Delforge – Vayssette du Tarn, avec des carreaux en pagaille des deux côtés. Victoire finale du Vaucluse avec un Cargolès fidèle à lui-même qui termine sur deux carreaux (et pas de rafle !) à plus de 10 m pour clore la partie. Mais nul doute que l’on reverra très vite le jeune prodige Stéphane Delforge au plus haut niveau (quel bras extraordinaire !)

-         la partie entre Huet et Laurot, malheureusement joué sur un terrain presque impraticable (10 cm de gravier par-dessus de gros cailloux), et qui « enleva » quelques carreaux au phénomène du 93. Cependant, ce fut malgré tout une très belle partie agréable à regarder, indécise, et qui se clôtura sur la victoire de Fabien Huet, grâce notamment à un gros jeu au tir

-         le « coup de chaud » subi par Thierry Figueres du Val de Marne en sortie de poule alors qu’il menait 10 à 4. Méconnaissable, complètement déboussolé par cette mini-insolation, il laissa filer la partie à son adversaire. C’est dommage, car franchement, j’en faisais mon favori s’il parvenait à passer le cap du samedi et à se retrouver dans les carrés d’honneur sur ce « terrain rouge » qu’il affectionne tant…

-         le très beau parcours de la doublette du Val de Marne, Olivier Dorigny et Alain Smianotto, qui après avoir inquiété Foyot – Milei en poule (défaite 13 à 9), s’inclinent dimanche matin en 1/8ème de finale face aux ogres Quintais – Lacroix (imbattables sur cette partie) sans avoir à rougir –bien au contraire – de leur prestation. En évitant ce « gros morceau », je suis persuadé qu’ils auraient pu avancer encore plus…

-         la magnifique prestation des joueurs de la réunion, qui après avoir battu de façon étincelante Rypen – Perrin et Cano – Rivière (quelle partie !), s’inclinent face à Quintais – Lacroix de façon un peu bizarre : jusqu’à 5 à 5, vraiment, cela se tient, les carreaux répondent aux carreaux, c’est un spectacle splendide, et bien malin celui qui peut prévoir l’issue de la partie. Et là, à 5 à 5 donc, suite à la première boule manquée de Jean-Marie Pavot, les Réunionnais se lancent de façon inconsidérée au bouchon, au lieu de continuer à tirer sur les boules. Résultat : bouchon manqué et 6 points pour les sociétaires du DUC de Nice, qui n’en demandaient pas tant. Ca en était bien sûr fini…

-         le parcours un peu chaotique de Foyot – Miléi le dimanche matin. D’abord en 1/8ème face à Nevreaumont – Goupil, les joueurs des Yvelines qui font une magnifique partie et inquiètent largement les Auvergnats. Je vous raconte la mène à 10 à 10. Nevreaumont lance le bouchon à 8 m et en met une moyenne à 70 cm à droite et un peu derrière le bouchon. Foyot pointe et le perd par court ! Il décide de repointer et le gagne cette fois, à 50 cm à droite du bouchon. Goupil va alors tirer, et … frappe la sienne, alors qu’il avait été jusque là irréprochable ! Ce fut la fin… Enfin, en 1/4, Foyot – Milei sont menés 9 à 4 par les Alsaciens déjà tombeurs de Rocher –Lebourcicaud et Loy –Choupay. Il a fallu tout le métier et la classe de Foyot (qui prit le tir à Milei) pour marquer 9 points de rang et clore la partie 13 à 9

-         la deuxième mène de la finale doublette. Après deux premiers points marqués par Quintais – Lacroix lors de la belle première mène, Quintais jette le bouchon à 8 m et pointe. Milei tire : palet allongé. Quintais repointe. Milei retire : re palet allongé. Quintais re re pointe. Milei re re tire : re re palet allongé et 3 points donc par terre. Lacroix pointe, le gagne bien sûr sur les palets de Milei. Foyot va tirer : palet et quatre points par terre. Et là, ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi Lacroix ne s’est pas lancé au bouchon. Peut-être pensait-il que Foyot pouvait manquer ? Résultat Lacroix pointe encore deux fois et se prend deux nouveau palets de la part du « grand » : 6 points dans l’escarcelle des joueurs du Puy de Dôme, le break était fait, et jamais les niçois ne parviendront à le combler, d’autant plus que Henri Lacroix fit sans doute là sa moins bonne partie de tout le dimanche (il faut dire qu’il avait été époustouflant jusque là)

-         enfin l’organisation qui dans l’ensemble m’a paru largement défaillante (ce sujet a déjà été largement évoqué, je ne m’étendrai pas, mais sachez que tout ce qui a été écrit est bien sûr tout à fait malheureusement véridique). Je sais que tous ces organisateurs sont des bénévoles dévoués, qui ont donné beaucoup de leur temps, mais désolé, pour moi le bénévolat n’est pas incompatible avec la compétence. D’ailleurs, d’autres comités l’ont largement prouvé par le passé

Mais oublions ce dernier point et rappelons nous du beau temps, de la prestation hors normes de Dylan Rocher, des beaux champions et vice-champions qu’il y avait sur le podium (pour qu’on puisse se passer de ces trois cadors que sont Quintais, Fazzino et Foyot lors des championnats du monde c’est vraiment que l’opposition n’est pas si forte que cela !), de la grande joie après la victoire de Pascal Milei, de l’émotion non feinte de Marco Foyot au moment de la Marseillaise, du jeu sans aucun déchet produit par ce même Marco Foyot (on pense ce qu’on veut du bonhomme, mais incontestablement le joueur a été ce week-end éblouissant, immense dans les bons moments comme surtout dans les moments plus difficiles, bref présent comme souvent dans les grands rendez-vous) et du magnifique spectacle offensif offert par Quintais - Lacroix dans les carrés d’honneur (et puis quelle classe ces deux là !)

Voilà, je m’arrête là et j’attends vos réactions, notamment celles de ceux qui étaient présents et qui n’ont peut-être pas vécu les événements de la même façon…







Hervé Dusart

Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -


Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
(1) 2 3 4 »
Auteur Conversation
RICARD84
Posté le: 19/7/2006 17:51  Mis à jour: 19/7/2006 17:51
Boulistenaute accro !
Inscrit le: 27/9/2005
De: 84 Vaucluse - PACA
Envois: 57
 Re: Les faits marquants du CDF de Belfort par un ...
Super ce commentaire, tu nous donnes vraiment l'impression de le vivre en LIVE.
Anonyme
Posté le: 18/7/2006 18:25  Mis à jour: 18/7/2006 18:25
 Re: Les faits marquants du CDF de Belfort par un ...
Bel article... bravo, même si là aussi je regrette que VUILLON passe pour un Zombie... même pas cité dans vos Champions et Vice Champions...
Par ailleurs, juste une petite remarque, étant présent au championnat de France 2001 dans l'allier.... j'y avait vu un champion du Nom de Fazzino, tirer sur tout ce qui bougeait... y compris sur des boules à 4 m contre Lacroix en quart... le jeu d'attaque, c'est magique... surtout quand la victoire est au bout !
Joseph
ricou19
Posté le: 18/7/2006 18:02  Mis à jour: 18/7/2006 18:02
Boulistenaute en progrès
Inscrit le: 30/4/2004
De: 19
Envois: 710
 Re: Les faits marquants du CDF de Belfort par un ...
Sympa l'article Monsieur ... Bacane.

Dis-moi, tu t'es bien déplumé depuis que je ne t'ai pas vu.
Embrasse tout le monde chez toi.

ps: as tu rayé de ton gps, la riviera limousine ?

A Bientôt ...
mamasse
Posté le: 18/7/2006 17:50  Mis à jour: 18/7/2006 17:50
Co-Webmaster
Inscrit le: 5/7/2004
De: Pontault Combault 77 Seine et Marne Île de France
Envois: 106927
 Re: Les faits marquants du CDF de Belfort par un ...
Pour "duss".

Hervé, tu as vu ils ont même mis ta photo à la UNE.

A+
Anonyme
Posté le: 18/7/2006 14:34  Mis à jour: 18/7/2006 14:34
 Re: Les faits marquants du CDF de Belfort par un ...
Aprés la lecture de cet article, maintenant je peux dire que j'étais présent (malgré mon absence) à Belfort pour ce CdeF.

Dis moi Hervé, tu dois avoir des origines Suisses, pour ces présisions si bien ciblées.

Merci "duss".
(1) 2 3 4 »
          67 utilisateur(s) en ligne plus...

DANS LA BOUTIQUE
PODCASTS

SUIVEZ-NOUS
Pétanque mobile Facebook pétanque Dailymotion Vidéo pétanque Twitter pétanque YouTube Vidéo Pétanque Instagram pétanque Pinterest Pétanque Flux rss pétanque

Snapchat pétanque     Tiktok pétanque

Créer votre site Internet petanque
FORUM BLOGPETANQUE.COM
Entraide, trucs et astuces !