Publicité

Championnats de France : Bel effort pour les champions !!

Posté par lolo le 17/7/2006 3:00:00 (9771 lectures) Articles du même auteur

Les anciens vous saluent bien !! 
   Ce jeu devient d’une monotonie inquiétante, que l’on tourne le problème dans tous les sens, les championnats de France 2006 reviennent toujours à citer la même opposition : 
    Nice - Ambert, Ambert - Nice, quelle que soit l’équation proposée au départ d’un championnat et même de la Coupe de France, le résultat reste le même. A Nice, la triplette, le mixte et Coupe, à Ambert la doublette féminine et la doublette hommes.



Mais nous sommes rassurés, heureusement qu’il reste un illustre inconnu pour sauver la pétanque de ce duel : Christian Fazzino !! Comme nouveauté on repassera ! le maître reste le maître, à 31 ans d’écart le flegmatique auvergnat vient d’inscrire une fois de plus son nom au palmarès. Une incroyable capacité pour cet homme de transformer son  7ème titre en tête à tête à une insignifiante banalité

Tête à tête

Christian FAZZINO en père tranquille

C’est sur il ne va pas faire lever les foules, il va pas vous tirer une boule à 15 mètres pour le fun, c’est en père peinard que Christian FAZZINO s’est imposé dans ce tête à tête, pas de fioriture juste de l’efficacité. Battre le montluçonnais en tête en tête relèverait il du miracle ou de la providence ? Des fois inquiété, bousculé mais jamais battu, parfois l’homme est poussif comme en ¼ de finale contre MARECHAL (13 à 9) , il sait parfaitement accéléré face au champion de France en titre Daniel RIZO avant de conclure  tranquillement en finale face au joueur aubois Lilian VUILLON. Face à ce non événement, il fallait bien trouver de quoi animer ce 41ème championnat tête à tête, tout d’abord le terrain. Il faut croire que les services techniques de la ville de Belfort avaient du sable à revendre où qu’ils avaient confondu championnat de France et l’ouverture de l’opération estivale Belfort plage. A moins d’être équipé d’un bazooka dernier cri, il était impossible dans certains cadres de tirer une boule ou du moins soyons optimiste de lui faire faire un mètre. Cette partie du terrain est vite devenue le cimetière de quelques sérieux outsiders voire favoris comme Didier CHAGNEAU, Stéphane DATH ou encore Thierry FIGUERES. Passé cette épreuve du marathon des sables, rendez vous était pris pour les rescapés sur le terrain « rouge ». Un rouge qui pour une fois a donné à certain un excellent goût de bouchon alors que pour d’autres de beaucoup moins....

Mais la principale attraction de Belfort restait la nouvelle mascotte de la pétanque française, le junior 1ère année, champion du monde jeunes Dylan ROCHER.

Un parcours semé d’embûches avec de suite une mise en jambe sévère avec une poule relevée et un barrage des plus indécis contre l’ancien champion d’Europe jeunes Cédric LEFOLL (76), un bras de fer terrible remporté par le jeune prodige auteur de sans faute dans cette partie.

14 ans et demi et au fil des tours il expliquait à coup de carreaux que les séniors étaient interdit dans son concours junior. Une overdose de carreaux jusqu’à l’écoeurement comme le racontait Rachid LAARAG, victime en 1/16ème du phénomène. Même punition pour Dominique PATRUNO le vice champion de France passé à son tour sous le rouleau compresseur sarthois.

Le dimanche matin, un nouveau client, sérieux Fabien HUET, se présente dans le cadre H pour mettre un terme à l’aventure à ce gamin infernal, malheureusement pour lui, il devait lui aussi s’incliner.

Mais toute aventure a une fin, le formidable choc des générations entre ROCHER junior et FAZZINO n’a pas eu lieu. La faute à un Lilian VUILLON qui ne s’est pas laissé troublé par cet adversaire hors norme mais surtout la faute à un Dylan qui, accablé par la chaleur, n’a pas pu aller au bout de son ambition. Un Dylan sans bob c’est plus la même musique, le soleil continue à taper mais au sol les frappes sont moins nettes, les trous se succèdent et le score défile. Le soleil de ce championnat s’est couché sur l’Aube mais il a plus d’un rayon dans son sac et à coup sur il n’a pas fini de briller.

26 ans et 13 ans après !!

Si techniquement il ne fallait pas avoir en poche son bac + 4 pour jouer dans le désert ocre de Belfort, il fallait tout de même un grand sens tactique et surtout des nerfs solides pour progresser dans ce championnat. Il est évident que ce terrain avantageux pour le tir (en fait très peu de tireur de rafle, le meilleur tir étant un tir à environ 50 devant) il ne fallait pas trop s’écarter de sa cible sous peine de contre attaques meurtrières. Malgré les embûches les principales cylindrées sortaient des poules sans encombre. En 32ème, premier choc entre LE DANTEC et MORILLON, une partie interminable de 3h 40 qui finalement revenait aux aveyronnais 13 à 11. Pour la dernière partie de la journée, c’était au tour des champions de France en titre de baisser pavillon face aux voisins hauts rhinois VICENZI-DECHARTRES 13 à 2 sans contestation possible.

Autre belle partie entre les réunionnais de PAVOT et RYPEN-PERRIN. Les joueurs de l’océan indien tout à fait dans leur élément sur ce terrain de tir bombardaient de tous les côtés et surtout pas question de rafle pour un Jean Marie PAVOT impressionnant. Résultat une dernière mène de 6 frappes et de 6 points pour se qualifier devant des bourbonnais médusés.

Le dimanche matin l’écrémage continue, VICENZI est toujours sur la lancée de la veille, leurs victimes, Didier CHOUPAY et Michel LOY. Décidément les franciliens qui s’essayent depuis des années et des années n’arriveront pas à décrocher ce titre tant recherché, une course contre le temps à jamais perdu. Pour les réunionnais la mire est toujours bien réglé et c’est un régal pour les amateurs du jeu d’attaque, le champion de France Antoine CANO associé cette année à Gilles RIVIERE (le fils à Fernand et le frère à Nicolas) devront eux aussi  rendre les armes.

Partie très intéressante entre l’ultra expérimenté Eric NEVRAUMONT et Marco FOYOT, partie indécise jusqu’au bout, le sort penchant vers les auvergnats à 10 à 10 sur une mauvaise mène de Thierry GOUPIL. Le grand Marco qui en ¼ de finale mettait un terme à l’excellent parcours de VINCENZI mais non sans mal, mené 4 à 9, une mène de 5 devait sceller le sort des joueurs d’Illzach (12 à 9) avant de s’incliner.

Pour la Réunion le morceau à avaler devient de plus en plus gros surtout avec QUINTAIS - LACROIX comme adversaires. Un bras de fer terrible s’engage, attaque et contre attaque se succèdent, il ne fait pas bon s’approcher trop près du but sous peine d’expulsion immédiate sans préavis. A 5 à 5 la machine s’emballe, à l’image de ce jeu à haut risque du tout ou rien surtout quand on décide de tirer au but dès la 1ère boule manquée. Ce mimétisme sur les plus grands mais sans véritable raison va coûter très cher à PAVOT, au lieu de continuer de tirer pour limiter la casse, elle sera complète après 2 échecs au but et une mène de 6 encaissée. Ce suicide en direct redonnera le sourire à QUINTAIS – LACROIX qui se voyaient embarqué dans une partie difficile à négocier.

Autre joueur au tir destructeur Sanson DEBARD, associé à Donald VEISS ils coiffent au poteau les aveyronnais Laurent MORILLON et Jean Pierre MAS.

Une nouvelle finale mais aussi revanche de Limoges semblent se dessiner  surtout que le tirage au sort épargne un duel prématuré. Deux demi finales dominées par les favoris logiques qui assumaient leur rôle de leaders. Quel que soit le lieu ou le terrain les meilleurs restent les meilleurs, c’est sûrement cette capacité d’adaptation en toute circonstances qui fait leur force.

C’est donc un nouveau duel DUC de Nice et Elite club d’Ambert pour ce 37ème championnat doublette. Le nombreux public grillé par le soleil ne veut pas en rater une miette. Il est vrai que cette finale présente des enjeux majeurs, les niçois vont t’ils réussir le 3ème doublé de l’histoire, le dernier remontant en 1987 avec PEREZ et LEBRETON, ou Pascal MILEI va-t-il enfin réussir à glaner un titre pour sa 3ème finale (jamais un joueur n’avait atteint 3 finales la même année) ?

Une finale qui dès la 2ème mène allait choisir son camp après 6 frappes des auvergnats. Surtout que par la suite Henri LACROIX impeccable jusque là devait lâcher un peu de lest, un relâchement coupable que même Philippe QUINTAIS ne pourra pas endiguer laissant la victoire 13 ans après à Pascal MILEI et 26 ans pour Marco FOYOT. Pas de doublé pour les niçois mais une revanche pour le team d’Ambert.

Marco FOYOT qui dédiait ce titre à son papa malade, très ému il était surtout très heureux pour Pascal MILEI qui venait de rompre le fameux adage  « jamais deux sans trois ».

La planète pétanque venait de couronner deux grands champions, adulés ou haïs ils restent incontournables et méritent le respect. Que ce soit Christian FAZZINO ou Marco FOYOT, tout le monde aimerait avoir cette longévité qui fait fi des générations qui passent.

Marco FOYOT qui aimait à rappeler qu'il avait participé dans la dernière année à toutes les plus grandes compétitions : finaliste du championnat triplette (2005 et 2006), finaliste du trophée des villes, finaliste de la coupe de la France, vainqueurs des masters (2005) et champion de France doublette 2006. Difficile de trouver mieux en effet.

Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -

Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
(1) 2 3 4 »
Auteur Conversation
Anonyme
Posté le: 26/7/2006 16:49  Mis à jour: 26/7/2006 16:49
 Re: Bel effort pour les champions !!
Le problème du terrain est malheureusement une généralité de plus en plus présente en FRANCE!! Au championnat départementaux on joue deja sur des plages; soit acceptons a peu près il en faut pour tout le monde!!! Mais un championnat de FRANCE quand même!!! MESSIEURS de la fédération REVEILLEZ VOUS comment voulez vous que la pétanque fasse partie des jeux olympiques si ses plus belles vitrines sont gachées par.... un terrain!! on montre là une face bien moche de notre sport ou le coté technicité n'existe plus!! Imaginez si les coureurs du 100M avaient toujours le vent dans le dos...!!!
Anonyme
Posté le: 18/7/2006 18:13  Mis à jour: 18/7/2006 18:13
 Re: Bel effort pour les champions !!
C'est parfois incroyable de lire certains articles... on à l'impression que VUILLON à volé une place qui n'était pas la sienne... je n'ai lu aucun commentaire correct à son adresse... et si j'en crois, c'est uniquement parce que son adversaire de la demi finale à mal joué qu'il s'est retrouvé par hasard en finale !
Par ailleurs, sauf à me démontrer le contraire, il y avait bien 8O parties dans les cadres de 1 à 40... et j'ai entendu dire que la moitié de celles ci ont gagné...
N'est il pas aussi, du haut niveau que de s'adapter ?
Pour ce qui est de l'organisation... en effet il apparait de plus en plus difficile de trouver des villes qui allient la motivation et la compétence... tel que déjà vu pour la phase finale de la coupe de france !
Alors... que dire... Bravo VUILLON et bravo aux quarante vainqueurs des mauvais cadres !
Joseph
Anonyme
Posté le: 18/7/2006 9:48  Mis à jour: 18/7/2006 9:48
 Re: Bel effort pour les champions !!
excellent resume!seul bemol:ce n'est pas pas une "monotonie inquietante" mais de l'admiration debordante pour ces "anciens! chapeau mrs Quintais,Fazzino et Foyot
Anonyme
Posté le: 18/7/2006 9:28  Mis à jour: 18/7/2006 9:28
 Re: Bel effort pour les champions !!
Décidement tout le monde déplore l'organisation,mais l'attraction du week-end aura été bien sur DYLAN ROCHER qui à l'approche de ses 15 ans à démontré que dans les années à venir il faudrait compter avec lui,à mon avis il ne tardera pas à glaner un nouveau maillot chez les seniors.

Bien amicalement.
A+MIMICHE85
Anonyme
Posté le: 18/7/2006 8:57  Mis à jour: 18/7/2006 9:00
 Re: Bel effort pour les champions !!
Etant participant du tête à tête, je peux vous dire qu'il n'y a pas eu une grande considération pour ce championnat (aucune partie joué dans le carré d'honneur pour les 8ème), je trouve que les terrains sont une abération pour un tel évènement les 20 premiers terrains étaient du béton armé (route) et au dessus de 20, venez avec une pelle et un rateau pour jouer, car bonjour le sable !!! boule tirée 15 devant = devant de boule !!!
Sinon, aucune pencarte dans la ville de Belfort pour trouver le terrain !!! Délégué en plein soleil (pas de parasol) avec la pencarte du département à ses pieds en bas de la chaise !!!
C'était juste mon coup de gueule, mais visiblement pas mal de personnes ont l'air de dire que c'est pareil chaque année ... alors ne changeons rien ...
Sinon, bravo pour le parcours de Dylan ROCHER qui je pense à l'avenir devant lui ... et félicitations aux vainqueurs.

A+
(1) 2 3 4 »
  
          154 utilisateur(s) en ligne plus...

DANS LA BOUTIQUE

SUIVEZ-NOUS
Pétanque mobile Facebook pétanque Dailymotion Vidéo pétanque Google+ pétanque Twitter pétanque YouTube Vidéo Pétanque Instagram pétanque Pinterest Pétanque Flux rss pétanque

Créer votre site Internet petanque
FORUM BLOGPETANQUE.COM
Entraide, trucs et astuces !